| | |

RÉNOVATION - À partir de 2023, les logements ayant une trop forte consommation énergétique ne pourront plus être mis en location. 

La France compte 4,8 millions de logements très énergivores (classés F ou G) selon le ministère de la Transition écologique.

Pour lutter contre ces habitats inchauffables qui entrainent des factures importantes, un décret est paru ce mercredi 13 janvier 2021 dans le Journal Officiel. Celui-ci va interdire aux propriétaires de louer des logements qui affichent une consommation énergétique dépassant les 450kWh par mètre carré de surface habitable et par an, c'est-à-dire lorsqu'ils sont diagnostiqués G. 

De l'interdiction d'augmenter les loyers à l'interdiction de louer

Depuis l'année dernière, pour les "passoires thermiques" étiquetées F ou G, il était devenu illégal d'augmenter leur loyer. Initiative qui avait pour but d'encourager les propriétaires à se lancer dans des travaux de rénovation.

À partir du 1er janvier 2023, un nouveau décret entrera en vigueur, interdisant ces logements à la location.

Cependant, seuls les classés G, soit 90 000 logements, dont 70 000 privés, seront concernés. Cela ne représente que 4 % des 4,8 millions des passoires thermiques.

Les seuils de consommation énergétique seront plus exigeants en 2025. L'objectif sera d'interdir au fur et à mesure toutes les passoires thermiques à la location en 2028, comme cela avait été annoncé avec le projet de loi issu de la Convention Citoyenne pour le Climat.

"Nous assumons de démarrer doucement avec un seuil assez peu contraignant pour s'attaquer en priorité aux pires passoires thermiques et laisser un peu de visibilité aux autres propriétaires. Le but est de monter en puissance par la suite", a justifié Emmanuelle Wargon, ministre déléguée au Logement, dans un entretien avec le Figaro.

Pour rénover votre maison, découvrez tous nos conseils pour bien choisir son artisan.