Les Anglais dévoilent leurs secrets de confinement par carte postale

JAMAIS ON NE MENT SUR LE CONFINEMENT - Les Londoniens ont répondu à l'appel d'une papeterie anglaise proposant de révéler leurs petits secrets du "lockdown".

Le confinement, une activité monotone, banale, ennuyeuse ? Faux, si l'on en croit les secrets divulgués par les Britanniques à une papeterie londonienne. Sur Instagram, la boutique Marby & Elm a en effet envoyé des cartes postales tamponnées "Lockdown Secret" (secret de confinement) à tous ceux qui le désiraient. Objectif : se soulager d'un secret, révéler quelque chose d'étrange fait durant cette période, une nouvelle habitude, une pensée ou un sentiment sur quelque chose ou sur quelqu'un. La forme est totalement libre à partir du moment où ça tient dans une enveloppe !

Et le moins qu'on puisse dire, c'est que les Anglais ont de l'imagination. Eleanor Tattersfield, propriétaire de la papeterie, a reçu 300 cartes en six semaines, d'après l'AFP. Certains se sont contentés de quelques mots griffonnés, mais d'autres ont dessiné, découpé, collé, brodé, cousu... une personne a même discrètement inséré son secret à l'intérieur d'une photo glissée dans l'enveloppe ! Il a fallu une loupe aux libraires pour découvrir le texte : "J'ai comméncé à parler aux oiseaux."

Au revoir les soutiens-gorge, bonjour les poils

Mais on vous voit venir, bande de petits curieux... Vous souhaitez connaître les secrets révélés par ces cartes postales ! Eh bien, ils sont parfois très simples, comme cette personne qui raconte avoir pris de très longs bains pour regarder un film en buvant un verre, parfois touchants à l'image de cette "maman la plus chanceuse du monde" évoquant le coming out de son fils de 18 ans, et parfois croustillants, comme cette fille qui a proposé un plan à trois à sa meilleure amie et son nouveau copain... en vain.

Surtout, ces indiscrétions forment un instantané assez représentatif d'un confinement vécu par la moitié de la planète. On y parle de solitude, de déprime, d'abstinence, de bouffe, de coups de foudre absurdes (pour le conseiller scientifique du gouvernement anglais, pour un mécanicien qui change un pneu, etc.), de famille, de divertissement, de partage des tâches à la maison, de libération de la femme (au revoir les soutiens-gorge, bonjour les poils), bref de tout ce qui a occupé notre quotidien durant quelques mois.

Prochaine étape ? Un livre et sans doute des expositions dans des galeries d'art. Alors si vous avez envie de soulager votre conscience, n'hésitez pas à demander une carte postale à Eleanor Tattersfield, l'anonymat est garanti.

Ce site utilise Google Analytics.