| |

AUTOCONSTRUCTION - Ce passionné de patrimoine remet sur pied une ferme en ruine. Pour monter son pan de mur, pas de perceuse-visseuse, mais une bédane et un maillet.

Sur ce chantier, aucune radio ne pousse la chansonnette pour couvrir le bruit des machines. On entend seulement le "tac tac" des coups de ciseau dans le bois, et lorsque Fabien Patoor s'arrête, le bruit du vent dans les arbres.

À 33 ans, il s'est lancé un défi surprenant : restaurer à l'ancienne, sans électricité, cette ferme en ruine au milieu des champs, située près de Wormout, dans le Nord.

"Le fait de travailler sans électricité, c'est un moyen de se rendre compte de tout le travail qu'il y a derrière le patrimoine", raconte celui qui a recensé les constructions remarquables de la région pour l'association locale Yzerhouck.

Bédane et maillet

Le voilà donc, en ce chaud après-midi d'août, en train d'assembler "doucement, mais sûrement", les différentes pièces d'un pan de mur en bois, pour redresser cette bâtisse dont la partie la plus ancienne date de 1805 "au moins".

© Lisa Hör

Sur un chantier moderne, il utiliserait perceuse et visseuse pour fixer les différentes pièces avec des équerres en métal. Mais ici, où la ferme n'est pas raccordée à l'électricité, pas question d'utiliser un générateur pour alimenter ces outils.

Fabien se contente d'un bédane (proche du ciseau à bois) et d'un maillet. Sur la sablière, la longue pièce de bois couchée à l'horizontal, il creuse patiemment les mortaises, dans lesquelles s'emboîteront les poteaux.

Il espère mettre la maison hors d'eau pour l'hiver, en remontant la toiture effondrée, avant de recouvrir le pan de mur de torchis.

Chantiers participatifs

Toutes ces techniques, il les apprises au cours de nombreux chantiers Rempart. Il s'agit de projets associatifs de restauration de monuments, au cours desquels les bénévoles se forment à la taille de pierre, la maçonnerie, ou encore la charpente.

De quoi enthousiasmer Fabien, à qui ses études d'architecture semblaient trop oublieuses des savoirs-faire passés.

Quelques uns des outils amassés par Fabien Patoor.

Quelques uns des outils amassés par Fabien Patoor. © Lisa Hör

"Tout ce qu'ai appris sur les Remparts, je voulais le pratiquer", explique-t-il. Il en profite pour transmettre à son tour, puisque cet été il proposait, sur la page Facebook dédiée à son projet, d'accueillir sur son terrain ceux qui voulaient s'initier.

Une personne est venue l'aider une journée, quelques autres ont simplement observé. La foule n'est pas venue troubler la quiétude de ce coin de campagne, mais cela n'a pas entamé la motivation du jeune homme.

Bricoler pour le plaisir

Il profite de ce coin de liberté pour mener ses expériences, constituant un stock de charbon pour le barbecue à partir du vieux plancher démonté de la maison, ou encore fabriquant un fil à plomb de charpentier à partir de tuyaux fondus.

"Ça coûte 30 euros dans le commerce, éclaircit-il en faisant la démonstration de cet outil qui sert à marquer des repères sur les pièces de bois. Là, ça m'a seulement demandé un après-midi d'amusement."

Le fil à plomb permet de tracer des repères sur le bois.

Le fil à plomb permet de tracer des repères sur le bois. © Lisa Hör

Et peut-être aussi, une petite part d'enfance. Car c'est bien de cette époque que remonte le goût de Fabien pour la bricole, les mains dans la terre. "Je disposais d'un grand carré de le jardin pour faire ce que je voulais, se souvient-il. Je pouvais creuser, jouer à l'archéologue, faire de la poterie en argile..."

Aujourd'hui, sa boîte à outils ressemble à une malle aux trésors. À l'intérieur, on découvre vilebrequins (ces ancêtres de la perceuse), scies manuelles et équerres en bois. Autant d'outils dénichés sur les brocantes, qui ne demandent qu'à revivre.

Fabien aura certainement l'occasion de les utiliser pour terminer sa maison, qu'il compte bien rendre confortable pour y emménager avec sa fille et sa compagne. À ce moment-là, la demeure sera certainement été relié au réseau électrique. Même si Fabien ne serait pas contre l'installation d'une éolienne dans le jardin....