| | | | |

DES OEUFS SUR LE PLATEAU - Cette initiative toute simple a fait le buzz sur Twitter, la preuve qu'on peut renouer un contrat social basé sur la confiance entre voisins ?

"Si je fais ça chez moi, les gens repartent avec les oeufs, mais avec la caisse aussi", "à Paris, les oeufs finiraient au sol ou sur les murs", "essaye de poser la même boîte à Bobigny"... Avant d'installer son distributeur d'oeufs en libre service dans son quartier, Julien Hérault pensait exactement comme les sceptiques qui l'interpellent sur Twitter. Lui non plus n'imaginait pas tous ses concitoyens dignes de confiance, mais cet agriculteur céréalier a finalement vu ses idées reçues totalement chamboulées par la pratique.

Photo à l'appui, il démontre que les habitants de son village ont joué le jeu, chacun mettant la somme qu'il désire, parfois jusqu'à 5 euros ! Avec presque 6 000 retweets et 48 200 "j'aime" (alors qu'il n'a que 2000 followers), la publication est un vrai carton sur le réseau social. Pourquoi ? Parce que c'est optimiste et que ça marche ! Parce qu'on rêve tous de renouer avec l'ancien lien abîmé de confiance entre voisins, entre concitoyens, capable de cimenter notre contrat social.

En Suisse et en Scandinavie, une relation de confiance banale

"Il faut s'inspirer de la culture scandinave sur cette confiance entre citoyens c'est fascinant, répond par exemple un internaute, avant d'ajouter : Par contre, en France, j'y crois mais pas partout. A la campagne OK." Modèle scandinave à suivre, mais aussi en Suisse, et même aux Etats-Unis. Un voisin helvète commente ainsi : "En suisse, c'est très standard (œufs, légumes, fruits...), on a même des vignobles qui proposent leur vin, et annoncent le prix, mais les gens mettent ce qu'ils veulent... plus ou moins ! Ça marche très bien".

Chez nous, il semble que des initiatives semblables soient de plus en plus nombreuses. Quand on cherche, on trouve facilement d'autres exemples variés de mise en libre service de produits frais. Le magasin Au Petit Jardin, à Arçon dans le Doubs, propose ses oeufs bio en libre service du lundi au samedi. La somme est fixée, mais le client vient se servir et payer tout seul. Alors, quand est-ce qu'on s'y met tous, même en ville ?