| | |

BONHEUR - Qu'importe la taille de votre maison, le principal c'est d'être bien dedans expliquent des chercheurs américains.

On peut vivre dans une villa gigantesque et être malheureux ! C'est la conclusion, à quelques nuances près, qu'ont tirée les chercheurs de l'Université américaine de Brigham Young après avoir interrogé 164 familles.

Si vous en avez les moyens, avoir une grande maison où les gens ne vivent pas les uns sur les autres sera plus bénéfique à votre famille que vivre dans une petite maison. Cela semble logique ! Pourtant les scientifiques qui ont publié leur étude dans le Journal of Environmental Psychology en août 2019, dévoilent plusieurs informations étonnantes.

Une maison plus grande pour mieux se supporter

"Nous savons qu'il existe un niveau de stimulation optimale pour chaque personne et qu'il est variable en fonction des individus. C'est un seuil bien précis, qui, s'il est dépassé fera qu'une personne se sente à l'étroit et subira des conséquences négatives liées à la famille", a expliqué le professeur Carly Thornock au média Fast Company. En gros, si votre logement est trop petit, vous aurez davantage tendance à être incommodé par la présence des autres membres de votre famille. À l'inverse, plus votre espace intérieur est grand, plus vos relations émotionnelles avec votre famille seront meilleures. En revanche, gare à ne pas faire de la surface un marqueur social : "à moins que vous n'ayez 8 enfants, rien ne sert d'avoir 8 salle de bains", prévient-il.

Les chercheurs ont également remarqué que le rapport à l'espace était genré. Alors que les filles tirent profit de plus d'espace, chez les jeunes garçons cela était corrélé avec des émotions et une capacité à s'exprimer diminuées.

Aimer son intérieur : la clé du bonheur

Mais on trouve aussi dans l'étude une information positive : l'espace que nous avons serait davantage lié à notre perception qu'à nos mètres carré. "Si une personne se sent à l'étroit dans une petite maison, elle a plus de chance d'interagir négativement avec les autres. Pourtant, cela n'a pas de rapport avec la surface, car si quelqu'un perçoit son intérieur de manière positive, il peut neutraliser ces effets négatifs. C'est très cool", précise le professeur.

Pour cela, Thornock recommande de ne pas essayer de transformer votre intérieur en magazine de décoration, mais de faire en sorte que chacun ait son espace à soi (coucou Virginia Woolf !). Alors faites comme la papesse japonaise du rangement Marie Kondo : apprenez à désencombrer (et ça se passe juste ici). Ou de trouver des astuces pour agrandir votre intérieur, sans toucher aux murs !