| |

VACANCES - Chaque année, le camping-car semble plus tendance que la précédente. Vous êtes tenté-e ? Alors voici nos conseils pour les nuls.

"Attention à ces offres promettant de gagner des camping-cars sur Facebook", prévient un récent article du Monde qui décrypte une escroquerie : wouah, le camping-car est devenu tellement tendance qu'il fait l'objet d'arnaques sur Internet ! Alors certes, ce n'est pas totalement nouveau : en 2018 et 2019 déjà, le camping-car faisait boum dans les ventes et locations de vacances. Seulement voilà, la pandémie est passée par là et avec elle le désir de voyager en toute sérénité.

"De nombreux français ont ressenti le besoin de s'évader et de se détendre après cette période incertaine, nous confirme Chloé Saint-Genez, chargée de communication chez Yescapa, un site de locations de camping-car entre particuliers. Pour répondre à ce besoin tout en respectant les consignes de distanciation sociale et physique, le voyage camping-car et en van s'est imposé comme une des meilleures solutions. Dans les faits, nous avons enregistré une hausse de 48% des demandes de locations entre mai et août."

Cette nouvelle clientèle découvre donc en grande partie les joies de ce moyen de locomotion. Pour les accompagner dans cette aventure, voici sept conseils qui peuvent être utiles.

1. Pour se lancer dans le camping-car, il faut tester

Les experts sont tous unanimes, on apprend la vie en camping-car en voyageant en camping-car. D'où l'intérêt de se lancer dans la location ou le prêt plutôt que l'achat quand on est débutant. Directeur des opération pour UniVDL, le syndicat des véhicules de loisirs, Hervé Gautier a carrément visé l'étranger en famille quand il a commencé : "Je me rappelle avoir testé dans pas mal de pays, en Hollande, en Suisse, en Espagne. Une fois, on était sur l'Adriatique en Italie le matin, il faisait 22 ou 23 degrés, et l'après-midi on était en Suisse dans la neige... C'est une expérience qu'on ne peut connaître qu'en camping-car."

2. Identifiez vos besoins : voyage en couple, entre amis, en famille ?

Le choix de votre véhicule va dépendre du nombre de passagers et de l'utilité que vous souhaitez en faire. Aujourd'hui, le van aménagé séduit de plus en plus les jeunes couples, mais aussi des familles : "C'est un deuxième véhicule pour la famille, explique Hervé Gautier. Il peut se garer plus facilement, il est passe-partout, se transforme en camion de déménagement si besoin, bref il est plus multifonction que le camping-car historique. Mais le camping-car vous offre plus de confort, plus d'autonomie en éléctricité ou en eau, c'est mieux pour la villégiature."

Attention, il existe plusieurs types de camping-cars pour différents usages : le pittoresque capucine, avec son chapeau sur la tête, est pratique pour les familles nombreuses car on y place sept couchages, mais il est plus contraignant. Mélange d'une cabine fournie par un constructeur auto et d'une cellule aménagée par un professionnel, le profilé est un bon compromis, il est d'ailleurs le plus vendu en France, car il coûte moins cher mais reste spacieux et commode. Enfin, il existe une version haut-de-gamme dite "intégrale", chère et spacieuse, qui se rapproche d'un poids-lourds.

Camping-car type "capucine" © Getty Images

3. Comment conduire un camping-car ?

Le camping-car ne nécessite pas de permis spécial, sauf pour les véhicules dits poids-lourds, généralement de type intégral, dont le PTAC dépasse les 3,5 tonnes. En revanche, la hauteur et la longueur de ces véhicules obligent le conducteur à faire preuve de prudence : gare aux virages, aux descentes, aux manoeuvres, et aux entrées de tunnels, parkings, péages... Jetez un coup d'oeil attentif aux panneaux de signalisation et utilisez un GPS spécial camping-car, qui vous conseille des itinéraires adaptés.

Pour autant, pas d'inquiétude, il y a très peu d'accidents liés à des camping-cars. "C'est simple, la France a arrêté d'établir les statistiques d'accident de camping-car sur la route, car c'est quasi nul, explique Hervé Gautier. En Europe, un seul pays continue d'en faire, c'est l'Allemagne, et les résultats sont très positifs. Parce que vous ne roulez jamais à 130, vous roulez à 80-90, et vous faites attention, vous êtes dans un véhicule qui coûte cher ou que vous avez loué."

4. L'esprit camping-car : soyez solidaires !

Il existe clairement un esprit de corps et une solidarité entre camping-caristes, alors profitez-en ! Hervé Gautier abonde : "Il y a des fédérations de camping-caristes, autour d'une marque, d'une région, avec souvent différentes associations qui se sont fédérées. Chez UniVDL, nous avons aussi publié quelques brochures d'usage du camping-car en libre accès, avec des conseils pratiques".

N'hésitez donc pas à demander de l'aide sur la route à d'autres voyageurs, et en retour aidez-les quand il vous sollicite. Idem avec la population locale. Depuis quelques années, des efforts sont faits pour inciter les camping-caristes à vivre en harmonie avec l'environnement qui les entoure. Une charte dite R.E.S.P.E.C.T. a même été édictée par UniVDL, qui encourage chacun à respecter la nature, éviter le regroupement, stationner dans des lieux appropriés, privilégier le commerce local, être courtois et discret, communiquer avec autrui, tenir l'ensemble de ces engagements.

5. Prévoyez les arrêts et les stationnements

Un vrai camping-cariste ne prend généralement pas l'autoroute. Son but, c'est prendre son temps, flâner, découvrir les paysages et s'arrêter s'il en a envie. Une liberté unique qui fait l'atout charme du véhicule. Pourtant, pas question d'improviser totalement, sutout quand on débute. Notez bien en avance les aires de camping-cars, les étapes France Passion (chez les agriculteurs, viticulteurs) et les campings qui peuvent vous accueillir. "Plusieurs sites Internet et applications vous aideront à trouver les emplacements comme Park4Night ou encore Caramaps," rappelle Chloé Saint-Genez.

Par ailleurs, comme n'importe quel autre véhicule, vous bénéficiez du stationnement libre partout. "C'est la même classification qu'une voiture, précise Hervé Gautier, après il peut y avoir des limitations de stationnement. En général, à l'uniVDL, on étudie la légalité des limitations que les communes instaurent, on vérifie. On a cette chance en France d'avoir une large palette de stationnements, d'autres pays sont plus restrictifs !" Attention, stationner ne signifie pas camper, vous devrez respecter l'emplacement, ne pas gêner les commerçants et les riverains. Surtout, ne dépassez pas sept jours d'arrêt, sans quoi le camping-car sera verbalisé, voire enlevé.

Intérieur d'un camping-car bien rangé © Getty Images

6. Vivez minimalistes et rangez bien vos affaires !

"C'est clair qu'en camping-car, oubliez le cristal Baccarat et prenez plutôt de la vaisselle en plastique", sourit Hervé Gautier. Autrement dit, il est vite arrivé de briser quelque chose. Pour éviter la casse, le bruit de portes qui claquent, ou pire, qu'un objet qui traîne vienne percuter votre pare-brise ou la tête d'un passager, il est impératif de ranger les placards, de fixer ce qui peut faire du bruit, de verrouiller portes et fenêtres.

Dans ces conditions, autant n'emporter que le strict nécessaire, notamment une... caisse à outils ! Vous verrez que ça peut rendre service.

7. Apprenez à gérer les ressources et l'entretien

L'autonomie d'un camping-car est en moyenne de deux ou trois jours, alors anticipez les aires de service nécessaires pour faire la vidange, recharger la batterie électrique de la cellule et vous ressourcer en eau. Pour gérer l'eau, il vous faudra quelques outils, comme un tuyau, des raccords pour le brancher, un jerrycan au cas où vous ne puissiez pas vous raccorder, et un diable pliable pour simplifier les déplacements.

Plus globalement, "effectuez chaque contrôle technique et surtout surveillez l'étanchéité de votre véhicule, conseille Chloé Saint-Genez. L'humidité et de manière générale le temps (changement de températures, condensation...) sont les plus grands ennemis des camping-cars ! L'hivernage, qui consiste à préparer et à mettre de côté son camping-car pour l'hiver, est notamment très important pour que le véhicule reste en bon état."

En bref, un apprentissage de la liberté idéal pour les enfants

On l'a dit, le voyage en camping-car s'apprend sur le tas, avec un premier test en location si possible (un achat entrée de gamme avoisine les 35 000 euros tout de même). C'est le seul moyen de savoir si cette liberté de mouvement vous conviendra. La bonne manière de s'y mettre vraiment ? Emmenez vos enfants ou ceux de vos amis ! Ils vous forceront à sauter le pas, et leurs yeux émerveillés vous aideront à surmonter les petits obstacles quotidiens.

"Pour les enfants, ce sont des moments qui ne s'oublient pas, confirme Hervé Gautier. Les miens s'en souviendront toute leur vie. Vous verrez, c'est magique, car les enfants sont surélevés par rapport à la route, ils sont au dessus des voitures, ça change complètement leur perception du voyage". Le plus beau dans tout ça ? "Même au bout d'une heure ou deux, vous n'entendrez pas un enfant vous demander quand est-ce qu'on arrive !"