| | | | |

JARDIN :  Vous souhaitez exploiter vos eaux souterraines ? Voici toutes les informations avant d'entamer les démarches pour construire un puits dans votre jardin. 

Depuis des siècles, le puits en pierre et sa margelle permettent de disposer d'une réserve d'eau directement dans son jardin. Aujourd'hui, puiser l'eau en dessous de chez soi est toujours autorisé, une technique utile pour être autonome en eau et faire des économies ! Sans oublier l'intérêt écologique du puits. 

Mais avant de vous lancer, il y a de nombreuses questions que vous devez vous poser. Avez-vous une source d'eau dans votre jardin ? Quels types de puits installer ? Et enfin quelles démarches devez-vous entreprendre ? Car l'image d'Épinal du vieux puits en pierre n'est pas toujours raccord avec la réalité, parfois il faut forer. On fait le point pour vous aider à y voir plus clair.

Condition indispensable : avoir une source d'eau sous son jardin  

Première chose à savoir : est-ce qu'une source d'eau est bien disponible dans votre jardin ? Pour commencer les travaux et savoir si le terrain est exploitable, l'entreprise spécialisée en Forage d'eau et géothermie,  Morand Forages, fait appel à des sourciers. Experts dans la recherche des ressources aquifères, ils se déplacent sur votre terrain afin de détecter si une source d'eau est bien présente. Pour cela, “Il n'y a pas de sciences exactes, mais grâce à leurs dons, et leurs outils comme le bâton, la pendule ou la baguette, ils vont pouvoir déterminer la profondeur, l'emplacement et certains débits”, témoigne la co-gérante. 

Un autre moyen de savoir si une source d'eau se trouve sous votre jardin est de consulter une des cartes géologiques disponible sur le site du Bureau de Recherche Géologique et Minière (BRGM). 

Une étude hydrogéologique peut également être menée par un bureau d'étude, mais cela peut être assez onéreux. N'hésitez pas à sonder votre voisinage, s'ils ont des puits ou forages d'eau, cela peut être un bon indice.

Puits ou forage d'eau : comment choisir ? 

Si le précieux sésame se trouve bien sous vos terres, vous pouvez alors envisager la construction d'un puits. Il existe différents types de puits, à adopter en fonction de votre terrain et de vos besoins :

  • Le puits traditionnel : ce sont les puits qu'on trouve dans les vieilles maisons et qui mesurent 1 mètre de diamètre environ. Très peu profond, moins de 8 mètres, ils collectent principalement les eaux de surface. Les eaux pluviales vont s'infiltrer dans le terrain et le puits va se remplir grâce aux parois perméables de l'ouvrage. Si votre ressource aquifère se situe entre 0 et 10 mètres de profondeur, vous pouvez opter pour cet ouvrage. 
  • Le forage d'eau : il permet d'exploiter les eaux souterraines, comme les veines d'eau, rivières souterraines ou encore les nappes phréatiques. Le forage d'eau consiste à faire “un trou vertical qu'on va tuber sur toute la longueur, pour aller chercher la source en profondeur et faire une chambre de réserve d'eau sur la longueur du forage”, explique la co-gérante de l'entreprise Morand Forages. Cette technique n'est possible que si votre source d'eau est située  entre 10 et 15 mètres. C'est la technique idéale pour l'alimentation en eau collective de la maison ou la consommation car le forage permet un débit d'eau important. À noter que le diamètre du forage est plus petit qu'un puits classique, car il mesure environ 20 cm. 

Attention cependant, certaines normes doivent être respectées pour le placement de votre puits.  “Il faut éviter d'être trop proche des habitations. il faut être à 1,50 m des réseaux hydrauliques, et à environ 3 mètres des fosses septiques”, rappelle la co-gérante de l'entreprise. 

Après avoir déterminé le type de puits et l'emplacement de celui-ci, quelques démarches sont obligatoires avant de pouvoir commencer la construction. “Tous les ouvrages de prélèvement d'eau souterraine à usage domestique (puits et forage) doivent obligatoirement être déclarés en mairie au moins 1 mois avant le début des travaux”, indique le site du service-public.  De plus, "si vous avez l'intention de construire un puits de plus de 10 mètres de profondeur, vous devez également déposer une déclaration préalable auprès de la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal), au moins 1 mois avant le début des travaux”, souligne le site du service-public. 

Forage d'eau © Morand-Forages

Comment utiliser l'eau du puits pour la maison ?

La source d'eau  peut vous permettre d'arroser vos plantes et votre potager, mais ce n'est pas tout. Grâce à des raccordements, vous pouvez alimenter votre maison. Ainsi, l'eau peut servir pour d'autres utilisations domestiques, que ce soit pour remplir la piscine, laver la voiture, brancher le lave-vaisselle, les toilettes ou se laver. 

Les eaux souterraines étant naturelles, elles ont peu de chances d'être contaminées. Mais elles peuvent tout de même être polluées, impropre à la consommation ou chargées en fer et en calcaire. Dans ce cas, de nombreuses solutions existent, comme faire des raccordements avec un adoucisseur d'eau pour pouvoir l'utiliser. Par contre, si vous souhaitez boire l'eau de votre puits, une analyse de l'eau doit obligatoirement être effectuée par un laboratoire agréé, rappelle le site du service-public. 

Sans oublier que le puits ou le forage peuvent s'avérer une pratique économe. “Ça réduit les consommations et les coûts. L'eau est plus saine, elle n'est pas traitée. Au niveau écologique, il y a un impact, on utilise l'eau de notre jardin, on est indépendant”, nous apprend la co-gérante de Morand Forages. 

Mais construire un puits ou un forage d'eau dans votre jardin peut représenter un certain budget.  Pour un forage d'eau chez Morand Forages, la fourchette peut aller de 1 500 € pour 20 mètres de profondeur, à 5 000 €. Un puits traditionnel est plus coûteux : comptez un budget allant de 2 500 € à 8 000 €. 

En attendant d'installer un puits dans votre jardin, découvrez quelques conseils pour arroser votre jardin sans gaspiller d'eau