| | | |

CUISINE AMÉNAGÉE - Vous avez un composteur à la maison, vous ne prenez que des douches très courtes, vous avez isolé votre logement... Mais savez-vous faire un vrai café écolo ? On vous donne quelques clés pour boire du (très bon) café en polluant le moins possible.

"Je suis une dosette de café. Pour 1 tonne d'aluminium, j'offre 4 tonnes de rejets sous forme d'arsenic, de titane, de chrome, de plomb, de vanadium, de mercure !" En décembre dernier, une tribune anonyme dénonçant le désastre écologique des capsules de café a fait florès sur les réseaux sociaux.

Il faut dire que faire son café chaque matin relève des gestes quotidiens si banals qu'on en oublie l'impact qu'ils ont sur notre environnement. Au-delà de ce cas précis des dosettes, il nous semble important que chacun puisse faire chez soi un café qui soit de qualité et durable. Heureusement, les deux vont souvent de pair !

En grand passionné de café, on vous livre donc quelques conseils, avec l'aide de Thomas Garcia, du blog Coffee Geek.

Quel type de café privilégier et comment le préparer ?

Entre le café industriel et le café artisanal, ou encore le café dit "de spécialité", qui respecte les terroirs et qui est acheté selon des critères équitables par les torréfacteurs, il y a un écart immense d'un point de vue écologique.

Par ailleurs, "les gros industriels utilisent des appareils qui soufflent de l'air chaud et ils torréfient des tonnes de cafés à l'heure, analyse Thomas Garcia. C'est optimisé à mort pour le rendement énergétique. Un grain de café est torréfié en 2 ou 3 minutes contre 15 à 20 minutes chez un torréfacteur traditionnel."

Pour préparer son café de manière la plus écologique, il est conseillé de se doter d'un moulin à grains, si possible manuel car l'énergie consommée est renouvelable, c'est la vôtre ! "Aller avec sa petite boite chez un torréfacteur local pour lui demander de la remplir au poids contribue aussi à réduire l'impact écologique", note l'auteur du blog Coffee Geek. Du café en grains et en vrac, c'est aussi l'assurance d'un café plus frais et donc plus aromatique.

Enfin, Thomas Garcia préconise d'éviter le café instantané et surtout le décaféiné. Les procédures de décaféination utilisent en effet souvent des produits toxiques et "dans certains cas, le décaféiné est même dangereux pour la santé", précise le blogueur.

Quel type de cafetière est le plus écologique ?

Tout d'abord, il faut évidemment bannir à tout jamais la machine à capsule, pour d'évidentes raisons écologiques et économiques - rappelons aussi que l'addition est très salée au prix au kilo. Pour les amoureux du filtre, on peut lui substituer différentes méthodes douces, qui ont plusieurs avantages : simples, économiques, fabriquées en verre le plus souvent, ces cafetières ne peuvent pas tomber en panne et réclament très peu de matériel.

Les cafetières en verre, qui ressemblent parfois à un alambic et où l'on verse directement l'eau sur la mouture de café, n'ont besoin que de filtres et d'eau chaude en petite quantité. Surtout, elles coûtent peu cher et possèdent une durée de vie quasiment illimitée. Encore plus économiques, les "french press" à piston et les cafetières italiennes se passent de filtres, puisqu'on y dépose la mouture à l'intérieur, mais leur café est plus corsé et moins aromatique.

Pour un prix plus élevé, les traditionnelles cafetières électriques à filtres ou à expresso consomment de l'énergie mais restent durables et peu gourmandes en électricité. "Notez que les machines a café entièrement automatique (avec moulin à café intégré) ne sont pas géniales, prévient Thomas Garcia, car moins durables dans le temps et extrêmement compliquées à réparer en cas de panne."

 

Comment pratiquer le zéro déchet (ou presque) avec le café ?

© yipengge / Getty Images

Pour commencer, sus aux gobelets jetables ! Thomas Garcia consacre un article au sujet et évalue leur durée de dégradation dans la nature à 150 ans. A l'inverse, on recommande d'utiliser à la place un gobelet réutilisable, comme ceux utilisés dans la ville allemande de Freibourg, ou alors une éco-cup. Si on reste chez soi, le mieux est encore une simple tasse ou même un verre.

Concernant les filtres, certains sont fabriqués en lin ou en inox et sont réutilisables. Si vous optez pour des filtres jetables, veillez à ce qu'ils soient biodégradables (en bambou, la plupart du temps). Sachez que vous pouvez alors vous en servir pour vos plantes, car ils maintiennent le terreau et remplacent la couche de drainage. Le marc de café, lui, possède de nombreux usages pour être recyclé dans votre maison : engrais, désodorisant pour réfrigérateur, repoussoir à chats, gommage pour la peau...

Il faut aussi noter que préparer un café dans une cafetière en méthode douce, à l'italienne ou en french press, réclame un peu de temps, une sorte de rituel agréable durant lequel on pèse le café et l'eau chaude, on pratique des gestes précis et on manipule ses objets avec un vrai savoir-faire. Alors si vous avez envie de boire votre café en conformité avec vos principes écologiques, vous savez désormais comment changer votre petite routine.

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Une cuisine conviviale !