| | |

SANTÉ - Pour réduire les risques d'être piqué et d'attraper la maladie de Lyme, suivez ces conseils d'experts.

Un tiers des piqûres de tiques signalées en France ont été faites dans les jardins. C'est l'un des enseignements du programme de recherche participative ciTIQUE, qui a collecté et analysé 1400 tiques ayant piqué des particuliers.

"Si le risque d'être piqué par une tique dans votre jardin du centre-ville est à peu près nul, ce n'est pas le cas dans votre potager ou votre aire de pique-nique préférée en pleine campagne ou à l'orée d'une forêt", expliquait Jean-François Cosson, directeur de recherche à l'INRA, dans un article publié sur The Conversation.

Si vous habitez en campagne ou près d'une forêt, il faut donc être vigilant-e, les tiques peuvent transmettre plusieurs maladies, dont la maladie de Lyme. La bonne nouvelle, c'est que vous pouvez vous protéger en aménageant votre jardin.

Comment ne pas attraper de tiques au jardin ?

La première recommandation de Jean-François Cosson pour réduire la présence des tiques dans son jardin est de "créer des aires dégagées et ensoleillées", les tiques affectionnant l'ombre et l'humidité. Voici quelques-uns des conseils listés dans son article :

  • couper la végétation et tondre l'herbe,
  • enlever les tas de feuilles,
  • placer les haies et les massifs loin des zones fréquentées,
  • si vous habitez près d'une forêt, aménager une bande d'un mètre de large avec des plantes espacées sur du paillis sec (écorce) ou du gravier,
  • placer du paillis sec sous les balançoires et aires de jeux des enfants,
  • installer une clôture pour empêcher les chevreuils (qui transportent de nombreuses tiques) de rentrer dans le jardin.

Certains de ces aménagements sont contraires à ce que l'on vous conseille régulièrement sur 18h39 pour favoriser la biodiversité du jardin. Par exemple, nous vous recommandions de laisser des tas de feuilles mortes pour attirer les hérissons. Or, ces mammifères portent aussi de nombreuses tiques sur eux.

"C'est bien le problème de la tique, analyse Jonas Durand, ingénieur pour le projet CiTIQUE. Elle fait partie de l'écosystème, la plupart des mesures qui sont bonnes pour la biodiversité sont bonnes pour la tique aussi."

Alors, comment faire pour se débarrasser des tiques, sans sacrifier, entre autres, les hérissons ? "Vous pouvez mettre les tas de feuilles et de bois dans les endroits assez éloignés du jardin, et laisser des petites bandes avec moins de végétation autour. De même, laisser pousser sa pelouse est bon pour la biodiversité, mais si vous avez des enfants, l'endroit où ils jouent régulièrement doit être tondu plus souvent", explique Jonas Durand.

"Notre but n'est pas de dire qu'il faut arrêter de sortir dans le jardin ou de faire des choses bonnes pour la biodiversité, mais de diminuer le risque au maximum", ajoute-t-il. A vous de trouver la juste mesure, en fonction de votre situation.

Ce que vous pouvez faire dans tous les cas : déparasiter vos animaux domestiques, chiens et chats, en enlevant les tiques à l'aide d'un peigne et d'un crochet à tiques, ou avec des révulsifs ou acaricides à demander auprès de votre vétérinaire.

Les poules, prédatrices naturelles des tiques

Sinon, la solution la plus efficace est toute simple : adopter des poules ! "Dans un premier temps, elles serviront d'hôtes aux tiques, mais ensuite, elles vont manger tellement de tiques qu'elles vont en réduire drastiquement la quantité dans votre jardin", explique Jonas Durand.

Bien sûr, elles doivent être en semi-liberté pour pouvoir picorer partout. Prévoyez aussi un bac à sable ou une zone avec de la terre pour qu'elles puissent se frotter et se nettoyer.

Bonus : ça marche aussi avec les pintades !

Les solutions non-recommandées contre les tiques

  • Les pièges à rongeurs :

Il existe des pièges qui pulvérisent des répulsifs acaricides sur les rongeurs, hôtes privilégiés des tiques, ou du coton imbibé de répulsif à tiques, que les rongeurs vont utiliser pour faire leur nid. Mais pour le moment, Jonas Durand ne peut pas recommander aux particuliers d'en acheter sur Internet, car il n'a pas connaissance d'étude sur leur efficacité en France.

  • Les pesticides :

L'ingénieur déconseille les pesticides, nocifs pour l'environnement et la santé, et peu efficaces. "Les tiques se déplacent sur leurs hôtes, elles s'accrochent, se nourrissent et se laissent tomber. On ne peut pas les attirer à un endroit pour toutes les tuer", indique Jonas Durand. On a également vu des résistances aux pesticides apparaître chez les tiques dans les pays où ils sont largement utilisés.

  • Les plantes et les purins de plante :

Il existerait des plantes en Afrique aux propriétés répulsives contre certaines espèces de tiques, mais rien n'a été prouvé concernant les tiques d'Europe, précise Jonas Durand.

Il ne conseille pas non plus les purins de plante, pour lesquels aucune efficacité contre les tiques n'a été démontrée. Quant aux huiles essentielles, certaines sont efficaces comme répulsif en tant que protection personnelle, mais elles ne sont pas conseillées pour traiter un jardin.

Les bons gestes en rentrant du jardin

En revanche, vous pouvez adopter quelques réflexes, dès que vous passez un peu de temps au jardin :

  • Habillez-vous avec des couleurs claires. Les tiques n'ont pas d'yeux, elles ne vont pas fuir votre tee-shirt blanc. Mais vous, vous les verrez mieux si elles grimpent dessus !
  • Les tiques ne piquent pas tout de suite mais peuvent rester accrochées sur les vêtements en attendant de trouver le pli de peau idéal. Retirez vos vêtements tout de suite en rentrant du jardin, mettez-les dans un sac fermé, que vous laisserez au soleil et au sec, ou au contraire au congélateur quelques jours. Ou bien lavez vos vêtements à 60°C.

Enfin, vous pouvez aider la recherche en signalant les tiques qui vous ont piqué au programme CiTIQUE. Une prochaine étude s'intéressera, à partir de l'été 2020, aux facteurs qui font que certaines personnes sont plus piquées que d'autres. Vous pourrez alors signaler si vous avez été piqué en revenant d'une promenade ou non.

3 choses à savoir sur les tiques :


  • Toutes les tiques ne transmettent pas de maladie, seulement celles qui ont elles-mêmes été infectées par un agent pathogène. Sur les 1400 tiques analysées par les chercheurs de ciTIQUE, seules 30 % étaient infectées.

  • Même si une tique est infectée, la transmission de la maladie à l'homme dépend de plusieurs facteurs : l'espèce à laquelle appartient la tique, le temps avant que l'on enlève la tique, le système immunitaire de la personne piquée.

  • Une piqûre de tique ne veut donc pas forcément dire que l'on va tomber malade. Mais il faut enlever la tique avec un crochet à tique, désinfecter la plaie avec un antiseptique, vérifier que l'on n'a pas été piqué par d'autres tiques, et consulter un médecin en cas de symptômes (une plaque rouge qui s'étend en cercle autour de la piqûre, de la fièvre, ou encore une paralysie faciale).