ÉCOLOGIE - Pour sauver les abeilles et la nature, un petit garçon écrit une lettre reprise des dizaines de milliers de fois sur le réseau social Facebook.

Du haut de ses 7 ans et demi, Jacques a décidé d'agir pour sauver les abeilles de son jardin et l'avenir de la planète. Il a pris le stylo à bille et écrit une lettre au président de la République pour “annuler tous les pesticides”.

Avec la sincérité désarmante des enfants, il explique “parce qu'il y a des bêtes sous la terre et ça les tue. Par exemple, les vers de terre et les fourmis et les taupes. Il y a aussi les bêtes aériennes comme les abeilles qui sont en train de disparaître à cause de ça.

La lettre a été postée sur le réseau social Facebook mercredi 30 mai 2018 par sa mère, Jennifer, après que l'Assemblée a renoncé à fixer une date d'interdiction pour le glyphosate. Depuis, elle a fait le tour de la toile avec plus de 70 000 partages.

"J'ai décidé d'écrire au président parce que j'aime la nature"

Qu'est-ce qui a rendu Jacques sensible à la question des pesticides à un si jeune âge ? Il nous l'explique par téléphone entre deux interviews (c'est presque devenu une star depuis son passage à l'émission Quotidien).

J'ai décidé d'écrire au président parce que j'aime la nature, il faut que ça bouge. On a retrouvé des abeilles qui sont mortes”, explique-t-il avant d'ajouter : “j'adore les abeilles”. La famille a une ruche dans le jardin, mais aussi des poules et Jacques a lui “3 géranium et un cactus” qui poussent sans pesticides.

L'écologie, c'est important pour lui, il explique d'ailleurs très bien l'importance des arbres. “Il faut le plus d'arbres possible parce qu'ils prennent des déchets et le rejettent en oxygène.” Par déchet, il faut évidemment comprendre CO2.

Quand il sera grand, Jacques souhaite-t-il devenir jardinier ? Non, mais il garde un goût pour la nature. “Plus tard, je serai pâtissier, j'aurai des fleurs, j'utiliserai celles qui ont des pétales qui se mangent.” Evidemment, elles seront bios (si vous avez envie de faire comme lui et connaître les plantes comestibles de votre jardin, c'est par ici).

En attendant, le président de la République lui a répondu, lui aussi sur Facebook. “Il m'a déjà écouté, affirme le petit garçon, mais 3 ans à attendre, il faut faire gaffe. Il faut pas me prendre pour un canard.” À bon entendeur !

Retrouvez nos alternatives aux pesticides ici.