| | | |

DÉCO - Si, chez vous aussi, votre partenaire refuse que vos objets prennent place dans votre nouveau logement, “parce que c'est moche”, cet article est fait pour vous.

Lorsque Micheline et Michel ont emménagé ensemble, c'est elle qui a choisi toute la décoration. Lui n'a pas eu son mot à dire. Ses affaires, jugées “trop moches” par sa compagne, n'ont pas eu le droit d'entrer dans leur nouvel appartement. Car Micheline, en grande connaisseuse supposée, se veut garante d'un certain standing.

Cette situation - fictive - vous parle ? Bien sûr, on est ici dans la caricature, mais ce couple, sorti de notre imagination est représentatif de ce que vivent de nombreux ménages.

En matière de déco, ce sont souvent les femmes qui choisissent. Héritage historique de l'époque où l'intérieur était féminin quand l'extérieur était masculin. Mais, comme le rappelle Titiou Lecoq dans une interview qu'elle nous a accordée, les femmes ont tout intérêt à lâcher du lest sur la déco pour plus d'égalité au sein du foyer. Cela va avec une meilleure répartition des tâches ménagères !

Autre facteur déterminant : la personne qui impose son style est souvent celle ou celui qui vient d'un milieu social plus élevé. “Elle remporte la lutte symbolique, car elle détient le bon goût", explique Patrick Ischer, adjoint scientifique à la Haute École de Gestion ARC à Neuchâtel (Suisse). C'est ce qu'il a mis en évidence avec son étude menée sur 15 couples ayant suivi des études supérieures.

Alors comment résoudre ce conflit au quotidien ? 6 femmes et hommes ont accepté de nous expliquer comment se déroule la négociation chez eux.

Nous avons présenté ces témoignages à deux experts, un coach déco et une conseillère conjugale et familiale. Ils livrent leurs conseils !

Tout décider à deux

Pierre a emménagé tout récemment avec son compagnon. “Lorsque je repère un objet, j'envoie une photo pour lui demander son avis. Et nous allons ensemble en magasin pour l'acheter à deux, s'il lui plaît.”, raconte-t-il.

L'avis des experts :

C'est un couple fusionnel, qui arrive à se mettre d'accord. Mais lorsque l'on a des enfants ou une vie bien chargée, c'est un système qui a du mal à fonctionner dans le temps”, analyseMuriel Beaujean, conseillère conjugale et familiale à Paris.

© Photodjo - getty images

Accepter des objets jokers

Quand elle a emménagé avec son ancien compagnon, Laura qui se définit comme “une suprématiste de la déco”, a tout décoré à son goût. Plutôt conciliant, son conjoint de l'époque a seulement voulu poser sa touche dans son coin bureau, avec 3 gravures sur métal “bien grandes, de héros de manga bien gores.

Mais, même là, ils ne plaisaient pas à Laura. “J'ai entièrement repensé l'agencement des meubles de l'appart pour déplacer son coin geek et éviter que ses cadres soient le premier élément qui saute aux yeux en entrant dans l'appart”, conclut Laura.

L'avis des expert-es :

On peut avoir chacun des objets jokers”, explique Vincent Bussez, coach déco et fondateur de la chaîne Youtube Another Home. Mais attention à ne pas transformer votre logement en musée à force d'accumulation !

Je trouve la stratégie de Laura intéressante”, avance Muriel Beaujean.“Elle accepte les cadres de la personne avec qui elle vit, en recomposant leur espace commun.

ll faut s'efforcer de comprendre pourquoi cet objet est important pour l'autre. Est-ce qu'il est symbolique, est-ce qu'il rappelle l'enfance ?”, explique-t-elle.

Le fait d'emménager dans un espace neuf permet au couple d'en discuter en amont. La conseillère conjugale conseille de définir les espaces et de savoir qui veut quoi avant d'emménager.

Le mieux, c'est d'avoir un objectif déco en tête, que l'on définit à deux”, préconise Vincent Bussez. Prenez le temps de la réflexion, faites un état des lieux pièce par pièce pour décider du style, des couleurs et des matières que vous souhaitez.

Plaisanter pour mieux négocier

David-Julien a un problème chez lui : la table qu'a choisie sa compagne ne lui convient, mais alors, mais pas du tout. “Chaque année je menace de la foutre par la fenêtre, chaque année je renonce à ce projet. Mais un jour je brûlerai cette table, oh oui, elle brûlera....”, plaisante-t-il… à moitié.

L'avis des experts :

Il ne faut pas imposer son point de vue à l'autre, et accepter ses choix”, précise Muriel Beaujean. “Mais l'humour peut aussi aider à dédramatiser quand on n'aime vraiment pas un objet cher au coeur de notre partenaire…"

Si la personne avec qui vous cohabitez réagit comme David-Julien, préparer un petit argumentaire pourra vous être utile, comme le propose Vincent Bussez. Avez-vous besoin de ce meuble, sera-t-il accordé avec le reste, les dimensions sont-elles adaptées à la pièce… Passez tout en revue !

Muriel Beaujean conseille en général de faire des choix communs pour les meubles principaux et leur aménagement, comme le canapé, le lit ou la table. Chacun-e pourra ensuite laisser sa créativité s'exprimer dans le choix d'objets plus petits, comme la vaisselle, les cadres ou les draps.

© Izusek - getty images

Pulsion ou réflexion ?

Nastasia et son compagnon choisissent toutes les grosses pièces du mobilier à deux. Mais selon l'envie ou la pulsion d'achat pour les petites choses, Nastasia se confie : “j'ai plus tendance à choisir impulsivement et à rapporter à la maison en mode "j'ai acheté ça". Lui me demande tout le temps avant. Je n'ai jamais été confrontée au cas de figure où ce qu'il proposait était vraiment moche. Si ça arrive, je pense que je dirais “bon, si ça te plaît ça va”.”

L'avis des experts :

Par principe, il est plus respectueux de demander à l'autre son avis pour ce qui meublera l'espace commun. Cela dépendra aussi surtout de la place que prendra l'objet. Un cadre est moins imposant qu'un lustre par exemple”, explique Muriel Beaujean.

Néanmoins, si l'organisation du couple de Nastasia fonctionne, il n'est pas nécessaire de la changer, au contraire.

“Chaque couple a son contrat implicite. Si l'un est plus porté sur la déco, l'autre peut apporter sa touche dans un autre domaine. Il faut trouver l'équilibre entre les affinités et faire preuve de souplesse”, explique Muriel Beaujean.

Vous l'aurez compris, il n'y a pas de démarche parfaite. Mais le plus important, c'est, comme souvent, d'en discuter avant même d'emménager ensemble !

Maintenant que vous savez comment négocier la déco, voici nos conseils pour éviter la crise quand on rénove une maison à deux ?

Passez à l'action