| | |

CONSTRUCTION - Un béton confectionné à base de coquilles Saint-Jacques permet de lutter contre l'appauvrissement des sols tout en permettant de recycler des déchets. Explications.

Après le béton à base d'argile, voici le béton confectionné à partir de coquilles Saint-Jacques. Cette invention, c'est à l'École Supérieure d'Ingénieurs des Travaux de la Construction de Caen, en Normandie, qu'on la doit. 

En effet, une équipe d'ingénieurs s'est lancée depuis 2011 dans ce projet. Le but ? Créer un béton drainant où le granulat, qu'il est normalement nécessaire d'extraire, est remplacé par des éclats de coquilles Saint-Jacques et d'autres coquillages. Ce qui lui permet de lutter contre l'artificialisation des sols.

En effet, grâce à son caractère drainant, il laisse l'eau de pluie s'infiltrer dans le sol et non s'écouler vers les égouts. Il permet également à la terre située en dessous, de conserver toutes ses propriétés naturelles.

Économie circulaire

Nous nous sommes intéressés au recyclage et à la valorisation des déchets de la conchyliculture et de la pêche. Tout en cherchant un moyen de réaliser des économies de ressources naturelles telles que les graviers utilisés dans le béton”, explique Mohamed Boutouil, directeur de la recherche.

Ainsi, les coquilles de coquilles Saint-Jacques, pétoncles et crépidules connaissent une nouvelle vie, plutôt que de finir à l'incinérateur.

La formule actuelle a été breveté après trois années de recherches. Ces dernières ont permis à l'équipe d'en savoir davantage sur les propriétés du granulat de coquilles et leur compatibilité avec le reste des ingrédients, que la formule actuelle a été brevetée.

© ESITC Caen

360 kilos de coquilles pour une tonne de béton

Pour obtenir une tonne de ce fameux béton, il faut environ 360 kilos de coquilles. Ces dernières sont concassées et incorporées au béton, ce qui permet de se passer de 30 à 50 % du granulat 

C'est grâce aux espaces vides situés entre les éclats de coquilles que le béton obtient son caractère drainant, Ce type de béton peut être très utile pour aménager une terrasse, plages de piscine ou allées de jardin par exemple.

Actuellement, le produit est testé sur le parking de l'ESITC Caen tandis que deux chantiers sont en cours de préparation avec les agglomérations de Caen et de Saint-Malo.

L'équipe d'ingénieurs songe par ailleurs à une commercialisation, “fort des retours d'expérience sur les chantiers en cours, nous pourrons commercialiser les éco-pavés dans la foulée”, indique le professeur.

Ce béton d'un genre nouveau est, pour le moment, conçu pour un usage sur des zones à faible trafic comme les trottoirs, les rues piétonnes ou encore les parkings. Mais il pourrait très bien à l'avenir permettre d'aménager une terrasse, des plages de piscines ou des allées de jardin chez les particuliers.