| | |

TECH - La domotique, les objets connectés, les téléchargements et même la ville intelligente, décryptage de l'intérêt d'une 5G, qui fait polémique.

Avec l'arrivée possible de la 5G cette année, comprenez cinquième génération de communications mobiles, certains experts annoncent “le bouleversement le plus important depuis l'électricité”. Rien que ça ! Forcément avec de telles déclarations, la vie à la maison devrait être impactée. Mais de quelle façon ? 

Sur son site internet, l'Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP), indique que cette technologie devrait être un facilitateur pour le développement de nouveaux usages tels que “la réalité virtuelle, véhicule autonome et connecté, ville intelligente (contrôle du trafic routier, optimisation énergétique), industrie du futur (pilotage à distance des outils industriels, connectivité des machines).

Une révolution à nuancer pour la maison 

Mais quid de la domotique ? À en croire l'autorité de régulation, la maison connectée ne semble pas faire partie des secteurs qui seront révolutionnés par la technologie numérique.  Une hypothèse que nous confirme François-Xavier Jeuland, président de la Fédération Française de Domotique. Pas de révolution mais de meilleures dispositions, nuances ! 

Piloter son logement à distance, être notifié en cas de problème, regarder des caméras à distance : avec la 5G, les fonctionnalités de la smart home resteront les mêmes, mais pourront être utilisées dans de meilleures conditions, avec un meilleur débit et plus de cybersécurité”, souligne-t-il. 

Puisque le très haut débit existe déjà à l'intérieur de nos maisons, la 5G ne va pas transformer nos maisons, “sauf en cas de problème avec la ligne principale de fibre optique la 5G pourrait prendre le relai”, précise M. Jeuland. Non, l'intérêt de cette technologie se trouve ailleurs selon cet expert des objets connectés : la smart city ou ville intelligente, et surtout, la voiture autonome. 

Voiture autonome et smart city: les grands gagnants ? 

La 5G rend possible l'existence même de la voiture autonome, car elle nécessite de super réseaux, sécurisés”, rappelle le président de la fédération. Côté ville intelligente, la 5G permet de faire communiquer et rend connectables de nombreux objets de la vie pratique des citadins. “Les abris bus, les lampadaires, les bouches d'égout”, énumère-t-il. 

Un moyen d'obtenir des informations en temps réel pour fluidifier le quotidien grâce à l'analyse d'une multitude de données en même temps. Parmi les avancées notables, on retiendra aussi la possibilité de mener des opérations chirurgicales à distance, mais aussi le téléchargement instantanée de séries notamment.  

Une empreinte écologique qui pose question 

Toutefois, le point de discorde majeur concernant la 5G reste son empreinte écologique. Pour certains, cette technologie est un allié de la bataille environnementale menée par les villes intelligentes puisqu'elle permettrait de contrôler les ressources en énergie et de limiter la consommation de déchets. D'autres, comme l'astrophysicien Aurélien Barrau alertent sur les dangers environnementaux qu'elle représente. Dans une vidéo postée sur son compte Facebook, il s'insurge : “la 5G tue”. 

Les termes sont durs, mais le scientifique met le doigt sur une réalité qui fait mouche, auprès des associations de préservation de la nature notamment. Pas question de pointer du doigt l'effet des ondes sur la santé, mais du déploiement de nombreuses antennes, gourmandes en matières premières. “Il va falloir équiper un certain nombre d'antennes relais en fabriquant de nouvelles cellules”, précise Frédéric Bordage, spécialiste du numérique responsable.

Pour ce partisan de la sobriété numérique, la 5G “va entraîner un surcoût environnemental qui ne semble pas justifié, eu égard à l'apport qu'elle va apporter à l'humanité.” Voilà qui a le mérite d'être clair. En plus d'entraîner une pollution causée par le déploiement des cellules, la 5G va provoquer “l'inévitable obsolescence de milliards de smartphones”, ajoute-t-il. Conséquence : les déchets électroniques pourraient se multiplier. 

Dans l'émission de France Culture, du Grain à Moudre intitulée “la 5G va-t-elle nous simplifier la vie ?”, Pierre-Jean Benghozi, directeur de recherche au CNRS explique : “l'objectif de la 5G n'est pas d'améliorer la vie du consommateur”. Alors 5G encore plus innovante que l'électricité ? Peut-être, mais surtout pour les entreprises de la tech !