| | | | | | |

DÉCRYPTAGE - L'experte du mode de vie zéro déchet nous a accordé un entretien pour décrypter la tendance du dressing minimaliste.

Trier ses vêtements, les donner, les recycler, ne garder que l'essentiel. Vous ne trouverez aucun vêtement superflu dans la garde robe d'un minimaliste ou d'un adepte de la vie zéro déchet.

Chacun-e a sa propre motivation qui l'amène à vider sa penderie.. Déménagement, ou contraintes financières, vivre dans un espace de vie exigu ou bouleversement dans la vie qui nous fait remettre en question ce qui nous paraît essentiel...

Mais pourquoi cette tendance se développe-t-elle de plus en plus ? Qu'est-ce qui nous pousse à désencombrer notre dressing ?

Nous nous sommes entretenues avec Béa Johnson, autrice à succès et experte du dressing en mode zéro déchet. Elle nous partage son point de vue sur la question. 

Observez-vous un réel phénomène partout dans le monde ?

Globalement, il y a un engouement très fort pour la simplicité volontaire. Le mode de vie zéro déchet, en lien avec minimalisme et le mouvement des tiny houses, vont vers la même chose : une vie basée sur l'expérience, sans biens matériels, et accessible seulement par une vie simple.

Cette tendance se développe de plus en plus en dehors des États-Unis, notamment dans les pays francophones. C'est dû au fait que dans ces pays, on sait apprécier les plaisirs simples, la convivialité, la “bonne bouffe”, passer du temps ensemble...

Alors qu'aux États-Unis, quand Georges Bush était président, on nous disait d'acheter plus pour soutenir l'économie. Les Américains ont donc la culture de consommer énormément. 

Vider son dressing et opter pour un mode de vie zéro déchet sont-ils alors des éléments de réponse à la société de surconsommation ?

Ce n'est pas une réponse mais une réaction à la société de consommation, société qui ne mène à rien. Non seulement cela détruit l'environnement, mais cela nous détruit nous aussi. Avoir plus n'enrichit pas la vie, ne l'améliore pas, c'est tout le contraire, et on s'en rend vite compte lorsqu'on commence à se désencombrer.

Par exemple, auparavant dans le domaine de la mode, les collections se diversifiaient sur deux saisons, automne-hiver et printemps-été. Aujourd'hui, avec la fast fashion, il y a 52 saisons. Certains magasins de vêtements proposent jusqu'à une collection par semaine pour susciter l'achat !

Pour un dressing minimaliste, il faut dire non à cette fast fashion, très peu d'habits de qualité nous suffisent. Et on fait don des vêtements que l'on ne met plus, car dans notre dressing, seulement 20% sont réellement portés.

Mais il y a d'autres raisons qui peuvent nous amener à vider notre dressing...

Pour ma part, tout est parti d'un déménagement. En 2006, pour nous rapprocher d'un centre-ville, nous avons dû quitter une très grande maison, où nous entassions beaucoup d'affaires, pour un logement plus petit. Dans mon dressing, j'avais énormément de vêtements et de chaussures, et je serais bien incapable aujourd'hui de les recompter !

Nous avons dû nous séparer de nombreux objets qui ne nous étaient pas utiles, et qui n'avaient pas leur place dans notre nouvel intérieur.

Tout est donc parti de là, je me suis rendue compte qu'avec peu d'objets, je n'étais pas moins heureuse. Plus tard, j'ai pris conscience que ce mode de vie permettait aussi d'envisager un futur plus sain pour mes enfants. 

Aussi quand vous êtes enceinte, c'est sûr que ça vous fait réfléchir à deux fois à ce que vous mettez dans votre corps, vous cherchez à créer un meilleur futur pour votre enfant et un meilleur environnement. C'est la même chose lorsque vous tombez malade.

Et puis il y a aussi le côté environnemental. Aujourd'hui certaines entreprises vendent beaucoup de vêtements de mauvaise qualité, fabriqués dans des conditions douteuses.

Les raisons peuvent aussi être financières, car vivre avec moins permet de faire beaucoup d'économies, et de vivre des choses extraordinaires que l'on ne pouvait pas s'offrir avant, comme des voyages et des excursions en famille.

Les économies sont-elles vraiment au rendez-vous ? 

En ayant uniquement des vêtements pour l'équivalent d'une semaine, vous n'avez pas la tentation d'en utiliser plus que nécessaire. Ainsi, vous lavez moins souvent et en moins grande quantité, ce qui permet de réduire la consommation d'eau.

De plus, lorsque l'on désencombre, cela nous permet de remettre sur le marché des biens matériels qui sont eux-mêmes des ressources précieuses. Nous pouvons ainsi partager ces ressources avec les autres. De ce fait, il est plus facile de trouver des biens d'occasion et il n'est pas nécessaire d'acheter neuf.

Donc on gagne en revendant, mais aussi en achetant moins cher.

Et la vie simple est donc un moyen de vivre mieux ?

Depuis que j'ai commencé à désencombrer mon intérieur et que je possède moins, je me sens de mieux en mieux. Vivre une vie simple, faire attention à ce que l'on achète. C'est cela qui m'a vraiment rendue accro au mode de vie zéro déchet.

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Vie pratique !