| | | | | |

ECONOMIES D'ENERGIE - Situé en Alsace, l'héliodome ne consomme quasiment pas d'énergie, et pourtant il y fait bon tout le temps. L'architecte qui a conçu cette maison a voulu qu'elle s'adapte à la trajectoire du soleil.

"Il a dû mettre le chauffage aujourd'hui" : voilà ce qu'entend Eric Wasser, architecte de l'héliodome, quand il invite des curieux à visiter l'édifice. Il est vrai que les températures ont chuté et que le printemps alsacien peut se révéler glacial, et pourtant non, Eric Wasser n'a pas mis le chauffage. Il est même fier de nous annoncer qu'il fait ici un peu plus de 20 degrés toute l'année chez lui, que ce soit la canicule ou le grand froid dehors.

Le secret de l'héliodome ? Il a été pensé en fonction de la trajectoire du soleil, qui pénètre dans la maison côté Sud l'hiver, et maintient la maison à l'ombre l'été. "Pour moi c'est tout simplement logique, nous explique l'architecte, quand on sait que toutes les civilisations cherchaient des réponses dans la géométrie. L'histoire de l'architecture est liée à la géométrie et à la trajectoire du soleil." On comprend mieux pourquoi la maison ressemble un peu à un cadran solaire en 3D.

Héliodome maison passive Alsace solaire soleil

© D'un côté, une grande verrière qui laisse passer le soleil l'hiver, de l'autre un toit qui donne de l'ombre l'été

La maison passive ultime !

Le design de l'héliodome a en effet été conçu à l'aide de modèles mathématiques complexes et d'outils numériques, qui étudient la trajectoire du soleil de façon précise. Grâce à cette précision, 80% des besoins énergétiques sont fournis par la nature, d'autant plus que l'isolation est optimale. Seuls quelques hivers nuageux ont nécessité un chauffage d'appoint, mais de façon très modeste. En résumé, l'héliodome est un peu la maison passive ultime !

Malheureusement, Eric Wasser regrette que les pouvoirs publics et les investisseurs ne suivent pas. Pourquoi ? Il dénonce un mélange de conservatisme intellectuel et de vénalité, qui expliquerait ce désintérêt pour les maisons passives. A cause de ces réticences, il manque de financement pour mener à bien des projets de plus grande ampleur qu'il envisage, comme des immeubles entiers construits selon cette méthode.

Dans les pays chauds, un héliodome pour apporter ombre et fraîcheur

Est-ce que ça signifie que l'héliodome est voué à rester enfant unique ? Certainement pas ! "Si quelqu'un vient me dire qu'il veut une maison semblable, je lui fais sa maison s'il veut ! s'enthousiasme Eric Wasser, Je suis d'ailleurs en train de travailler sur un pavillon qui n'aura qu'une façade en héliodome. Le concept peut se traduire et s'adapter à tout type de bâtiment." Côté prix, pas d'inquiétude, il est surtout lié à la qualité des matériaux, comme n'importe quelle construction.

À partir du moment où le soleil brille un peu en hiver chez vous, il est possible de fabriquer un héliodome. Seule condition sine qua non : ne jamais construire sur un versant nord, où l'exposition est mauvaise. Dans les pays chauds, à l'inverse, on pourrait enfin goûter la fraîcheur. "Ces pays pourraient avoir des bâtiments lumineux mais à l'ombre toute l'année, ce qui éviterait d'installer une clim qui consomme une énergie folle en été, surenchérit Eric Wasser. J'ai même dessiné des meubles dans cette idée d'apporter de l'ombre aux habitants."

Ecologiste convaincu, Eric Wasser ne conçoit pas l'héliodome comme une simple manière de faire des économies d'énergie. Pour lui, c'est le sort de la planète qui est en jeu, et l'architecture joue un rôle déterminant dans cette lutte. "L'expression architecturale a toujours été l'expression du mode de vie, conclut-il avec gravité. Si demain, elle est en accord avec la nature, on aura tout gagné. Mais il faut qu'on se dépêche."