| |

LOCATION - Louer plutôt qu'acheter, le concept séduit celles et ceux qui déménagent souvent. Pour répondre à cette demande de nombreuses plateformes ont vu le jour.

Plutôt que d'acheter des nouveaux meubles, Nathalie, 29 ans, préfère les louer. Une habitude qui remonte à ses études. Elle déménageait à l'époque “tous les 6 mois”, pour faire des stages dans différentes villes de France. “Lorsque l'on vit à 1200 km de sa famille, on ne peut pas les solliciter à chaque fois pour déménager ses meubles”, nous explique-t-elle.

Nathalie cherche une solution et découvre les plateformes de location de meubles grâce à une publicité sur Internet. Pour 200 euros par mois, Nathalie louait ”un lit, canapé, frigo et une machine à laver”. Un sacré budget, surtout pour une étudiante ! Elle confirme “J'ai tiré sur mes économies mais je n'avais pas le choix.

En effet, louer un meublé ne lui convenait pas : “je suis très maniaque, je n'aime pas me retrouver avec les meubles des autres”, confie-t-elle.

Préférer l'usage à la possession

Les plateformes comme Lokéo ou encore Move and Rent proposent de vendre l'usage d'un meuble plutôt que de vendre le meuble, la location plutôt que la propriété. Cette tendance a été confirmée par une étude de mars 2018 menée par l'Observatoire société et consommation et Lokéo : 77% des Français affirment préférer l'usage à la possession.

Nous avons voulu proposer aux particuliers une économie de la fonctionnalité”, précise Stéphane Darcel, co-fondateur du site Move and Rent.

Dans les années 80, être propriétaire d'un objet était considéré comme un incontournable au bien-être”, nous explique Jorg Muller, chargé d'étude et de recherche auprès du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc). Et d'ajouter : “aujourd'hui les individus privilégient l'utilité de l'objet.”

Ce nouveau rapport à la consommation ne s'explique pas uniquement par une baisse du pouvoir d'achat des ménages, comme nous le confirme l'expert du Crédoc.

En effet, dans l'étude citée plus haut, on constate que ce qui motive les particuliers à louer plutôt qu'acheter c'est de pouvoir échapper à l'entretien des biens mais aussi de faire évoluer ses équipements facilement en fonction de ses besoins.

Acheter un canapé puis s'en débarasser 10 mois plus tard, cela ne vaut pas la peine”, confirme Stéphane Darcel. Son site, comme les autres plateformes, s'adresse essentiellement aux étudiant-es ou jeunes actifs qui sont amenés à déménager très souvent.

Une solution pratique mais peu rentable sur le long terme

Move and Rent propose par exemple un “pack studio” qui comprend un convertible, une table basse, un bureau et un micro-onde pour 60 euros par mois environ. Pour attirer de futurs clients mobiles, l'entreprise développe aussi plusieurs services annexes : “Notre service comprend la location de meubles, mais aussi l'emménagement, le montage et le déménagement”, précise Stéphane Darcel.

Nathalie n'est plus étudiante mais continue de louer des meubles pour son appartement lillois. Un contrat évalué à 250 euros par mois, mais payé 100 euros environ, car c'est une cliente de la première heure. “Sur le long terme ce n'est pas une solution rentable mais comme j'enchaîne les CDD je ne sais pas où je serai dans quelques mois”, admet-elle.

Parce que le prix peut vite grimper et que le critère numéro un est l'aspect pratique, il est rare que les particuliers meublent en entier leur intérieur avec des meubles ou de l'électroménager de location.

D'ailleurs, d'après l'étude de mars 2018, sur les 4034 personnes interrogées, seulement 2% déclarent avoir eu recours à la location d'équipement de maison durant les douze derniers mois. Une tendance qui progresse mais qui ne fait pas encore partie des habitudes de consommation des Français-es !