| | | |

ZÉRO-DÉCHET - Faire du compost, pailler son jardin ou encore bien conserver sa production, découvrez les bons gestes à adopter pour un jardin en bonne santé.

Dans le cadre de la Semaine Européenne de la réduction des déchets du 18 au 26 novembre, la communauté d'agglomération Loire Forez organise sur tout son territoire, un festival sur le thème "Mon jardin zéro déchet".

Durant cette semaine, ateliers, conférences, projections de films ainsi que visites de jardins naturels sont proposés gratuitement au grand public. 

L'occasion de demander à Benjamin Viguié, agent de prévention et gestion des déchets au sein de la communauté d'agglomération Loire Forez, de nous faire part de ses 5 conseils pour avoir un jardin zéro déchet, sans trop d'efforts : 

1 - Pailler son jardin 

Pour pailler votre jardin, vous pouvez utiliser plusieurs matières, comme les tontes de pelouse bien sèches, les feuilles mortes, le broya de branches, des écorces de pin, des feuilles de fougères...

Les matières doivent être très fines pour se décomposer rapidement. Pour cela, Benjamin Viguié conseille : "vous pouvez les étendre au sol, sur votre pelouse, et passer la tondeuse dessus". Le paillis est ensuite à mettre au pied des plantes.

Les rôles du paillage : il limite l'évaporation de l'eau, les effets asséchant du soleil et vent, le développement des adventices (plantes indésirables), et nourrit le sol en se dégradant. De plus, vous aurez moins d'allées-retours en déchetterie, surtout en automne et hiver, quand il faut nettoyer. 

Vous pouvez aussi utiliser du carton, mais il faut veiller qu'il soit sans encre, sans ruban adhésif et sans agrafes. Vous pourrez les recouvrir de vos tontes d'herbes séchées. 

2 - Faire du compost

Réflexe devenu systématique pour certains-es, composter ses déchets permet de produire un amendement pour le sol et de l'engrais naturel.

"Pour avoir un bon compost, il faut respecter les proportions suivantes : 2/3 de matières azotées, comme des épluchures ou des fanes de légumes, ou encore des feuilles vertes et 1/3 de matières carbonées, comme des feuilles mortes, des petites branches broyées ou encore du carton", explique Benjamin Viguié.

Le compost est ensuite à monter en tas, à faire en surface ou bien dans un composteur, de préférence fabriqué soi-même pour éviter les déchets d'emballage. "Et celles et ceux qui n'ont pas de jardin peuvent envisager l'option lombricomposteur, qui prend moins de place".

En fonction des saisons, les déchets mettent entre 9 et 12 mois à se transformer en compost mûr. Celui-ci sera à disposer au pied des plantes, arbres et massifs, voire même directement sur votre gazon pour le fortifier. 

"Attention, les tontes d'herbes doivent être bien sèches, et insérées dans le compost par petite quantité. Sinon, elles vont former ce qu'on appelle un bouchon, et l'herbe, au lieu de se décomposer, va fermenter et être source d'odeur fétide", précise l'expert.

© Neyya - getty images

3 - Adopter une logique zéro phyto 

"Pas besoin d'utiliser des matières chimiques pour nourrir et traiter ses plantes, car les produits ont un impact sur notre nature", informe Benjamin Viguié.

Pour redynamiser la vie du jardin, vous pouvez installer un hôtel à insectes, qui vont venir manger les indésirables, ou favoriser la venue de petits animaux, en laissant des tas de feuilles mortes, où les hérissons pourront faire leur nid par exemple.

Vous pouvez également utiliser du purin de plantes, d'orties ou de fougères, que vous pouvez faire vous-même. 

Enfin, certaines espèces, plantées côte à côte, vont se protéger mutuellement. C'est le cas des oeillets, qui ont le pouvoir de repousser naturellement les parasites, comme les pucerons. 

"Sur internet, ou auprès d'associations, vous pouvez facilement trouver des conseils efficaces pour votre jardin", conseille l'expert.

4 - Bien conserver sa production

"Lorsque l'on cultive en mode zéro déchet, c'est dans une logique de consommation. Mais il arrive parfois que l'on soit face à de la surproduction", explique Benjamin Viguié.

Pour ne pas gaspiller votre récolte, vous pouvez dans un premier temps optimiser votre production, mais aussi prévoir de conserver vos fruits et légumes en trop, afin de les consommer tout au long de l'année.

Conserves, confitures, bocaux, vous aurez des réserves pour l'hiver. Et certains aliments se conservent plus longtemps au frais et au sec, comme les pommes de terre, qui se préservent très bien dans le sable.

© GMVozd - getty images

5 - Broyer les matières carbonées 

Broyer les matières carbonnées, comme les branchages, permet d'avoir de la matière à pailler ou à composter. "C'est un bon réflexe à adopter", précise Benjamin Viguié.

Pour les petits branchages, de l'épaisseur d'un doigt, vous pouvez les disposer directement en ligne et en tas sur votre pelouse, et les broyer à l'aide de votre tondeuse. Avec une lame bien aiguisée, elle ne sera pas abimée.

Pour les gros branchages, débitez-les, et servez-vous en pour délimiter vos carrés potagers et vos allées. Cela évite d'acheter des bordures bétonnées.

"Je ne conseille pas d'utiliser le bois en le brûlant dans votre cheminée, car non seulement cela produit des émissions de CO2, nocives pour l'atmosphère, mais certains bois, comme les résineux, favorisent les projections de sève sur les vitres d'inserts, et favorisent les risques d'accidents domestiques", précise l'expert.

Avec ces 5 conseils simples, vous êtes maintenant prêts-es à vous lancer dans le jardinage zéro déchet !