|

MUSIQUE - Pierre, batteur, s'est lancé il y a six ans dans la construction d'un studio d'enregistrement à l'intérieur de sa maison. Explications.

Ses week-ends, Pierre Mils les passe à répéter avec son groupe de reggae, the Arawaks, dans sa propre salle de répétition, pour enregistrer leur album. Le joueur de batterie de 32 ans, qui travaille le reste du temps comme ébéniste, s'est lancé dans la construction d'un studio de qualité professionnelle, dans sa maison à Onnaing dans le Nord.

Quand il entame les travaux, fin 2010, c'est encore la maison de ses grands-parents : une ancienne maison de commerce, avec une réserve de 50 m2. C'est là qu'il aménage une salle de 25 m2, parfaitement isolée phoniquement. Le reste de l'ancienne réserve est consacré à une régie et un coin salon, indispensable pour accueillir les musiciens.

© Pierre Mils

Habitué à dessiner des plans, Pierre Mils n'était en revanche pas un spécialiste de l'acoustique. Pour ce projet, il s'est beaucoup documenté sur internet, et il partage aujourd'hui son expérience et ses conseils.

Fiche de chantier

Ouvrier : Pierre a réalisé les travaux lui-même.
Durée des travaux : une bonne année, le temps de réunir l'argent nécessaire
Budget : 5 000 euros pour aménager la salle et faire l'isolation. Pour le matériel musical et d'enregistrement, Pierre avait déjà quelques amplis, une batterie, une sono.

Isolation phonique : une boîte dans une boîte

Le bon bricoleur va s'en sortir très bien, il n'y a rien de sorcier”, rassure tout de suite Pierre. Encore faut-il anticiper toutes les étapes. Première règle : “toute la structure du studio de répétition est désolidarisée des murs existants et du plafond, il faut construire une boîte dans une boîte.

Cette structure en bois ne doit avoir aucun contact avec le bâtiment, mis à part au sol, pour éviter de propager les vibrations. Les 10 cm d'air entre cette boîte et les murs sont le premier isolant.

Des bastaings de charpente servent de support pour recevoir l'isolation. “J'ai posé un bastaing à plat sur le sol, et j'ai fixé des montants dessus”, détaille Pierre.

© Pierre Mils

Avant même de poser l'isolation Pierre recommande de vérifier deux choses particulièrement. Il est nécessaire de bien faire les plans de l'électricité, de prévoir l'emplacement des prises, des câblages pour les micros et les casques, des luminaires. Mais également de ne pas oublier une VMC, ne serait-ce qu'une simple flux, avec 4 bouches d'extraction d'air, pour évacuer l'humidité.

Sur l'ossature, Pierre a ensuite posé :

  • de la laine de roche, sur 18 cm d'épaisseur
  • deux couches des plaques de plâtre avec isolation acoustique 
  • de la moquette

Au plafond Pierre a fixé des panneaux bois d'OSB, pour garder une certaine brillance dans la salle, c'est-à-dire de la résonance. Au sol : du parquet. “Je conseille de poser le revêtement au sol en dernier, pour juger l'acoustique de la salle. Si la salle résonne trop, on posera de la moquette au sol”, complète Pierre.

© Pierre Mils

Éviter les angles

Un double vitrage permet de regarder les musiciens jouer depuis la régie. On entre dans la boîte en passant deux portes identiques, fixées face à face, sur l'épaisseur de l'ossature bois. 

Une dernière chose très importante, qui avait échappé à Pierre lors de la construction de son studio : la pièce de doit pas être totalement carrée. “Il faut éviter les angles droits, la pièce ne doit pas être carrée ou rectangulaire, sinon le son va rebondir dans tous les angles.” Il a donc rajouté des pans coupés, avec des tasseaux, de l'isolant et des plaques de plâtre, dans les coins.

Avec ce traitement, la musique ne s'entend pas depuis le reste de la maison. Les voisins, dont les maisons sont à 5 ou 6 mètres, ne se sont jamais plaint.

© Pierre Mils

Les musiciens de la région, eux, sont venus nombreux jouer dans cette salle de répétition. Pierre Mils en a même fait son métier quelques temps, sans réussir cependant à en vivre pleinement. “Tout le monde veut jouer après le travail, aux mêmes horaires, il aurait fallu une deuxième salle identique.”

Pierre projette actuellement de déménager dans le centre-ville, et donc de vendre sa maison avec sa salle de répétition. Mais dans un coin de sa tête, il garde l'idée de rouvrir une salle avec d'autres musiciens, si possible avec l'aide de la ville.

Les conseils de Pierre :

Astuce n°1 : Appliquer une sous-couche sur les plaques de plâtre, pour éviter qu'elles ne soient arrachées si on décide de changer la moquette murale.

Astuce n°2 : Préférer les moquettes de qualité pour éviter d'avoir à la changer trop rapidement, car elle va être utilisée intensivement (on va poser les instruments dessus).

Astuce n°3 : Eclairer la pièce grâce aux LEDS. En effet, les ampoules à économie d'énergie provoquent des interférences. Il faut donc leur préférer les Leds, qui offrent elles aussi une consommation énergétique diminuée, ainsi qu'une meilleure durée de vie et une insensibilité aux chocs et aux vibrations.

Passez à l'action