| | | |

ENFANCE - Ils ont chacun leur chambre mais veulent dormir ensemble : gros caprice ou complicité ?

Qui n'a jamais bravé l'obscurité de la maison, pour rejoindre, alors que les parents sont endormis, la chambre de son frère ou de sa soeur et y placer le plus discrètement possible un matelas ?

Pourtant de nombreux parents sont tentés de mettre un terme à cette épopée nocturne par peur que le sommeil ne soit perturbé. Mais comment réagir quand la demande est officielle ? Que répondre à un enfant, qui a sa chambre, mais souhaite s'installer, sur le long terme, dans la chambre de son aîné ou cadet ?

Quand on sait à quel point il peut être difficile de trouver un appartement ou une maison, où tout le monde peut avoir une chambre, difficile de ne pas prendre cette requête pour un caprice !

Partager la même chambre : le plaisir d'être ensemble

Après son divorce, Iñaki s'est lancé dans la recherche d'une maison pour y accueillir ses trois enfants de 4, 8 et 11 ans, lorsqu'il les aurait chez lui, une semaine sur deux. La maison qu'il trouve dispose d'une chambre de plus que l'ancienne, néanmoins, les enfants refusent de se séparer et souhaitent continuer de dormir dans la même chambre.

Le papa accepte sans rechigner et se creuse la tête pour trouver un moyen de les faire cohabiter dans le même espace, tout en préservant l'intimité de chacun. Au final, Iñaki, architecte de profession, construit trois petites cabanes pour chacun des enfants. Sympa ! 

C'est une idée d'adulte de penser que les enfants veulent leur chambre. Les enfants n'aiment pas dormir seul, ils veulent être proche de l'autre, sentir le contact, la chaleur”, nous fait remarquer la psychologue pour enfants Florence Millot.

Affronter la nuit et faire “comme les grands”  

Aurélie, maman dont les deux enfants de 3 et 5 ans dorment dans la même chambre par choix, le confirme : “ils ne sont pas du tout demandeurs pour avoir chacun une chambre. Ils ont plaisir à être ensemble, ils se rassurent et se protègent des monstres.

C'est ce besoin de protection, de se soutenir lorsque la lumière est éteinte qui pousseraient les frères et soeurs à se rejoindre au milieu de la nuit. Un constat que partage la psychologue Clémence Prompsy au sein de Kidz et Family.

Cette dernière y ajoute aussi le besoin de mimétisme. “Cela donne l'impression d'être grand. Les parents dorment à deux, c'est une forme d'identification à la structure parentale”, précise-t-elle.  

Quelques règles à observer pour la tranquillité de toutes et tous

Toutefois, il est important de fixer quelques règles et conditions pour que cette cohabitation se passe au mieux. Clémence Prompsy rappelle : “Il ne faut pas que ça soit la nouba ni empêcher l'autre de dormir.

Pour que la chambre ne se transforme pas en champ de bataille, Aurélie a imposé un rangement collectif, pour ne pas avoir à chercher à quel enfant appartient tel objet. “Je n'ai pas l'intention de jouer au gendarme”, précise-t-elle. (Et vous pouvez retrouver ici nos conseils de pro pour aménager une chambre partagée.)

Florence Millot, quant à elle, insiste sur le fait que les enfants doivent respecter les différences de chacun, surtout quand ils n'ont pas le même âge. “C'est une forme de contrat. Il faut accepter que l'autre puisse se coucher plus tard car il est plus âgé

La situation la plus délicate ? “Si l'un est plus demandeur que l'autre”, explique Aurélie. Une crainte légitime selon Clémence Prompsy : “Ce n'est pas à la grande de jouer le rôle de babysitter ou de psychologue.” Florence Millot précise : “Ce sont les parents qui gèrent lorsqu'il y a un cauchemar, c'est le rôle de l'adulte. Il est important d'expliquer qu'il ne faut pas réveiller son frère ou sa soeur, car son rôle à lui c'est d'être un enfant.

Existe-t-il un âge limite après lequel interdire cette cohabitation ? Florence Millot se veut rassurante : “en général, en grandissant, cela se fait naturellement. En approchant de l'adolescence, on veut son univers à soi, regarder ses films, se construire un petit cocon.

Et n'oubliez pas l'essentiel : s'ils veulent dormir ensemble, c'est qu'ils s'entendent bien ! Et profitez de votre pièce supplémentaire, pour en faire un bureau ?