| |

JARDIN - Être autosuffisant à 100% en légumes, c'est possible. On vous explique comment avec nos conseils d'experts.

80 % des personnes que j'aide veulent jardiner pour avoir de la nourriture saine”, a remarqué Denis Berger, formateur en permaculture et créateur de l'association Loessence.

Une bonne façon d'y arriver, c'est de devenir autosuffisant-e et de produire la totalité de votre nourriture.

L'idéal pour commencer, c'est de produire 100% de la consommation en légumes. En effet, comme le précise Denis Berger, devenir complètement autosuffisant-e peut être très contraignant pour débuter l'aventure. Il faudrait avoir à disposition l'équivalent d'une ferme pour cultiver les céréales, élever des animaux pour les omnivores ou encore installer des ruches pour manger du miel.

Cultiver la totalité des légumes qu'un foyer consomme est donc la façon la plus facile de mettre un pied dans l'autosuffisance. Bonne nouvelle, c'est possible de cultiver son potager de façon naturelle et d'obtenir beaucoup de bons légumes ! Par contre, sachez que devenir autosuffisant ne se fait pas en un jour : comptez plusieurs années (entre 3 et 5 ans) pour y parvenir.

1 - Comprendre et évaluer vos besoins

Il faut regarder dans son assiette et voir ce que l'on a l'habitude de consommer”, conseille Fernanda Voulgaropoulos, paysagiste écologique et autrice du blog Les Doigts Fleuris.

Cette observation vous permettra de définir les quantités de légumes dont vous avez besoin pour vous nourrir. Par exemple, une personne consomme en moyenne 127 kg de légumes par an. Vous faites aussi un point sur les goûts de chacun-es : préférez-vous les légumes verts ou les légumineuses ? Il y a-t-il des légumes que vous n'aimez pas ?

Évaluer également le temps dont vous disposez pour vous occuper de votre jardin. N'ayez pas les yeux plus gros que le ventre si vous ne disposez que de quelques heures le week-end !

2 - Préparer le terrain

Maintenant que vous savez ce que vous avez envie de manger, il va falloir le planter ou le semer. Donc préparer votre terrain.

  • Choisir la bonne taille

La taille de votre potager dépend de la façon dont vous allez l'organiser et de combien de personnes sont à nourrir.

Si vous débutez, comptez tout de même au minimum 100 m² par personne pour une culture à plat, jusqu'à 800 m² pour une famille de 4 personnes.

Un potager aménagé à l'horizontale prendra forcément plus de place qu'un potager vertical, où des plantes de différentes tailles se superposent sans se gêner. Si vous ne disposez pas d'une telle surface, rien ne vous empêche “pour commencer de faire plus petit”, avance Marie Carpentier, animatrice jardin et autrice du blog Marie Cultive.

  • Préparer la terre

Pas question de bêcher”, prévient Fernanda Voulgaropoulos. Pour un potager efficace sans effort, vous n'avez pas besoin de retourner la terre, au contraire !

Commencez par mettre un paillis sur le terrain, sans remuer la terre, d'une vingtaine de centimètres d'épaisseur”, propose Denis Berger. Pour une terre plus riche, ajoutez du fumier ou du purin.

Vous pouvez aussi installer des potagers en carré, qui facilitent l'entretien notamment si vous êtes à mobilité réduite.

© Rawpixel - getty images

3 - Choisir des légumes faciles à faire pousser

Les légumes faciles à planter la première année, à choisir aussi selon votre région :

  • L'oignon
  • L'oseille
  • La rhubarbe
  • Le crosne
  • Le topinambour
  • Le potimarron
  • Le haricot
  • Le petit pois
  • L'ail
  • L'artichaut
  • La courge
  • Le choux
  • Le céleri

Les herbes aromatiques vivaces qui se cultivent très facilement :

  • La sarriette
  • Le romarin
  • Le thym
  • La menthe
  • La sauge
  • La verveine

Évitez d'acheter des plantes et graines HF1”, préconise Fernanda Voulgaropoulos. Conçues pour bien pousser la première année, elles ne sont généralement pas reproductibles.

L'experte vous conseille aussi d'échanger vos graines pour avoir plusieurs variétés dans votre potager. Vous pouvez le faire avec un-e membre de votre famille, un-e voisin-e ou vous rapprocher d'une grainothèque.

Choisissez également des légumes qui repoussent à l'infini. On vous a préparé des tutos pour vous présenter ceux qui sont simples à replanter !

Que faire la première année pour un potager autosuffisant ?

L'automne est le meilleur moment pour commencer son potager autosuffisant”, analyse Fernanda Voulgaropoulos.

  • Préparer la récolte

Préparez votre terrain, et laissez-le tranquille pendant 6 à 8 mois, jusqu'au printemps.

Pendant ce temps, vous pouvez investir dans du matériel qui vous sera utile. “Optez pour un récupérateur d'eau, un endroit pour faire du compost ou un composteur et une grelinette, (ndlr. sorte de râteau à 4 dents)”, indique Marie Carpentier.

Au printemps, vous pouvez passer la grelinette puis commencer à planter et à semer, en respectant le rythme des saisons.

  • La récolte

Concentrez-vous sur des légumes que vous pourrez récolter en été. D'ailleurs, comme le rappelle Fernanda Voulgaropoulos, c'est à cette période qu'ils sont le plus nombreux à cueillir ! Organisez vos vacances en conséquence, ou missionnez quelqu'un de confiance.

C'est aussi le moment de faire vos conserves, et de congeler une partie de votre récolte pour la consommer au fil de l'année. Vous pouvez également aménager un coin dans votre cave, ou creuser une cavité dans votre jardin pour les conserver l'hiver.

Que faire les années suivantes ?

Une fois que vous aurez expérimenté la culture de vos légumes sur une année, vous serez plus à même de connaître vos capacités et vos besoins.

C'est l'occasion de pratiquer d'autres techniques. Par exemple, au lieu d'acheter des graines, vous pouvez commencer à les récupérer pour les conserver et les réutiliser les années suivantes.

Expérimentez aussi l'utilisation d'une serre, pour faire vos propres semis au chaud et cultiver des plantes gélives comme les tomates, les aubergines ou les piments. Elle devient l'aménagement indispensable si vous voulez également des légumes l'hiver.

N'oubliez pas de planter plusieurs légumes au même endroit, mais aussi des herbes aromatiques et des fleurs. Non seulement ces plantes vont se protéger entre elles, mais vous gagnerez de la place en superposant les variétés.

© Alexander Ließ - getty images

Si vous manquez de place, n'hésitez pas à investir tout votre jardin : un vieux muret peut devenir un support pour faire pousser des haricots verts, une terrasse peut accueillir des plantes aromatiques dans un bac. Pensez aussi à optimiser l'espace : pourquoi ne pas construire une tour à patates ou à fraises ?

Bien sûr, tout n'est pas forcément à appliquer en même temps. Faites des essais, trompez-vous, recommencez, mais surtout, ne vous démotivez pas ! Vous pourrez ensuite vous lancer dans la culture de fruits !

Passez à l'action