| | |

CHALEUR - Arroser les rues avec de l'eau non potable ou faire remonter l'air frais du sous-sol à la surface, ce sont les deux innovations repérées lors du concours FAIRE 2018.

Imaginez, vous vous baladez dans Paris sous une chaleur presque suffocante. Soudain, un petit vent frais souffle du sol et vient vous caresser le visage.

Rafraîchir la ville pendant les périodes de canicule, c'est l'objectif poursuivi par deux projets du concours parisien de design urbain “FAIRE 2018”, qui ont attiré l'attention de la rédaction de 18h39.

Innovants mais simples à mettre en place, ils permettraient de gagner quelques précieux degrés en plein été.

"À Paris, les températures moyennes quotidiennes sont déjà régulièrement de 2 °C à 3 °C supérieures au reste de l'île de France, explique la designer Isabelle Daëron à la tête du projet Aéro-Seine. Une adaptation du territoire parisien aux enjeux climatiques se fait pressante. Il s'agit de penser dès aujourd'hui de nouveaux moyens pour rafraîchir l'espace public”.

Aéro-Seine : arroser les rues avec de l'eau non potable

Le projet imaginé par Isabelle Daëron, le bureau d'étude Ogi et le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) consiste en une bouche de rafraîchissement reliée au réseau d'eau non potable de la ville. Ce réseau est une spécificité de Paris. Habituellement, cette eau non potable est utilisée notamment pour arroser les parcs.

Ici, elle serait utilisée pour donner un coup de frais aux passants. Lorsque la bouche de rafraîchissement serait ouverte, l'eau remontrait du sous-sol pour se répandre sur le trottoir. Elle s'évaporerait ensuite au soleil et rafraîchirait l'air ambiant.

L'équipe derrière Aéro-Seine espère ainsi diminuer la température autour de cette bouche de rafraîchissement de 4 °C environ l'après-midi.

Ce projet ambitieux pourrait voir le jour dans des zones très minérales comme la Porte de Vincennes, la Porte de Versailles ou la Porte de France.

© Aéro-Seine - Isabelle Daëron, Ogi, CSTB / FAIRE 2018

Air des carrières : des bancs publics très rafraîchissants

Paris possède un large réseau de carrières souterraines dont la température est environ de 14 °C. L'équipe derrière le projet Air des Carrières a eu l'idée d'exploiter cet air frais.

Les architectes Frédéric Blaise, Guillaume Duranel, Julia Lenoir et les designers Emma Lelong et Rémi Nguyen ont imaginé un “banc climatique” en terre crue.

L'air frais des carrières serait acheminé grâce à une pompe électrique jusqu'à la surface, et il ressortirait par une colonne, à côté de bancs. De quoi s'asseoir à côté d'une climatisation naturelle !

Ce système s'inspire du principe des puits canadiens pour rafraîchir les maisons : l'air extérieur passe dans un tuyau enterré dans le sol, il diminue ainsi en température avant d'entrer dans le logement.

© Air des carrières - Frédéric Blaise, Guillaume Duranel et Julia Lenoir, architectes & Emma Lelong et Rémi Nguyen, designers / FAIRE 2018

Ces deux projets ont pour principal objectif de dynamiser l'espace urbain tout en exploitant des ressources gratuites et renouvelables déjà présentes dans la ville. De belles idées en faveur de l'environnement !

Espérons que ces projets verront le jour, à l'image du brumisateur géant dont nous vous avions parlé et qui rafraîchissait les passants de Montréal.

Passez à l'action