| | | | |

ÉNERGIE SOLAIRE - Comment choisir entre l'autoconsommation, la vente du surplus ou la vente de toute la production d'électricité ? Éclairage en trois témoignages.

Se lancer dans l'installation de panneaux solaires n'est pas une mince affaire. D'abord, il faut vérifier que cela vaut le coup, ensuite, il faut éviter les arnaques, enfin, lever les derniers doutes, car les plus écolos d'entre vous se poseront forcément la question du recyclage (à laquelle nous avons répondu ici).

Si vous avez sauté tous ces obstacles, il reste le petit élément déclencheur qui va vous faire sauter le pas et choisir le mode de consommation solaire qui vous convient le mieux. Pour vous aider dans cette décision, nous avons demandé à trois personnes de nous raconter leur histoire et les bénéfices qu'elles retirent de leur choix !

Pierre, 32 ans, revend toute son électricité solaire pour amortir l'investissement

Lorsqu'ils ont fait installer dix panneaux solaires sur le toit de leur maison de la Vienne en avril dernier, Pierre Borg et sa compagne ont choisi de vendre la totalité de l'énergie produite pour compenser l'investissement.

© Pierre Borg

Les dix panneaux ont coûté au couple 8 000 euros. Un financement important qui va être rentabilisé au bout de 10 à 11 ans selon leurs calculs. Chaque mois, les 500 kWh produits sont directement réinjectés dans le réseau électrique général et rachetés 21,4 centimes d'euros le kWh par la société de distribution d'électricité Sorégies.

Cet achat rapportera annuellement 750 euros au couple, une somme qu'ils toucheront en fin d'année. “Avec cet investissement, le plus intéressant était bien de revendre tout”, souligne Pierre Borg.

Mais, la plus grande satisfaction pour Pierre Borg est aussi de produire une énergie propre et de “parer les centrales nucléaires”.

À l'avenir, le couple souhaiterait pouvoir fabriquer lui-même des panneaux solaires, mais cette fois thermiques, pour l'eau chaude sanitaire et le chauffage de leur maison.

Thierry, consomme l'électricité produite et vend le surplus

En plus de la fierté de produire ma propre énergie, j'ai un revenu complémentaire”, indique Thierry Manceau qui vit dans le département de Seine-et-Marne. Il vend l'excédent de production de ses panneaux solaires à EDF.

© Thierry Manceau

Thierry produit aux alentours de 2000 kWh par an, dont 500 sont utilisés pour sa propre consommation et 1500 sont vendus. “Tout consommer est difficile, et pour moi ça n'aurait aucun intérêt. L'électricité est produite essentiellement l'été, ce qui rend l'autoconsommation en hiver bien trop compliquée. En plus, il faudrait consommer en direct quand il fait beau, ce n'est pas pratique”.

Ce citoyen engagé n'en est pas à sa première installation. Il a commencé en 2001, en installant des panneaux solaires avant l'existence de contrat de vente avec tarif réglementé. 

En 2007, il décide d'opérer une extension de son installation. La vente totale était alors possible, mais cela nécessitait un équipement spécial que Thierry Manceau ne souhaitait pas acquérir. Et le nouveau tarif d'achat d'EDF permettait d'amortir plus facilement son investissement.

Pour ma première installation, c'était avant tout un acte éco-citoyen, il n'y avait aucune rentabilité financière. Mais pour la deuxième, le tarif garantissait un remboursement rapide. Et l'acte militant a une certaine limite.

Roger, retraité, pour lui, tout le monde peut faire un peu d'autoconsommation

Roger Zenss en est convaincu, quelle que soit votre situation, vous avez intérêt à vous mettre au photovoltaïque. Le retraité, qui est aussi Délégué Général et trésorier pour le GPPEP, le groupement des particuliers producteurs d'électricité photovoltaïque, “conseille à tout le monde de faire au moins une mini-installation, car le photovoltaïque est rentable dans tous les cas”.

© Roger Zenss

Lui, n'a pas tout de suite opté pour l'autoconsommation totale. Il a commencé par vendre la totalité de sa production. Puis, en 2015, il installe de nouveaux panneaux solaires, pour sa propre consommation cette fois-ci.

Ne disposant pas de beaucoup d'espace sur son terrain de Michelbach-le-Bas, en Alsace, il n'a pu poser que trois panneaux sur le toit de son abri de jardin. Cette installation ne lui permet donc pas d'être totalement autonome.

Ces panneaux me servent à couvrir mes besoins quotidiens, ce que j'appelle les “bruits de fond”. C'est-à-dire tout ce qui tourne en permanence comme la télé, le frigo et ce genre d'appareils”.

Chaque panneau a une capacité de 250 Watts, ils produisent à eux trois l'équivalent de 700 kWh par an. Roger et son épouse en consomment la totalité, ce qui leur permet de réaliser près de 105 euros d'économies sur leur facture d'électricité chaque année.

© Roger Zenss

Sans compter la main d'œuvre, cette installation a coûté au couple Zenss environ 1000 €. Roger estime donc à 11 années le temps nécessaire pour rentabiliser entièrement son investissement.

Même si je ne rentabilise jamais cet aménagement, ce n'est pas grave, car j'aurai toujours la fierté de produire mon électricité”. En attendant, Roger construit un petit abri-bois pour pouvoir installer un nouveau panneau.

Vous ne savez toujours pas vous décider ? Vous avez des doutes ? Nous avons répondu à toutes vos questions sur la consommation de l'électricité des panneaux solaires ici !

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Installer des panneaux solaires : une bonne idée ? !

Passez à l'action