| | | | |

NOMADE - Grâce à oPhelia et Julien, ce bus jaune qui conduisait les enfants à l'école, connaît une seconde vie. Garé dans la forêt canadienne, il est devenu une maison originale et... confortable.

Le seul bus jaune que connaissent beaucoup de Français nés dans les années 90 est tiré d'un dessin animé. Le Bus Magique, conduit par Mme Bille-en-Tête, transportait les élèves vers des découvertes incroyables, à travers l'océan ou le corps humain.

oPhelia, elle, a eu la chance d'aller à l'école dans un tel bus, même s'il ne changeait pas de taille ni de forme. Surtout, cette canadienne de 38 ans, a habité pendant deux ans dans un grand bus scolaire transformé en maison, avec Julien, 37 ans, son compagnon français.

Tous les deux voulaient vivre dans la nature, et devenir propriétaire d'une tiny house, une petite maison mobile. Le choix du bus s'est imposé naturellement : "J'adorais l'idée, argumente oPhelia. Et les bus scolaires sont très robustes au Canada, donc c'était une bonne option."

Julien, oPhelia et Pico, l'un de leurs deux chiens.

Julien, oPhelia et Pico, l'un de leurs deux chiens. © oPhelia Kwongoiming

Aujourd'hui, ils vivent à nouveau de façon plus conventionnelle, mais ils gardent un très bon souvenir de cette aventure. oPhelia l'a documenté au jour le jour sur son blog. Retour sur la transformation cette tiny house très originale.

La métamorphose du bus

Le dernier trajet de ce bus, acheté auprès d'une école, l'a donc conduit en pleine forêt, près d'une rivière, et de la ville de Squamish au Canada. Posé sur des blocs de ciment, pour éviter d'abîmer les pneus, il démarre toujours au premier coup de clé. De l'extérieur, on reconnaît toujours le bus construit en 1991, qui transportait jusqu'à 70 élèves.

Mais à l'intérieur, les sièges ont disparu. Julien les a enlevé lui-même, à l'aide d'une meuleuse. Surprise : entre les vieux fauteuils, il a découvert une pile de papiers de bonbons, laissés par les enfants !

Le bus vide, débarrassé des sièges des passagers.

Le bus vide, débarrassé des sièges des passagers. © oPhelia Kwongoiming

Pour aménager leur nouvel espace de vie, le couple a fait appel à un charpentier. En effet, du sol au plafond, le bois est omniprésent, sous forme de panneaux de contreplaqué en cèdre, pour sa bonne odeur, et en pin.

Le bon geste pour l'environnement : choisir du bois écocertifié, qui provient de forêts gérées durablement.

 Un puits de lumière au milieu du bus.

Un puits de lumière au milieu du bus. © oPhelia Kwongoiming

À l'arrière du bus : un grand lit deux places.

À l'arrière du bus : un grand lit deux places. © oPhelia Kwongoiming

Tous les meubles à l'intérieur du bus ont été fabriqués sur mesure, et s'adaptent aux particularités du véhicule. À l'image du coffre, à la place du siège du chauffeur, qui peut s'enlever si l'on veut reprendre le volant.

L'entrée du tiny bus.

L'entrée du tiny bus. © oPhelia Kwongoiming

Ou encore cette table, qui englobe l'une des roues du bus dans son pied.

© oPhelia Kwongoiming

Pour amener plus de luminosité, le charpentier a installé deux lucarnes. Une troisième ouverture dans le toit, située au-dessus du lit sert de garde-robe.

Il a fallu cinq mois de travail à temps plein au charpentier pour arriver à ce résultat. Le bus a également été raccordé à l'eau et à l'électricité. De quoi vivre confortablement !

Derrière la place du chauffeur, une cabine pour la salle de bain.

Derrière la place du chauffeur, une cabine pour la salle de bain. © oPhelia Kwongoiming

La vie dans 19 m2... et au grand air

Julien et oPhelia ont envisagé un temps de construire un deuxième étage ou une extension pour la salle de bains, avant de se résoudre à faire tenir leur vie dans 19 mètres carrés.

"Dans une maison classique, il y a tellement d'espace vide... là nous n'avions que ce dont nous avions besoin, explique oPhelia. Et je suis très proche de mon partenaire, nous n'avons donc pas besoin de beaucoup de place."

Un choix d'autant plus agréable à vivre, qu'ils passent tous les deux beaucoup de temps à extérieur, à faire de la randonnée, du vélo ou de l'escalade !

D'ailleurs, ils ont finalement construit une extension, mais pour ranger leurs vélos, et leurs équipements. Et éviter de rentrer leurs affaires mouillées par la pluie à l'intérieur du bus.

La bonne idée pour ceux qui vivent en appartement : une fois nettoyés, les vélos peuvent aussi s'intégrer à la décoration.

© oPhelia Kwongoiming

oPhelia ne voit qu'un inconvénient à cette maison hors du commun : “Le bus est en métal, il y avait toujours de la condensation sur les fenêtres... Mais notre successeur a trouvé la parade, en achetant un déshumidificateur.”

Car le couple a vendu le bus, en août dernier. Pourquoi s'en séparer, après tant d'efforts ?

"Notre but initial était de devenir propriétaires, raconte la jeune femme. Seulement, le terrain où se trouve le bus restait en location. Nous avons donc cherché un nouveau coin de terre aux alentours où l'installer, mais le moindre lopin vaut un demi-million de dollars dans la région..."

Ils ont donc accompli leur rêve de propriété, en achetant une maison... de plus de 420 mètres carrés ! Un changement radical. "Au moins maintenant, nous pouvons accueillir des amis pour la nuit", plaisante oPhelia, qui assure s'être adaptée facilement à cette nouvelle vie.

Reste à meubler les nombreuses pièces de leur nouvelle demeure... Mais Julien et oPhelia l'ont prouvé : ils aiment les défis.