| | |

PERMACULTURE - Le keyhole garden ou jardin en trou de serrure est une autre manière de cultiver ses légumes sur le long terme et de façon efficace. Développé en Afrique par une ONG, il est arrivé récemment en France.

Le keyhole garden ou jardin en trou de serrure (en français) vous ouvrira les portes vers une agriculture de proximité plus écologique !

De 2,5 à 3m de diamètre, il est composé d'une tour centrale de compostage, dans laquelle on fait du compost, et d'un espace du culture qui va bénéficier des apports du compost (nutriments, eau). Ainsi, le compost va alimenter le jardin.

Crée par l'ONG Send a Cow dans les années 1990 dans les villes africaines, le keyhole garden "servait à offrir un espace de culture tout en valorisant les biodéchets, verts ou de cuisine, au lieu de différer l'utilisation du compost", explique Romain Crochet, chargé de projet compostage et paillage de l'association Compost'Action.

C'est un jardin vivrier pour une famille de 5 à 6 personnes. "On y cultive dessus en permanence pour nourrir une famille tout en mettant ces cultures à l'abri des intempéries, précise Sabine Rozier, responsable du Centre National de Pomologie. Cela permet d'éviter les problèmes d'eaux durant la mousson en Asie et de protéger les cultures des vents de sable en Afrique". 

Le Keyhole Garden : un procédé ingénieux de compost et de culture 

Ce système de jardin autosuffisant a été importé en France par Les Incroyables Comestibles, un collectif de citoyens qui plante des aliments à partager en ville dans des jardins. Leur but premier est de reverdir la ville et de permettre à ses habitants de se ré-approprier leur environnement urbain. 

Le jardin en trou de serrure est un principe de permaculture qui consiste à cultiver infiniment des légumes. "Ce n'est jamais vide, on y cultive en permanence dessus, révèle Sabine Rozier. C'est de la culture diversifiée, on y trouve de nombreux légumes comme la tomate, la salade, le concombre."

"Dans le keyhole garden, la base ressemble au potager en lasagne et en sandwich, explique Romain Crochet. Mais a contrario de la butte qui, au bout d'un moment, va décroitre en terme de fertilité, celle du jardin en trou de serrure est entretenue dans le temps."

À partir du moment où il y a des apports réguliers de matières pour le compost, le keyhole garden peut durer dans le temps. 

© Humus Pays d'Oc

Un système qui peut s'apparenter à de la permaculture  

Pour Romain Crochet, le keyhole garden possède "certaines sensibilités avec la permaculture, notamment parce qu'il y a une interaction de différentes matières au sein d'un même système."

Le fait que ce jardin autosuffisant soit permanent peut s'apparenter à une forme de permaculture. Les matières sont incorporées plus facilement qu'avec un simple travail humain.

Tous les éléments de ce keyhole garden (compost et culture) se complètent et sont durables dans le temps. "La permaculture c'est une philosophie de culture. Le keyhole garden fait partie de cette philosophie qui veut qu'on travaille avec la nature et qu'on ne lui enlève rien", explique Sabine Rozier. 

Tous les composants du jardin sont réutilisés, que ce soit l'eau qui nettoiera à la fois les plantes et le compost, les épluchures de tomates qui y seront rajoutées et les graines de légumes qu'on mettra dans la terre (comme la tomate, par exemple).

"Lorsque nous avions fait notre jardin en trou de serrure, nous y avions ajouté un système d'arche en fer pour faire grimper des concombres, explique Sabine Rozier. Nous avions aussi planté des courgettes sur le bord extérieur pour qu'elles débordent du jardin sans prendre trop de place."

Par contre, il faudra chercher vos oignons ou choux parmi une grande quantité de feuillages car tous les légumes se côtoient !

C'est aussi une façon efficace de lutter contre les parasites quand tout est mélangé.

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Réussir son potager en permaculture !

Passez à l'action