| | | |

MATÉRIAU - Vous recherchez une maison robuste, qui ne craint ni la pluie, ni le feu et qui garde la chaleur... avez-vous pensé au carton ?

À Belle-Île-en-Mer, les maisons doivent affronter les tempêtes, venues de l'Atlantique. Pourtant, l'an dernier, Nicole et Alain Lenoble, n'ont pas hésité à construire l'extension de leur maison... en carton. Vous avez bien lu, en carton.

Nicole, retraitée, fabrique pour le plaisir des meubles dans ce matériau. "À force de le travailler, j'en connaissais la résistance, donc ça ne m'a pas fait peur, explique-t-elle. Je sais que c'est excessivement solide."

Pari gagné. Dès le premier hiver, le gîte aménagé dans cette extension a essuyé des vents de 140 km/heures, sans vaciller. Le couple a bien fait d'investir 72 000 euros pour faire construire ces 90 mètres carrés. Cela leur est revenu à 800 euros par mètre carré, alors que cela leur aurait coûté 2 400 euros par mètre carré en construction traditionnelle, d'après leurs estimations.

D'ailleurs, depuis plusieurs années, on fabrique des palettes en carton, tout aussi robustes que celles en bois. Chacune peut supporter 600 kg de marchandises. Alors pourquoi pas le toit d'une maison ?

Un isolant superpuissant

L'idée vient d'Hubert Lê, directeur de l'ESAT les Tournesols, un établissement qui accueille des travailleurs handicapés en Alsace. Pour colmater sa toiture, et en attendant de faire de plus gros travaux, il a utilisé des cartons, semblables à ceux qui servent à déménager. Il s'est alors aperçu que ce système D était très efficace.

L'air est retenu dans les alvéoles du carton, ce qui permet, comme dans un double vitrage, d'obtenir une très bonne isolation thermique. Après quelques mois de développement, le concept IPAC était né : des feuilles de carton superposées, pour former des parpaings, qui viennent trouver place dans une ossature en bois.

 Montage des panneaux de carton.

Montage des panneaux de carton. © L'îlot carton

Ne reste qu'à ajouter un simple bardage en bois pour l'esthétique à l'extérieur, et du lambris à l'intérieur pour pouvoir percer et visser dans les murs.

Résultat : les murs de la maison de Nicole et Alain ne mesurent que 20 cm d'épaisseur et répondent aux exigences d'efficacité énergétique d'une maison passive.

D'autant que la température reste stable. Le froid extérieur met 15 heures à transiter à travers l'épaisseur du carton. Aucune sensation de mur froid donc.

"Nous avons construit un bâtiment à Kaysersberg en Alsace. Le propriétaire nous a raconté qu'un hiver, il faisait -5 °C à l'extérieur, et 21°C à l'intérieur, alors même que le chauffage n'avait pas été allumé depuis huit jours", avance Alain Marboeuf, président de la société BAT'IPAC, qui commercialise ce matériau.

Le carton se révèle également être un excellent isolant phonique, avec un abattement des bruits extérieurs de 44 décibels, quand la réglementation demande au minimum 30 décibels. "Toutes les personnes qui dorment dans notre gîte nous disent avoir la sensation d'être dans un cocon", vante Nicole.

Le carton résiste à tous les éléments. Au vent, mais aussi au feu. Car il contient peu d'air et que sa densité empêche les flammes de se propager rapidement. Notamment grâce à une membrane en polypropylène alvéolaire, il ne craint pas l'eau non plus.

Écologique et solidaire

"La membrane protectrice est issue du recyclage des bouchons en plastiques, détaille Alain Marboeuf. Le carton lui-même est recyclé et pourra être recyclé sept fois par la suite." Les feuilles de carton sont collées avec de l'amidon de maïs.

Si le matériau est écologique de bout en bout, il se veut également solidaire. Les parpaings sont conçus dans des centres ESAT (établissements de centre d'aide par le travail), pour la réinsertion de personnes handicapées.

BAT'IPAC ambitionne aussi de construire des logements solidaires d'urgence, pour la fondation Abbé Pierre. "Les gens peuvent mieux se reconstruire dans des logements de qualité", argumente Alain Marboeuf.

 Le gîte en carton, recouvert d'un bardage en bois.

Le gîte en carton, recouvert d'un bardage en bois. © L'îlot carton

Pas d'entretien à assurer après la construction, un matériau durable dans le temps (le carton, imperméabilisé à l'eau et à l'air, ne se dégrade pas) : les atouts de ce nouveau matériau de construction semblent illimités.

Et pourtant, il prend du temps à se faire connaître. Difficile de faire sa place face aux géants de la construction. À ce jour, seulement six maisons de ce type ont été construites en France.

Il faut dire que les parpaings ne sont pas encore vendus directement aux particuliers. Les personnes intéressées doivent passer par des sociétés de construction ou des charpentiers. Un moyen pour BAT'IPAC d'éviter les malfaçons, en attendant que les vertus du carton soient reconnues par tous.

Photo carton alvéolé : Flickr/Creative Commons/Annie Roi