| | |

ORGANISATION - Entre la tentation de procrastiner, gérer le bruit de son entourage ou l'envie de rejoindre votre lit, le télétravail nécessite des règles bien précises pour fonctionner.

Améliorer la qualité de vie personnelle et familiale, augmenter la productivité au travail, réduire son empreinte écologique, les raisons qui poussent de plus en plus de Français-es à choisir le télétravail sont nombreuses.

Sur le papier, le concept est séduisant : finis les transports en commun bondés pour rejoindre le bureau, plus besoin de quitter votre lit pour répondre aux mails et vous pouvez passer vos coups de fils en caleçon !

Dans les faits, il n'est pas toujours évident de transformer un environnement aussi familier que son propre foyer en lieu propice au travail, surtout si vous êtes victime de procrastination aiguë…

Couples en free-lance, étudiants, architectes d'intérieurs ou spécialistes de l'aménagement d'intérieur, nous les avons interrogé-es pour connaître les secrets d'une vie professionnelle réussie à la maison !

Devenir maître de son environnement et éliminer les tentations

Claire, 28 ans, autrice du blog Bicarandco, travaille comme rédactrice web depuis chez elle, tout comme son mari, graphiste, et leur fille scolarisée à domicile. Selon elle, le plus difficile est de se tenir à un emploi du temps fixe. “Les gens s'imaginent qu'on se lève à 11h30, mais c'est important d'avoir un cadre pour ne pas terminer trop tard. On fait en sorte de ne pas terminer après 18h”, raconte-t-elle.

Avoir un emploi du temps bien rodé permet de ne pas succomber à la procrastination, la tendance à vouloir tout reporter à plus tard. Pour éviter ce souci, Jennifer Dimler, archithérapeuthe, recommande d'avoir une porte qui ferme quand cela est possible pour s'isoler du reste de la maison et de ses tentations, qui n'ont aucun lien avec le travail. En revanche, pas certain que cette astuce vous dissuade de flâner sur les internets...

L'archithérapeuthe conseille de ranger ou faire disparaitre du champ de vision toutes les choses qui n'ont rien à voir avec le travail : livres, nourriture, bazar. “Quand on fait de la pâtisserie, on ne laisse pas trainer la bouteille de ketchup sur le plan de travail”, explique-t-elle.

Cela peut demander un gros effort, car on veut parfois profiter de la maison pour gagner du temps sur les tâches ménagères”, rappelle Jennifer Dimler. Si l'envie soudaine de nettoyer votre salle de bains ou de faire une machine vous prend, cette spécialiste de l'habitat invite à intégrer cette tâche dans l'emploi du temps de la journée, sous forme de rendez-vous. Un moyen de limiter cette tâche dans le temps.

Autre solution au problème, Charlotte Gille, décoratrice d'intérieur et designer d'espace chez Happy Pog conseille de tourner le bureau face au mur !

Délimiter l'endroit de la maison dans lequel on se sent le mieux

Certaines personnes ont la chance d'avoir un vrai bureau, une pièce dédiée au travail ou encore un atelier d'artiste ou d'artisan. Pour le reste, il faut apprendre à s'adapter et se créer un espace de travail.

Pour Jennifer Dimler, toutes les pièces de la maison peuvent devenir un espace de travail potentiel. “À titre personnel, je suis très efficace dans mon lit. J'ai pris un coussin de femme enceinte, je peux ne pas bouger pendant 4h, ça me permet d'être concentrée”, nous raconte-t-elle. Et d'ajouter : “il n'y a pas de lieu type, l'idéal c'est de tester.

Claire, elle, a expérimenté son lit, le canapé du salon ou encore la table à manger, mais a préféré installer un petit bureau pour travailler. “Sur mon lit, la tentation de passer des heures sur YouTube est grande”, reconnaît-elle.

Pour elle, il est important de compartimenter son espace de travail pour ne pas avoir le sentiment qu'on est encore au travail, une fois la journée terminée.

Pour cela, il existe plusieurs manières de délimiter le périmètre dédié à votre vie professionnelle. Charlotte Gille recommande de cloisonner visuellement l'espace, “en mettant des paravents, des rideaux qui descendent du plafond, ou même un papier peint.”

Cette dernière propose également l'idée d'une verrière à mi-hauteur qui nécessite certes un peu de travaux mais permet de cacher le bureau sous le pan du mur, tout en ayant une vitre, ouverte sur l'extérieur de l'appartement qui laisse passer la lumière.

Les règles d'or pour bien travailler : l'importance des rituels et du confort

Une fois que vous avez trouvé votre endroit et planifié votre journée, il est temps de se mettre au travail. C'est sans doute l'étape la plus difficile : passer du confort de la maison, à celle de la mise en route.

Pour parvenir à changer d'état d'esprit, le meilleur moyen est d'organiser des petits rituels pour se motiver. Pour Jennifer Dimler, changer de vêtements est primordial pour commencer à travailler. Difficile de se mettre au travail quand on est encore en pyjama !

Madeline, 27 ans, freelance pour une association qui prépare également le CAPES, est une adepte des loisirs matinaux. “Je me prévoie une heure ou deux le matin, comme lire un livre ou faire du yoga avant de travailler. Je commence la journée par ce qui me semble essentiel pour ne pas me sentir frustrée”, explique-t-elle.

Lorsque vous êtes finalement attablé, faites en sorte d'être confortablement installé. La lumière est centrale comme nous le rappelle Philippe Carillo, décorateur d'intérieur chez Créateurs d'intérieur :  “On positionne toujours l'écran d'ordinateur perpendiculairement à la fenêtre pour éviter les reflets.” Tout en indiquant qu'il est nécessaire de “vérifier en amont que vous avez tout ce dont vous avez besoin dans la pièce, comme les arrivées électriques ou une connexion Ethernet.

Madeline, elle, s'est équipée d'un fauteuil ergonomique sans dossier, qui ressemble à un tabouret : ”Sous les tibias, j'ai un coussin sur lequel reposent mes jambes. Comme cela, ma colonne reste bien droite. C'est une position dynamique qui m'aide à réfléchir.

Préparer et conditionner son entourage (pour avoir la paix !)

Les personnes qui télétravaillent ne sont pas toujours des célibataires qui vivent seuls. À l'instar de Claire, il faut parfois réussir à cohabiter avec un colocataire, son conjoint ou ses enfants !

Avant toute chose, Jennifer Dimler conseille d'expliquer aux proches qui vont partager l'espace avec vous que vous avez besoin de calme, que vous êtes ici pour travailler.

Pour ne pas se déranger mutuellement, Claire et son mari passent leurs coups de fils dans une pièce différente. Mais cette jeune femme adepte du minimalisme et zéro-déchet reconnaît qu'il a été compliqué de faire comprendre à leur fille, qui a 4 ans, la notion de travail. “Je lui ai expliqué qu'il ne fallait pas nous déranger, sauf si elle a un problème qu'elle ne peut pas gérer toute seule”, indique-t-elle. “Elle a compris qu'elle devait attendre que j'arrête de travailler pour me demander quelque chose.

Jennifer Dimler recommande le jeu pour que l'enfant comprenne la limite entre travail et jeu. Si votre enfant se trouve dans la même pièce que vous, pourquoi ne pas mettre en place un système de “porte invisible” ? “Pour ne pas être interrompu, installez une porte invisible dans votre salon. Quand votre enfant souhaite communiquer avec vous, il doit frapper à la porte, et vous l'autorisez ou non à entrer.

En cas d'échec, pensez au casque anti-bruit !

Passez à l'action