Le Corbusier a inventé Uber Eats à Marseille : nos anecdotes sur la Cité Radieuse

ARCHI - Vous pensiez tout savoir sur ce bâtiment emblématique du célèbre architecte ? On vous révèle 6 anecdotes méconnues sur l'œuvre du Corbusier.

À Marseille, on l'appelle la “maison du fada”, pour le commun des mortels, on lui préfère le nom de Cité Radieuse du Corbusier. Sur le boulevard Michelet, au sud de la cité Phocéenne, se trouve ce bâtiment emblématique de l'architecture imaginé par le célèbre architecte.

Inaugurée en 1952, cette résidence abrite 337 logements, fait 137 mètres de long, 56 mètres de haut et comprend 18 étages. Pensé comme un village-verticale, l'Unité d'Habitation (son autre nom) a révolutionné l'habitat collectif. Le principe : l'habitation s'adapte aux besoins des habitants et non le contraire !

Vous avez peut-être déjà lu beaucoup de choses sur ce monument historique mais nous avons interrogé deux passionné.es qui nous ont livré des anecdotes croustillantes. Voici nos préférées.

1 - Le Corbusier a “inventé Uber Eats” à Marseille

Lorsqu'il imagine l'Unité d'Habitation de Marseille, le Corbusier veut inventer une nouvelle manière d'habiter mais aussi trouver un moyen de libérer les femmes des tâches ménagères.

C'est pour cela qu'il met en place un ingénieux système de ravitaillement dans les appartements. Dominique Gérardin, habitante et gérante de l'hôtel-restaurant de la Cité Radieuse nous raconte : “A l'époque, la ménagère peut commander via des lignes intérieures ce dont elle a besoin auprès des commerces de l'immeuble. Et quand elle rentre du travail, elle ouvre le petit casier et récupère ce qu'elle a commandé. Le Corbusier avait inventé Uber Eats avant l'heure !”.

2 - L'Unité d'Habitation c'est le regroupement de 337 maisons individuelles

Le Corbusier est parti de l'idée d'un village vertical pour créer l'Unité d'Habitation. Le principe : réunir 337 maisons individuelles au sein d'un même bâtiment “et libérer le sol pour en faire un parc”, précise Jacques Sbriglio, architecte spécialiste de l'œuvre du Corbusier.

Conséquence : un gain de place énorme pour la ville de Marseille qui cherchait à loger 1200 personnes sur une surface de deux hectares et une vie en appartement qui ressemble à celle d'une maison individuelle pour les habitant.es.

3 - La Cité Radieuse a été construite en pleine campagne

Difficile à croire aujourd'hui, mais lors de son inauguration en 1952, la Cité Radieuse se trouvait en pleine campagne. “Lorsque le chantier commence en 1947, il se trouve à 5-6 kilomètres du centre-ville. Au pied de l'Unité d'Habitation, il y a une ferme où les premiers habitants vont acheter le lait, il y a le coq qui chante le matin”, nous explique Jacques Sbriglio.

4 - Le projet initial devait comprendre des salles d'accouchement et une maternité

Parce que le bâtiment était au milieu de nulle part à l'origine, il était indispensable pour l'architecte de concentrer les services de proximité au sein de la résidence. Bien qu'il subsiste encore aujourd'hui une école maternelle, certains commerces ou un restaurant, le projet de base était bien plus ambitieux.

Jacques Sbriglio raconte : “Si vous regardez les plans de l'avant projet, qui se situait sur le terrain en face de l'Unité, le Corbusier avait prévu un dispensaire, des salles d'accouchement et une maternité.

5 - À l'origine, pas de béton, mais une structure métallique

Quand le Corbusier imagine la Cité Radieuse, le monde sort tout juste de la Seconde Guerre mondiale. L'économie française est fragile et se redresse petit à petit. C'est la raison pour laquelle l'architecte, qui avait imaginé une structure métallique pour le bâtiment, doit abandonner son idée puisque la sidérurgie a stoppé la production de fer pendant la guerre. “Il a dû se résoudre à faire une ossature en béton alors qu'il imaginait un bâtiment encore plus avant-garde que celui qu'il a pu réaliser”, précise Jacques Sbriglio.

6 - Le bâtiment est classé monument historique, mais pas partout

Quand on lui demande s'il est difficile d'obtenir des autorisations quand on veut modifier son appartement dans la Cité Radieuse, Dominique Géradin nous répond : “Il n'y a aucune autorisation à demander pour modifier les appartements.

Eh oui, car seules les parties communes, “les rues, la façade et le toit”, sont considérées comme monument historique. “À l'intérieur des appartements, les gens font ce qu'ils veulent”, ajoute celle qui y vit depuis 18 ans.

Ce site utilise Google Analytics.