| |

SOLIDARITÉ - C'est l'histoire d'Arthur Soufflet, dix ans, un petit garçon pas comme les autres, qui a décidé de vendre ses toiles de peinture pour aider les sans-abris.

À dix ans, certains collectionnent les cartes Magic, chassent les Pokémons et attendent impatiemment l'heure du goûter. D'autres trouvent de l'argent pour aider les SDF. Une générosité précoce qui distingue Arthur des autres garçons de son âge. Animé par son désir de venir en aide aux plus démunis, ce petit garçon originaire de Cambrai (dans le Nord) vend ses toiles depuis plus de quatre ans au profit des plus pauvres.

L'aventure d'Arthur. © D'toiles pour les pauvres

Arthur, le petit roi des pauvres

Incroyable mais vrai, ce vaillant petit garçon a pris conscience de la précarité des personnes sans-abri dès l'âge de trois ans, alors qu'il était en vacances avec ses parents à Saint-Malo. Lorsqu'ils croisent un SDF déguisé en marin, Arthur et ses parents ne passent pas leur chemin et vont discuter avec lui. De retour chez lui, à Cambrai, bouleversé par cette situation, Arthur pose plein de questions à ses parents sur les sans-abris et leur demande une pièce à chaque fois qu'il rencontre une personne à la rue.

Sous les conseils de sa mère qui lui suggère de réfléchir à sa propre initiative pour les aider, Arthur décide de vendre ses peintures : sa jolie démarche se concrétise par un geste artistique. La vente de ses peintures permet au jeune garçon de récolter de l'argent (20 euros par toile en moyenne).


Ce Robin des Bois junior intervient ensuite auprès des sans-abris en leur prodiguant des produits de première nécessité : des gants, des mouchoirs, des bonnets, des sandwiches, des jus de fruits, du chocolat… Arthur ne leur achète d'ailleurs que des produits frais. Une fois par semaine, accompagné de sa mère, il part les distribuer aux personnes sans-abri. Depuis maintenant deux ans, il se rend aussi régulièrement dans un centre d'accueil de jour.

Solidaire, intrépide, et avec une âme d'artiste, Arthur a commencé par vendre ses toiles à 50 centimes d'euros, dès l'âge de trois ans, d'abord à ses grands-parents. Aujourd'hui, plus de 200 toiles ont été vendues dont certaines à 50 euros pièce. Ses toiles abstraites, principalement réalisées à l'huile ou à l'acrylique, ont d'abord été exposées dans le jardin de ses parents, puis l'an dernier dans une médiathèque de la ville et dans une église. Il répond aussi aux commandes sur sa page Facebook. Un petit monsieur qui n'a rien à apprendre des plus grands : oui, on a parfois besoin d'un plus petit que soi.

Voici Arthur en images, un reportage réalisé par L'Obs :