| | | | |

MODE D'EMPLOI - LED ou halogène ? 2700 ou 4000 K ? Combien de watts ? Vous êtes perdus ? Plus pour longtemps, grâce à ce guide.

Jusqu'à présent lorsqu'une ampoule grillait chez vous, dépassé par le choix en rayon, vous vous contentiez de saisir un modèle au hasard, sans même vérifier le type de culot, en priant pour que l'ampoule fonctionne une fois rentré à la maison. Mais ça, c'était avant.

Pour que vous puissiez choisir vos ampoules comme un pro, 18h39 a demandé conseil à Marie Sarrasin, responsable du rayon luminaire chez Castorama à Englos (Nord).

Suivez ce guide en 3 points :

 

Les différents types d'ampoules : plus ou moins économiques

Les ampoules à incandescence sont très énergivores et sont désormais interdites à la vente en Europe... du moins celles pour lesquelles il n'existe pas de produit de substitution.

"On trouve encore des ampoules à incandescence pour les réfrigérateurs et les fours par exemple", explique Marie Sarrasin.

Les ampoules décoratives, à filament, sont également des ampoules à incandescence tolérées, puisqu'elles ne sont pas destinées à éclairer vraiment mais sont plutôt utilisées pour des lampes décoratives.

Ampoules à incandescence.

Ampoules à incandescence. © Getty images / AvigatorPhotographer

Les ampoules halogènes durent entre 2000 et 3000 heures et consomment 30% d'énergie en moins que les ampoules à incandescence. Mais elles consomment plus d'énergie que les types d'ampoules suivantes et seront interdites en 2018 en Europe (au lieu de 2016 comme initialement prévu).

Les ampoules éco, dites aussi fluocompactes, durent entre 6000 et 7000 heures en moyenne. Si elles mettaient auparavant de longues minutes à s'allumer, elles ont fait des progrès sur ce point. Mais elles ne supportent pas les basses températures et ne s'utilisent pas en extérieur.

Elles contiennent du mercure, et doivent donc être recyclées, déposez-les dans un bac de collecte en magasin, ou en déchetterie.

Les ampoules LED sont très sobres et très durables (certaines plus de 20 000 heures). Autre avantage : elles s'allument instantanément.

Elles contiennent des composants électroniques et des matériaux rares et doivent être recyclées, déposez-les elles-aussi dans un bac de collecte en magasin, ou en déchetterie.

Précautions supplémentaires :

  • Attention : toutes les ampoules halogènes sont compatibles avec un variateur, mais pas toutes les LED, ni toutes les flucompactes. Fiez-vous au pictogramme en forme de triangle. S'il est présent sur l'étiquette, l'ampoule supporte les variations d'intensité.
  • Vérifiez aussi le type de culot sur votre lampe et son diamètre. Les codes les plus fréquents : E14 (petit culot à vis), E27 (gros culot à vis), B15 (petit culot à baïonnette), B22 (gros culot à baïonnette).
Ampoules LED.

Ampoules LED. © Getty Images / DKsamco

Lumens et watts, comment s'y retrouver

Nous sommes habitués à parler en watts, pour parler de consommation comme d'intensité lumineuse. En réalité, la diversification des ampoules complique la donne. "Une ampoule à incandescence va consommer 60 watts pour éclairer 60 watts. Mais une ampoule LED va consommer 6 ou 8 watts pour éclairer 60 watts", explique Marie Sarrasin.

Pour s'y retrouver et pouvoir comparer les intensités lumineuses des différentes ampoules entre elles, on se réfère maintenant aux lumens.

Même s'il n'y a pas d'équivalence à proprement parler entre watts et lumens, on considère que :

  • 400 lumens équivalent à 40 watts d'éclairage,
  • 800 lumens à 60 watts,
  • 1000 lumens à 70 watts.

Astuce : Généralement, 800 ou 850 lumens suffisent à éclairer une pièce de 10 m2.

La température de couleur enfin expliquée

La température de couleur, mesurée en kelvin, permet de choisir une lumière plus ou moins jaune, blanche ou bleue.

Plus la température de couleur est basse, plus la lumière sera jaune. Plus elle est élevée, plus la lumière sera blanche, jusqu'au bleu.

  • 2 700 k : c'est une lumière jaune, douce, appelé “warm wight” (blanc chaud) sur l'étiquette. Plus indiqué pour créer une ambiance apaisante et chaleureuse.
  • 4000 k : c'est une lumière blanche avec une pointe de jaune, appelée “cool white” (blanc froid) sur l'étiquette. Agréable pour la vie quotidienne.
  • 6000 ou 6500 k : c'est une lumière très blanche, avec une pointe de bleu, appelée “day light” (lumière du jour) sur l'étiquette. Parfait pour travailler, lorsque l'on a besoin d'une bonne clarté.

"Mais il y a des personnes qui vont mettre du 6500 k dans toutes les pièces de la maison, y compris la chambre, alors que d'autres trouveront cela agressif", précise Marie Sarrasin. N'hésitez pas à utiliser le testeur en magasin pour voir la différence.

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Bien éclairer chez soi !

Passez à l'action