| | | |

ÉCOLOGIE - Une véranda bioclimatique est conçue pour profiter au maximum des apports solaires, sans pour autant surchauffer l'été. Ainsi, cette pièce sera agréable toute l'année !

Construire une véranda ne signifie pas seulement profiter d'une pièce en plus, avec une jolie vue sur votre jardin. Elle peut aussi permettre des économies de chauffage en hiver, naturellement, grâce au soleil !

C'est ce que démontre une étude réalisée en 2014 par le bureau d'étude Cardonnel : une véranda non chauffée permet 18% d'économies d'énergie. Dans le cas d'une véranda chauffée, cela peut même aller jusqu'à 28% d'économies.

Pour optimiser ce gain et tirer le meilleur parti de votre véranda, le mieux est de la construire selon les principes de l'architecture bioclimatique, pour profiter au maximum des apports solaires mais aussi de la circulation naturelle de l'air. Ainsi, si votre véranda bioclimatique est bien conçue, elle sera agréable toute l'année, sans surchauffe l'été !

© Véranda Loft Sageglass  Akéna Vérandas

Mais attention, construire une véranda bioclimatique ne s'improvise pas, elle doit parfaitement s'adapter aux spécificités de votre terrain, sinon vous risquez au contraire d'y avoir trop froid l'hiver et trop chaud l'été !

Il faut tenir compte des vents, de l'orientation du soleil, des masques (les bâtiments autour, les arbres qui peuvent apporter de l'ombre)”, précise Thomas Fournel, architecte qui adopte une démarche bioclimatique. “C'est l'inverse de l'industriel et du standardisé, un bâtiment bioclimatique est adapté à son milieu.

La véranda bioclimatique chauffe votre maison l'hiver

En hiver, une véranda bioclimatique protège la maison en apportant une isolation complémentaire”, explique Jean-Luc Marchand, délégué général du SNFA (Syndicat National de la construction des fenêtres, façades et activités associées). Pour cela, il est important de choisir des matériaux isolants, notamment du double vitrage, pour limiter les déperditions de chaleur.

La véranda redistribue aussi les apports solaires (le soleil qui tape sur les parois vitrées) à l'intérieur de la maison, sous forme de chaleur. Pour bénéficier de bons apports solaires, l'orientation de la véranda est essentielle.

On va rechercher au maximum une orientation au Sud, avec jusqu'à 20 degrés vers le Sud-Est ou le Sud-Ouest”, estime Delphine Anchisi, architecte spécialisée dans la construction bioclimatique.

© Véranda Sageglass @ Fred Pieau pour Akéna Vérandas

Bien sûr, cette orientation doit être adaptée en fonction de la région : “Dans le sud de la France, on va plutôt installer la véranda à l'Est de la maison”, précise Thomas Fournel. Ainsi, on évitera la surchauffe et l'effet de serre l'été.

Le mieux est de laisser un mur entre la véranda et le reste de la maison, avec bien sûr des fenêtres ou des portes-fenêtres, pour ouvrir ou fermer selon la température. En hiver, durant la journée, vous laissez ces fenêtres ouvertes, pour laisser passer la chaleur dans la maison. La nuit, vous fermez ces fenêtres, pour éviter que la maison ne se refroidisse.

Les coulissants peuvent même être motorisés et automatisés pour s'ouvrir et se fermer au moment le plus intéressant”, indique Jean-Luc Marchand, renvoyant vers des solutions domotiques.

La véranda bioclimatique évite la surchauffe l'été

L'été, la véranda ne va pas rafraîchir votre maison, mais on peut limiter la surchauffe en la concevant de façon bioclimatique”, poursuit Delphine Anchisi.

Pour cela, comme dit précédemment, on évite l'orientation plein Sud si l'on se trouve dans une région chaude. “Normalement, on ne vitre pas les toitures de véranda dans le sud de la France”, complète Delphine Anchisi, toujours dans l'idée de limiter l'effet de serre.

Une véranda bioclimatique est conçue pour que l'air circule au mieux. Pas besoin de climatisation (ce ne serait pas très écologique), des ouvertures bien pensées suffisent. Prévoyez des ouvertures en bas des parois de la véranda (ou carrément, des parois coulissantes), pour laisser entrer un air plus frais, et d'autres ouvertures en haut pour évacuer l'air chaud. Fermez également les fenêtres entre la maison et la véranda durant la journée l'été et ouvrez-les la nuit.

Là encore, un mur entre la véranda et la maison protégera cette dernière des fortes variations de température, s'il est constitué de pierres, briques, terre ou pisé (de la terre crue tassée entre des coffrages en bois). Autant de matériaux à forte inertie, qui retiennent la chaleur, contrairement aux parpaings. “Une maison en pierres reste fraîche l'été”, illustre Delphine Anchisi.

Si votre façade d'origine est en parpaings, l'architecte conseille de bâtir un deuxième mur non-porteur, à forte inertie, entre la façade et la véranda.

Enfin, des protections solaires peuvent protéger les vitrages d'un rayonnement solaire trop important. Pensez aux stores ou encore à la végétation, placée devant la véranda. Découvrez prochainement toutes les solutions pour ne pas avoir trop chaud dans votre véranda l'été !

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Installez une véranda écolo !

Passez à l'action