| |

POTAGER - Dans votre jardin ou sur votre balcon, aménagez un potager qui alterne les couches de différents déchets, qui alimentera vos fruits et légumes.

Le potager en lasagnes : il ne s'agit pas d'une recette végétarienne, mais bien d'une technique de culture pour votre potager.

Contrairement aux pratiques habituelles dans le jardin, qui consistent à perpétuer des gestes de nos ancêtres, la méthode de jardinage du lasagna-bed, que l'on traduit par “couches en lasagnes”, a été créée par la jardinière américaine Patricia Lanza vers les années 1990.

Cette technique de jardinage permet non seulement de recycler ses déchets de végétaux, mais aussi de cultiver ses fruits et ses légumes sans pesticides ni engrais, ce qui s'inscrit dans une logique de permaculture.

Intérêt de la méthode du potager en couches de lasagnes

S'inspirant de l'empilement naturel des déchets que l'on peut retrouver dans la nature, notamment en forêt, la méthode consiste à superposer différentes couches de restes de végétaux, comme une pile de compost, pour y planter fruits et légumes.

Ainsi, plus besoin de bêcher la terre où même d'avoir un terrain, le potager en lasagnes peut s'installer partout, “même sur une terrasse ou un balcon, ce qui en fait un outil de choix pour l'agriculture urbaine”, ajoute Xavier Mathias, l'auteur du livre Le potager en lasagnes (Larousse).

Le jardinage en couches permet également de restaurer une terre pauvre, qui a souffert, comme l'indique Blaise Pascal dans son ouvrage Le sol en permaculture (Terre vivante).

Mais attention, pour fonctionner, la culture en lasagnes doit respecter quelques principes importants.

Un empilement réfléchi pour de bonnes cultures

Tout commence par le choix des déchets naturels à superposer.

Au lieu de classer les déchets en fonction de leur provenance (animale, végétale ou minérale), Patricia Lanza a choisi de les séparer en deux catégories : les éléments qui, une fois décomposés, se transforment en résidus azotés et ceux qui se transforment en résidus carbonés.

Exemples de matériaux bruns, riches en carbone :

  • des rameaux et petites branches vertes broyées, de la sciure et des copeaux de bois
  • des déchets de taille d'élagage broyés
  • des feuilles mortes
  • du foin et de la paille de céréale
  • du marc de fruits
  • du compost mûr
  • du terreau (à disposer surtout sur la troisième strate)
  • des cendres (pas plus d'une poignées par m2)
  • des cartons (sans étiquette et bruts)

Exemples de matériaux verts, riches en azote :

  • des déchets de tonte (à disposer en couches fines, pour éviter la fermentation)
  • des déchets de fruits et légumes, comme dans ceux que l'on trouve dans le compost de cuisine
  • des fauches fraîches
  • des adventices (le gentil nom pour mauvaises herbes), sans les racines et séchées au soleil
  • des algues en hiver

Pour résumer, l'azote est l'élément qui va décomposer la matière constituée de carbone. S'il n'y a pas assez d'azote, les micro-organismes présents iront puiser dans le sol, au détriment des plantes. L'excédent d'azote est aussi un frein dans le processus.

Mais pas besoin d'être un as de la physique-chimie pour s'y retrouver : si vous alternez bien les matériaux verts et bruns, votre potager en lasagnes sera d'autant plus efficace.

Le seul inconvénient, c'est qu'une telle pratique “nécessite des volumes assez importants, pas toujours faciles à se procurer ”, explique Serge Schall dans son ouvrage Mon premier potager en permaculture (Larousse).

L'eau joue un rôle très important dans le processus : sans ce liquide précieux, rien ne peut se transformer correctement. Il est important de bien irriguer son potager, soit par un système de tuyau percé qui apporte un filet d'eau en continu, soit en arrosant à la main. “De manière générale, on prévoit un arrosage hebdomadaire de 15 L d'eau par m2, précise Xavier Mathias.

Varier les couches pour un meilleur fonctionnement

Afin de constituer votre potager en lasagnes, vous pouvez suivre la méthode de Xavier Mathias :

1 - Déterminer le meilleur emplacement

Commencez d'abord par déterminer le meilleur emplacement pour votre potager en lasagnes : il serait dommage de ne pas pouvoir y accéder facilement ou de devoir faire des allers-retours contraignants pour arroser les cultures. Choisissez également un lieu à l'abri du vent et bien exposé.

Si besoin, fauchez ou tondez l'emplacement, en gardant la tonte.

2 - S'assurer d'avoir une quantité de matière suffisante

Dans son livre, Xavier Mathias liste les quantités nécessaires pour une lasagne de 100 cm sur 70 cm :

  • 1 brouette débordante de matière verte
  • 1 brouette de compost
  • 1 botte de paille
  • 1 brouette de fumier
  • 1 sac de terreau
  • 1 brouette de BRF (rameaux et petites branches vertes broyées)
  • du carton brut
  • de l'eau

3 - Étaler la première couche de matière brune

Commencez par une bonne couche de carton, qui empêchera les adventices de s'implanter.

Ajoutez ensuite une première couche de matière brune avec des matériaux fins (environ 10 cm), puis arrosez pour bien détremper cette première couche.

4 - Étaler une première couche de matière verte

Ajoutez une couche de matière verte (entre 5 à 8 cm). Détrempez.

5 - Étaler une seconde couche de matière brune

Ajoutez une seconde couche de matière brune (environ 10 cm). Ajoutez du fumier. Détrempez.

Vous pouvez ainsi multiplier les couches de matière brune et verte.

6 - Étaler une couche de terreau

Ajoutez une couche de terreau et/ou de compost bien décomposé. Détrempez.

7 - Semer et planter

Comme dans un jardin traditionnel, respectez les espacements entre plants et semis. Détrempez.

8 - Pailler le tout

S'il s'agit d'une plantation, paillez épais, sinon, plus finement.

Votre potager en lasagnes est maintenant prêt pour un cycle de culture.

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Réussir son potager en permaculture !

Passez à l'action