| | |

ÉCOLOGIE - Une équipe de designers taïwanais a mis au point un lombricomposteur à poser sur la table à manger, pour les urbains privés de jardin.

Avoir son propre lombricomposteur, que l'on vive à la campagne ou en ville, est en passe de devenir possible. Bien souvent, on s'imagine que si l'on n'est pas propriétaire d'un jardin ou que l'on ne dispose pas d'une petite parcelle dans un jardin partagé, il est difficile de se lancer dans le lombricompostage.

Pourtant, des designers et biologistes du cabinet Bionicraft, installé à Taïwan, ont mis au point un lombricomposteur dénommé Biovessel. L'équipe avait deux objectifs : permettre à tous de posséder un lombricomposteur dans sa maison ou son appartement et créer un objet design qui pourrait parfaitement s'accorder avec la décoration intérieure.

© BIOVESSEL

Sensibiliser à la question des déchets alimentaires

Ils ont ainsi mené pendant plus de 20 mois des études biologiques afin de recréer un écosystème qui permettrait de transformer les déchets alimentaires en compost, et qui pourrait être installé dans un salon.

Notre objectif était de sensibiliser à la question des déchets alimentaires. Nous avons donc réfléchi à une solution qui puisse entrer dans tous les foyers, même urbains. Sans négliger ni la structure de ce lombricompost ni son design”, explique Brooklyn Chao, fondateur de Bionicraft.

Résultat : l'objet se pose directement sur la table à manger. Pratique pour jeter ses restes à la fin du repas.

© BIOVESSEL

Jusqu'à 1 kg de déchets digéré chaque semaine

Dans ce lombricomposteurs, les vers peuvent digérer entre 500 grammes et un kilo de déchets par semaine, soit environ l'équivalent de restes compostables produits par 2 à 3 personnes. Il faut ensuite attendre 3 mois pour que le substrat obtenu puisse être mélangé à la terre de vos plantes intérieures ou extérieures.

© BIOVESSEL

Une campagne de crownfunding est organisée jusqu'à la fin du mois d'octobre 2016. La production devrait débuter en décembre 2016 pour une livraison dans le monde entier en février 2017, au prix de 159 dollars.

Découvrez BIOVESSEL en vidéo :