| | | |

TRAVAUX - Seuls 30% des Français feraient appel à des professionnels pour leur chantier de rénovation. Est-ce une bonne idée de tout faire soi-même ? Comment faire pour éviter les mauvaises surprises ? Nos experts racontent.

"Quand on fait des travaux, il y a 100% de chances de découvrir une surprise", prévient Prisca Pellerin, architecte d'intérieur. Responsable de l'entreprise de rénovation SMD (Sols Murs et Déco), Benjamin Gomes confirme et renchérit : "Il y a toujours un imprévu qui complique la tâche. Je travaille beaucoup avec des primo-accédants et ils ne s'y attendent pas vraiment, ils ignorent souvent les contraintes qui pèsent sur un chantier."

Pour les professionnels, la pression vis-à-vis du client est énorme. "Les gens me confient le lieu de leur intimité, explique Benjamin, c'est toute leur vie, toutes leurs économies, du coup la rénovation engendre une immense implication émotionnelle." Dans ces conditions, un homme averti en vaut deux... Et rappelez-vous qu'un bon conseil fait économiser du temps et gagner un peu d'argent !

1. Dessinez un plan d'architecte

"Je conseille toujours au client de faire un plan, même moche !" recommande Benjamin Gomes. Dessiner un croquis à l'échelle de votre maison ou de votre appartement permet de visualiser vos idées et de mieux vous rendre compte de si elles sont réalisables.

Pour Prisca Pellerin, ce plan "fait une base pour réfléchir avant le rendez-vous, on reprend en intégralité les relevés des surfaces et mesures de l'appartement. Attention, ça reste un cadre abstrait : les gens dessinent à angle droit, alors que rien n'est droit dans la vie. En réalité, il faut tout le temps tricher pour rattraper les murs ou le carrelage, c'est-à-dire les rendre le plus droit possible."

2. Anticipez les contraintes et les étapes

Lors de travaux, on casse des murs, on détruit des planchers, on rase d'anciens éléments de décoration, comme les cheminées ou les moulures. En préambule, deux questions essentielles : la réglementation m'autorise-t-elle à casser et si oui, que vais-je retrouver derrière ? Prisca Pellerin prévient :

"Quand on voit des différences de niveau dans le plancher, ça cache généralement des problèmes. Le lambris sur les murs peut lui aussi réserver des mauvaises surprises, comme des fuites d'eau. Il est important de savoir si les soucis ont été réglés ou non par le précédent propriétaire."

En amont, il est essentiel de prévoir son parcours électrique et sa plomberie, qui sont les premières étapes suivant la démolition. "Il arrive que les gens n'anticipent pas sur le réseau électrique, constate Benjamin, et ils se rendent compte trop tard qu'ils auraient aimé un interrupteur à côté de leur lit, par exemple. Idem avec la plomberie, on peut prévoir une colonne de douche encastrable en décalé, qui évite de se prendre l'eau glacée quand on l'allume, mais il faut le savoir en avance."

Pour en savoir plus sur les grandes étapes des travaux de rénovation, on vous invite par ailleurs à consulter notre article détaillé sur le sujet.

3. Méfiez-vous du décalage entre la réalité et vos envies

Mieux connaître les contraintes techniques dont nous avons parlé, c'est l'assurance d'ajuster ses envies en termes d'esthétique. Le professionnel est là pour expliquer les conséquences de chaque choix à son client : "Une douche à l'italienne, ça peut être très joli, reconnaît Benjamin Gomes, mais en fonction des conditions, on peut aussi se retrouver avec de l'eau partout dans la pièce, voire au-delà." En résumé, on ne peut jamais faire totalement ce qu'on veut.

Il faut dire que les émissions de télé, où l'on rénove des maisons entières en une semaine, n'ont pas aidé à donner une image fidèle d'un chantier. "Quand on travaille, on n'est pas à la télé, insiste Prisca Pellerin, on ne fait pas les choses en une semaine comme Valérie Damidot, c'est bien plus long ! Notre travail d'architecte, c'est un travail intellectuel de réflexion, qui mérite du temps, comme toutes les bonnes choses."

Plus prosaïquement, certaines personnes se font de mauvaises idées sur le prix des travaux. "Il faut savoir par  exemple que repeindre une fenêtre coûte plus cher que repeindre un mur, remarque Benjamin, ça surprend souvent les nouveaux propriétaires." Bref, il ne faut pas se précipiter ! "Les gens s'imaginent commencer les travaux dès qu'ils ont les clés de leur logement, note Prisca, mais en fait non. D'abord, il y a des délais de livraison du matériel, et puis après la phase de démolition, il faut toujours réadapter ses plans et son projet."

4. Faites-vous conseiller par des professionnels

Par expérience, Prisca Pellerin connaît les bienfaits d'une concertation avec un professionnel : "Au début, les gens qui se lancent sans architecte font de nombreuses bêtises et ils perdent de l'argent, c'est du gâchis." A l'inverse, se faire aider par un architecte permet d'avoir un intermédiaire avec l'entreprise de rénovation, ou juste un interlocuteur avec qui confronter ses idées pour celui qui souhaite réaliser ses propres travaux.

Pour le bien commun, architecte et entrepreneur doivent travailler en bonne intelligence. L'architecte garantit que les desiderata du client sont respectés, et l'entrepreneur veille au grain côté principe de réalité. Surtout, les professionnels ont l'expérience des grandes étapes d'un chantier. "Il faut faire ce qui est sale en premier, conseille Prisca, et travailler dans un chantier propre et bien rangé, car dans le bazar, on perd du temps." 

Même son de cloche chez l'entrepreneur en travaux : "Je vois des gens qui font les choses à l'envers,  qui peignent les murs avant de poncer le parquet, une erreur courante." Grand maître des horloges du chantier, l'entrepreneur dirige le timing des opérations, mais c'est aussi celui qui s'adapte aux imprévus : "Quand  on casse une cheminée par exemple, explique Benjamin, on se retrouve avec un trou au plancher. Dans ce cas, on réfléchit avec l'architecte à comment faire un beau raccord de sol, qui soit naturel."

5. Communiquez vite et bien

Sur un chantier, des tensions peuvent naître facilement, surtout si le client se désintéresse trop longtemps de l'avancée des travaux et découvre trop tard les conséquences de certaines décisions. "Il faut que les clients soient investis un minimum, juge Benjamin Gomes. Certains pensent qu'ils doivent surtout s'impliquer lors des finitions, mais en réalité c'est trop tard."

Pour remédier aux éventuels couacs, le directeur de SMD a décidé de créer pour chaque projet un groupe de conversation sur le réseau social WhatsApp. "Comme ça, pas de surprise ! C'est plus sain, plus transparent et ça a l'avantage de conserver des traces écrites de chaque décision, donc de remonter dans le temps quand on cherche une info."

Enfin, si vous êtes adepte jusqu'au-boutiste du DIY et du genre à traîner sur Internet, n'hésitez pas à faire comme cette famille du Pays basque, qui a rénové sa maison grâce à des tutoriels trouvés sur YouTube !

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Bien à rénover : tous nos conseils !

Passez à l'action