| | |

ÉCOLOGIE - Climatisation solaire, bio-climatisation, mur végétalisé : pour rafraîchir sa maison sans émettre de CO2, il existe des solutions. Voici notre classement.

Avec l'arrivée de l'été, la tentation est souvent forte d'allumer son climatiseur. Un geste simple qui permet ne plus subir les grosses chaleurs chez soi.

Mais récemment, l'Agence Internationale de l'Énergie (IEA) a tiré la sonnette d'alarme à travers un rapport intitulé Le futur du rafraîchissement : les émissions de dioxyde de carbone (CO2) liées à la climatisation devraient doubler d'ici 2050. La climatisation participerait donc au réchauffement climatique, un comble alors qu'elle est sensée rafraîchir l'air !

Pourtant il devient difficile de vivre sans système de climatisation. Pas de panique ! Pour rafraîchir son intérieur pendant l'été sans polluer à outrance, il existe des solutions.

Voici notre classement des alternatives écologiques à la climatisation.

1 - La bio-climatisation : votre alliée la moins chère contre la chaleur

Numéro 1 de notre classement, la bio-climatisation, plus connue sous le nom de Rafraîchisseur d'Air Évaporatif (RAE) est une alternative intéressante aux systèmes de climatisation classique.

Comment ça marche ? Le principe est simple : cet appareil mobile utilise l'évaporation de l'eau pour rafraîchir l'air de manière naturelle et baisser ainsi la température.

Pour reproduire le phénomène d'évaporation, le rafraîchisseur d'air fait passer l'air chaud à travers un filtre humidifié, et diffuse l'air froid dans la pièce. C'est un peu le même principe que la serviette sur le ventilateur, mais en un peu plus élaboré.

Pour quel confort ? Bien que ce système nécessite un air sec, sans quoi l'efficacité sera fortement perturbé, il est possible d'atteindre une baisse des température de 2 à 4 degrés par rapport à la température extérieure. Autre avantage non négligeable : la RAE possède un très bon rendement énergétique.

Combien ça coûte ? Comptez entre 70 et 200 euros pour une pièce de taille moyenne, sans compter les économies d'énergie en raison du bon rendement de l'appareil.

2 - La climatisation solaire : une alternative fiable mais coûteuse

L'idée peut sembler contradictoire et pourtant : l'énergie solaire peut être un excellent moyen de rafraîchir l'intérieur d'une maison.

Comment cela fonctionne ? La plupart du temps, le principe est de récupérer l'électricité produite par les panneaux photovoltaïques pour alimenter le système de climatisation. Ainsi, le climatiseur consomme beaucoup moins d'énergie qu'un climatiseur classique.

Pour quel confort ? La climatisation solaire est aujourd'hui l'alternative la plus performante puisqu'elle permet de faire diminuer la température de 3 à 4 degrés environ.

Combien ça coûte ? Le principal obstacle, et pas des moindres, c'est le prix : la climatisation solaire reste très chère. Les panneaux photovoltaïques étant encore très coûteux, le prix peut rapidement grimper pour ce système de climatisation.

3 - L'inertie thermique pour protéger sa maison

Les experts sont unanimes : si l'on souhaite se passer de climatisation par souci écologique, la première chose est de faire en sorte que la maison bénéficie d'une inertie thermique optimale. En d'autres termes, le bâtiment stocke la chaleur pendant l'hiver et ne la laisse pas entrer en été.

En jouant notamment sur l'orientation de la maison, il est possible d'avoir une influence importante sur la chaleur pendant les étés chauds.

Jetez un oeil à notre article pour en savoir plus sur les caractéristiques de la maison bioclimatique !

4 - Une obstruction omniprésente contre la chaleur

Conseil évident mais nécessaire : contrer l'exposition direct au soleil est impératif pour quiconque souhaite diminuer la température à l'intérieur de la maison.

Il existe plusieurs méthodes :

  • Fermer les volets en journée ou installer un système de brise-soleil sont des astuces essentielles pour réduire la sensation de chaud à l'intérieur.
  • Installer un mur végétalisé peut avoir un réel impact sur l'isolation thermique d'un bâtiment. En jouant le rôle d'une seconde façade, le mur végétalisé résiste aux chaleurs de l'été en diminuant la température de la surface d'une dizaine de degrés.

5 - Le puits canadien : une option controversée

Le puits canadien, ou provençal, repose sur un système simple : alimenter la maison avec de l'air extérieur.

Pour cela, on met en place un conduit qui transite par le sol et se charge de faire circuler l'air extérieur vers l'intérieur.

En revanche, son efficacité est régulièrement remis en cause : lorsqu'il n'est pas installé au service d'une maison passive, les effets du puits canadien seraient très faibles.

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Une clim' écolo, c'est possible ? !