| | | |

RANGEMENT - Émilie anime des ateliers pour apprendre à vider sa garde-robe. Elle nous a invitées pour une séance chez elle, dans sa propre penderie, et livre sa méthode en vidéo.

Les 28, 29 et 30 juin 2018, la 2e édition du Zéro Waste Festival s'est déroulé à Paris au Cabaret Sauvage. La rédaction de 18h39, partenaire de l'événement, s'est mobilisée pour vous faire vivre de l'intérieur ce temps fort de la consommation responsable et vous guider pas à pas dans votre démarche zéro déchet !

Émilie a beau être minimaliste, elle a encore besoin de vider son dressing régulièrement. Nous avons rencontré cette jeune femme de 37 ans, autrice du blog Un peu bocaux à la folie, au festival Zéro Waste, où elle animait un atelier sur le sujet.

Nous avons saisi cette occasion pour lui demander de vous montrer sa penderie et dévoiler ses conseils de tri. Ça tombait bien, puisqu'elle ressentait justement le besoin d'un nouveau tri pour épurer sa garde-robe d'été.

Nous la retrouvons dans son appartement parisien, quelques jours plus tard.

La méthode Marie Kondo pour trier ses vêtements

Émilie suit la méthode de Marie Kondo, LA référence quand il s'agit de faire le tri chez soi. Elle commence donc par sortir tous ses habits sur le lit.  “C'est un peu violent”, concède-t-elle devant le tas qui se forme.

Pour se motiver à ranger tout ce que l'on vient de sortir, elle conseille de mettre un podcast ou de la musique, contrairement à ce moine japonais qui préconisait d'accomplir toutes ses tâches ménagères en silence pour faire une sorte de méditation.

Autre idée : inviter un-e ami-e pour aider à trancher, lorsque l'on hésite sur un vêtement. L'occasion de passer un moment sympathique que nous avons expérimenté en partageant avec elle des anecdotes liées à ses vêtements préférées, osant même parfois lui conseiller de garder tel tee-shirt plutôt que tel autre. La regarder trier est même relaxant !

Émilie prend chaque vêtement un à un, en se posant des questions simples :

  • Est-ce que je le porte régulièrement ?
  • Est-ce que je peux le porter en l'associant avec différents looks ?
  • Est-ce que c'est un vêtement qui m'apporte de la joie ?
  • Est-ce qu'il est abîmé, et si oui, est-ce que je peux le réparer ?
  • Est-ce que je le garde par culpabilité, parce qu'il est à la mode ou qu'on me l'a offert ?

Émilie en plein tri. © Lisa Hör

Peu à peu, trois piles se forment :

  • les vêtements qu'elle va garder (ceux-là, Émilie les range dans son dressing selon la méthode de pliage de Marie Kondo),
  • ceux qu'elle va donner ou recycler,
  • ceux pour lesquels elle hésite encore. Ces vêtements resteront de côté quelques semaines, le temps de voir s'ils lui manquent ou si elle peut définitivement s'en séparer.

Méfiez vous cependant des vêtements, comme des objets que vous gardez “au cas où”, en ayant de les réparer un jour… Comme nous le confiait la chroniqueuse pour le Monde Magazine Guillemette Faure, la petite phrase “ça peut toujours servir” est bien souvent un piège.

Ne garder que ce qu'on porte vraiment et ce qui rappelle de bons souvenirs

Parmi les vêtements qu'Émilie garde, on trouve surtout des pièces qui forgent son style, comme ses chemises en jean fétiches, et d'autres qui ont une forte valeur affective, comme des jupes ou chemises qui appartenaient à ses grands-parents et qui lui vont parfaitement.

Par contre, il ne reste plus grand chose de ce qu'elle a acheté durant l'une de ses virées shopping hebdomadaires d'il y a quelques années.

Ça ne me procurait pas vraiment de bonheur, je faisais ça de manière automatique”, analyse-t-elle aujourd'hui. Quand elle s'en est rendue compte, elle s'est lancée dans un premier grand tri, il y a deux ans et demi. “J'ai passé près de six heures à trier et j'ai donné 15 kilos de vêtements.”

À présent, Émilie achète surtout des vêtements d'occasion et se fait offrir de belles pièces pour Noël.

Ce qu'elle en retire ? Beaucoup de sérénité et plus de place dans son appartement ! Maintenant, elle peut ranger sans problème ses vêtements d'hiver sous le lit.

Cette rencontre et cette séance de tri s'est révélée très inspirante. À tel point qu'Anthonia, la vidéaste de 18h39, a eu envie de faire le vide dans son propre dressing. Elle s'y est attaquée le soir même ! Et vous, cela va-t-il vous inspirer de nouvelles habitudes ?

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Comment dompter son dressing (nos solutions pour les bordéliques) ? !

Passez à l'action