| |

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE - Il n'y a pas une seule bonne réponse. Car plusieurs facteurs entrent en jeu : investissement de départ, prix de l'énergie, isolation du logement et aides financières. Illustration avec deux cas pratiques. 

L'automne n'est même pas encore là, et il faudrait déjà penser à faire des économies de chauffage cet hiver ? Mais oui ! Car c'est maintenant qu'il faut entamer vos travaux pour ne pas vous retrouver dépourvu-e quand la bise sera venue. 

Alors, par quoi remplacer votre vieille chaudière au fioul ou vos radiateurs électriques hors d'âge ? Quel est le système de chauffage le plus économique sur le long terme ? Voici ce que vous devez savoir pour un choix éclairé. 

Comment calculer le vrai coût d'un système de chauffage ? 

Le vrai coût d'un système de chauffage dépend de quatre facteurs : 

  • l'investissement au départ, avec le prix de pose, 
  • la consommation du ménage, 
  • l'entretien, 
  • ET SURTOUT l'isolation de votre logement !  

Il ne faut pas regarder seulement l'investissement qui peut paraître important, mais toute l'énergie que l'on va devoir payer, même si ça se voit moins parce que c'est étalé dans le temps, explique Léa Miton, conseillère énergie à l'Espace Info Énergie de Lyon. Sur le long terme, c'est vraiment l'apport de combustible qui coûte le plus cher.”

Et puisque l'énergie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas, il est plus que conseillé d'isoler son logement avant de changer de système de chauffage ! “Dans une maison bien isolée, on peut réduire le système de chauffage au minimum. Dans certains cas, par exemple pour une petite surface, on peut même se passer d'un chauffage centralisé, et avoir seulement un poêle à bois dans la pièce de vie avec de tous petits appoints électriques”, complète Léa Miton. Démonstration avec deux cas pratiques. 

Cas pratiques : combien coûtera mon chauffage sur 20 ans ? 

  • Dans une maison peu isolée de 120 m² (avant déduction des aides financières)
Graphique coût chauffage sur 20 ans dans une maison mal isolée
© Info-énergie Auvergne-Rhônes-Alpes
  • Dans une maison basse consommation de 120 m² ou dans un appartement de 50 m² bien isolé (avant déduction des aides financières)
Graphique coût chauffage sur 20 ans dans une maison très bien isolée
© Info-énergie Auvergne-Rhônes-Alpes

Ces cas pratiques sont tirés de la fiche récapitulative "Quelle Énergie pour mon chauffage ?", réalisée par le pôle Info Énergie Auverge-Rhône-Alpes.

Et le vainqueur est…

À première vue, le poêle à bois semble le plus intéressant financièrement. 

Mais attention, dans une maison peu isolée, il ne suffira pas à chauffer toutes les pièces et il faudra un chauffage d'appoint au plus fort de l'hiver. Le système de chauffage le moins cher dans ce cas est la chaudière à bois. 

En ce qui concerne les logements bien isolés, les différences de coût dans le temps sont fortement réduites car on consomme beaucoup moins d'énergie. Le chauffage électrique ou au propane ne sont plus un gouffre financier. Ce seront alors les sensibilités de chacun qui feront choisir un système de chauffage basé sur une énergie renouvelable… en sachant que ces énergies renouvelables sont subventionnées !

Le chauffage le plus coûteux est…

Dans une maison peu isolée, ce qui revient le plus cher sur le long terme est la chaudière à condensation alimentée au propane. Juste derrière arrive le chauffage électrique (même s'il est déjà possible de consommer moins en remplaçant ses convecteurs par des radiateurs rayonnants ou à inertie, plus efficaces).

Renseignez-vous sur les aides financières

“Une pompe à chaleur air / eau coûte 10 à 15 000 euros, mais si vous cumulez les aides financières, vous pouvez arriver au prix d'une chaudière à gaz ou fioul, entre 3500 et 7000 euros”, indique par exemple Romain Chiroux, conseiller technique à l'Adil 63, l'Espace Info Énergie du Puys de Dôme

La pompe à chaleur, qui utilise principalement les calories de l'air extérieur pour réchauffer l'intérieur de la maison (et donc une source d'énergie renouvelable), devient alors aussi intéressante à l'achat. 

Il existe des aides financières nationales, d'autres régionales et des aides spécifiques pour les ménages aux revenus modestes. Ces aides peuvent vous permettre de financer des travaux d'isolation que vous n'auriez pu vous permettre autrement. Le mieux est de vous renseigner auprès d'un conseiller FAIRE, il s'agit d'un service public gratuit. 

Chaque cas est particulier, rapprochez-vous d'un conseiller

Romain Chiroux rappelle ces règles de base : “Faire au minimum 3 devis sur chaque type de chauffage envisagé, et s'adresser à des entreprises RGE pour pouvoir bénéficier des aides financières.” 

Bien sûr, tout n'est pas qu'une question de prix. Tous les chauffages ne peuvent pas être installés partout. Les pompes à chaleur par exemple sont bruyantes et peuvent être gênantes si vous avez des voisins proches. Elles seront aussi moins performantes dans une région où les températures descendent très bas l'hiver. 

Encore une fois, tournez-vous vers un conseiller FAIRE, qui vous donnera les avantages et les inconvénients de chaque système et fera une simulation de coût par rapport à votre situation personnelle. 

À retenir

  • Avant de changer votre système de chauffage, il est toujours plus intéressant de bien isoler. L'énergie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas.
  • Le scénario idéal est d'avoir une maison bien isolée, qu'un poêle à bois ou un poêle à granulé suffira à réchauffer.
  • Mais le choix du chauffage dépend de nombreux facteurs. Par exemple, certaines aides financières à la rénovation peuvent être spécifiques à votre région. Le mieux est de consulter un conseiller FAIRE.
  • Le guide de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) pour se chauffer mieux et moins cher.

Passez à l'action