| |

MAISON-ÉCOLO - Deux architectes ont imaginé une maison dont les murs glissent sur des rails pour s'orienter face au soleil. Un projet spectaculaire à découvrir en vidéo !

C'est une maison "conçue pour les climats extrêmes, de la Laponie au Cap Horn". Elle s'adapte aux variations de température... en changeant de forme.

En hiver, elle se replie sur elle-même et ressemble à une maison classique, pour garder ses habitants au chaud.

Au printemps, elle "s'ouvre comme une fleur". Les murs intérieurs, entièrement vitrés, deviennent les façades extérieures, pour laisser entrer le soleil. Les fenêtres deviennent des portes et inversement.

Ce concept, baptisé D*Dynamic et mis au point par les architectes David Ben Grünberg et Daniel Woolfson de l'agence londonienne D*Haus, est plus parlant en vidéo :

Optimiser l'ensoleillement pour économiser l'énergie

D*Dynamic se transforme au rythme des saisons, mais elle peut aussi le faire dans une seule journée, pour tirer parti au mieux des rayons du soleil au fil de sa course.

D*Dynamic évolue au fil des saisons.

D*Dynamic évolue au fil des saisons. © D*Haus

Il existe déjà des maisons capables de pivoter sur elle-même pour suivre le soleil, comme cette tiny-house qui tourne très précisément à 359°.

Mais D*Dynamic, elle, se plie et se déplie, passant du carré au triangle. Les murs pivotent sur des rails, pour orienter les fenêtres face au soleil, ou au contraire les abriter pour conserver la chaleur et faire des économies d'énergie.

"Nous sommes persuadés que les bâtiments qui peuvent s'adapter et se transformer permettent une façon de vivre bien plus soutenable", écrivent les architectes sur leur site.

Près de 6 millions d'euros pour construire un prototype

D*Dynamic, imaginée en 2009 dans le cadre d'un travail de fin d'études et perfectionnée au fil du temps, reste encore à l'état de projet.

© D*Haus

© D*Haus

Au magazine Makery qui les interroge pour savoir si la maison dynamique verra finalement le jour, les architectes répondent : “Oh oui, nous allons la construire, c'est sûr ! Si on n'y croit pas, ça ne se fera pas. Et nous avons déjà tellement avancé, du projet étudiant au business.”

Ils estiment à près de 6 millions d'euros l'investissement nécessaire pour construire un premier prototype grandeur nature, et 2,3 millions d'euros ensuite pour construire chaque nouvelle maison, poursuit Makery.

Un peu cher certes... mais peut être sera-t-il possible un jour de rendre cette belle idée plus accessible !