| | |

ÉNERGIE - Cela devrait représenter une hausse de 85 euros par an pour les ménages qui se chauffent à l'électricité.

En décembre 2018, en réponse à la crise des gilets jaunes, le gouvernement avait annoncé un gel des tarifs de l'électricité jusqu'au mois de mai. Mais c'était sans compter l'avis de la Commission de Régulation de l'Énergie (CRE) qui a recommandé au début de l'année 2019 une hausse de 5,9 % des tarifs réglementés de vente de l'électricité.

La mesure devrait rentrer en application dès le 1er juin 2019, et représenterait une augmentation de 85 euros par an pour les ménages qui se chauffent à l'électricité, nous apprend Le Monde.

En effet, les tarifs réglementés en question correspondent au "tarif bleu" d'EDF, payé par une majorité de ménages, et sur lequel de nombreuses offres concurrentes sont indexées.

Alors qu'est-ce qui explique une telle augmentation ?

Un calcul complexe du tarif de l'électricité qui devrait être simplifié

Les tarifs réglementés de vente sont fixés par les pouvoirs publics et révisés au minimum une fois par an.

"L'évolution des tarifs réglementés de vente proposée par la CRE s'explique principalement par la conjoncture internationale, avec une hausse des prix des énergies depuis janvier 2018", précise la Commission dans un communiqué. Le prix de l'électricité a donc augmenté sur le marché de gros.

Les concurrents d'EDF se sont alors précipités sur la production nucléaire nationale, dont le prix reste fixe, et ont dépassé le plafond de la part qui leur est réservée. Cela se traduit par une augmentation des prix pour les consommateurs.

Cette hausse est par ailleurs plébiscitée par EDF pour faire face à une situation financière difficile et investir dans le nucléaire.

Toutefois, "40% de l'augmentation prévue ne correspondent pas à une hausse des coûts d'EDF mais ont pour but de permettre à ses concurrents de proposer des prix égaux ou inférieurs aux TRV", expliquait l'Autorité de la concurrence au Parisien. C'est ce que l'on appelle "le principe de contestabilité".

Les modalités de calcul des tarifs réglementés de l'électricité, votées par le Parlement, sont très complexes. Elles devraient être simplifiées l'an prochain, a annoncé le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, sur le plateau de la chaîne CNews.

En attendant, l'augmentation du tarif de l'électricité est inéluctable pour le gouvernement qui compte suivre l'avis de la CRE. "Nous devons appliquer la loi", a confirmé le ministre.

En attendant, découvrez 4 éco-gestes pour baisser votre facture énergétique à la maison !

Passez à l'action