| |

ÉCOLOGIE - Pour faire des économies d'énergie, les bars et restaurants n'auront plus le droit de chauffer leurs terrasses en hiver. Une première dans une grande ville en France.

À partir du 1er janvier 2020, pour savourer un chocolat chaud en terrasse à Rennes (Ille-et-Vilaine), il faudra prévoir un bon plaid. La mairie (PS) a décidé d'interdire le chauffage en terrasse, pour les bars et restaurants.

"La fin des terrasses chauffées était dans le débat public depuis longtemps. L'urgence climatique est dans toutes les consciences. Personne ne chauffe à l'extérieur chez lui, pourquoi le ferait-on sur l'espace public ?", estime Marc Hervé, adjoint à la maire de Rennes, en charge du commerce, dans le Parisien.

Une terrasse chauffée = la consommation électrique de 15 foyers pendant 1 an

À quel point chauffer une terrasse gaspille-t-il de l'énergie ? Selon les calculs de Thierry Salomon, de l'association négaWatt, cité par France Info, une terrasse avec une quinzaine de chauffages qui fonctionnent tout l'hiver pendant plus de 10 heures chaque jour consomme 42 000 kilowattheures en énergie primaire. "Cela correspond à la consommation électrique de 10 à 15 ménages (par an) pour les appareils électriques domestiques, la bureautique, la télé, l'éclairage – tout ce qui n'est pas chauffage", précise-t-il.

Pour ce qui est des terrasses chauffées au gaz, France info rappelle les calculs de Jean-Marc Jancovici, fondateur du cabinet de Conseil Carbone 4. Ils remontent à 2009, alors que la question était débattue, sans succès, à Paris. Selon lui, le bilan carbone d'une terrasse équipée de quatre braseros au gaz, allumés à pleine puissance pendant huit heures, équivaut à celui d'un trajet de 350 km en voiture.

C'est donc une première pour une grande ville française, mais cette mesure n'est pas tout à fait inédite. Les parasols chauffants sont déjà interdits depuis près de huit ans à Thonon (Haute-Savoie). Et cette année le sujet pourrait revenir sur la table dans plusieurs mairies, à Paris notamment.