| |

RESTAURATION - Virgile et Audrey n'auraient jamais cru se retrouver propriétaires de cette maison classée au patrimoine historique à Roubaix. Pourtant, aujourd'hui, ils en protègent tous les trésors.

Toute la maison est somptueuse, mais la pièce la plus sensationnelle est sans conteste le salon. Sur 40 m², on peut admirer tout ce qui fait la magnificence et l'exubérance de l'Art Nouveau. De riches motifs végétaux peint sur le haut plafond, des moulures qui s'arrondissent, serpentent et descendent jusqu'au bas des murs, et imitent à la perfection le drapé d'un tissu.

"C'est un clin d'œil à la profession du tout premier propriétaire, un riche industriel textile", nous raconte Virgile. "Le menuisier que nous avons fait venir pour la rénovation croyait que c'était du stuc ou du plâtre, mais non c'est bien du bois."

@villa_derveaux_rbx

Avec sa compagne Audrey, il vient d'acquérir la villa Derveaux, du nom de son architecte, Elie Derveaux. Celui-ci l'a dessiné et construite en 1904, pour le négociant Henri Masselis. Avec la maison Coilliot à Lille, c'est le seul bâtiment entièrement Art Nouveau de la région. Un témoignage rare de ce style qui a fleuri au tournant du 20è siècle, et fait revenir symboliquement la nature en pleine ville.

Rien ne prédestinait Audrey, contrôleuse de gestion, et Virgile, responsable commercial, à devenir les dépositaires de cette villa, premier bâtiment de Roubaix à être classé monument historique en 1975. Sauf que le hasard - ou le destin - les a poussé vers cette maison par deux fois.

"Je me suis dit que c'était un signe"

Même si Virgile connaît bien Roubaix, il aperçoit pour la première fois la façade de la villa Derveaux il y a seulement quelques mois, alors qu'il se rend à un rendez-vous. Impressionné, il en parle à sa compagne le soir même, simplement pour partager cette découverte.

@villa_derveaux_rbx

Quelques jours plus tard, il tombe sur une petite annonce sur Le Bon Coin : la villa est à vendre. Premier coup de chance.

Le couple cherche justement une maison bourgeoise à retaper, pour quitter leur appartement et se lancer dans un projet de rénovation. "Je me suis dit que c'était un signe, se remémore Virgile. On a appelé le propriétaire, mais il m'a dit que la vente était finie."

Soit. Le couple n'avait pas spécialement d'accroche avec ce type d'architecture et de décoration. Ils aiment les belles choses, mais le style de prédilection de Virgile, c'est plutôt l'Art Déco, celui qui a rapidement supplanté l'Art Nouveau, avec ses formes géométriques et sa symétrie, comme à la villa Cavroix, non loin de là.

C'était sans compter la rétractation des premiers acheteurs. "10 ou 15 jours après, j'ai reçu un coup de fil du propriétaire qui me disait que la vente avait capoté et qu'il reprenait les visites", explique Virgile. Deuxième coup de chance.

@villa_derveaux_rbx

Cette fois, Audrey l'accompagne pour la visite sur place. Elle est conquise : "Il y a du boulot, mais c'est exceptionnel." Le couple se prend de passion pour le style "très doux et poétique" de la maison, monte un dossier en béton pour financer les travaux et remporte finalement la vente (ils préfèrent rester discrets sur le montant de la transaction, car ils sont en discussion pour des subventions, au titre de monument historique). Désormais, tout va très vite. Ils vendent leur appartement en une semaine et s'installent en décembre 2020.

Un décor qui se suffit à lui-même

Depuis, ils explorent les 270 m², sur 4 étages, et vont d'émerveillement en surprises. "Pour l'instant elle est très peu meublée, mais l'avantage, c'est qu'il y a tellement de détails, de choses à regarder aux plafonds ou sur les menuiseries, qu'elle ne fait pas vide", confie Virgile.

"La salle de bains est incroyable, c'est vraiment agréable d'y prendre un bain. Le sol est très moche, c'est un lino entrée de gamme couleur saumon. Mais quand on est dans la baignoire, on voit la fresque peinte à 360 °."

Virgile
@villa_derveaux_rbx

La maison a bien besoin d'un rafraîchissement, notamment la façade, très noircie par le temps. Bonne nouvelle, les fenêtres, qui ont 117 ans, pourront toutes être restaurées, pas besoin de les remplacer. D'autres trésors refont surface, comme un parquet de Hongrie d'origine, caché sous le lino.

Au début, le couple imaginait s'attaquer aux travaux de rénovation lui-même, en compulsant les tutoriels sur YouTube, et en échangeant avec d'autres bricoleurs amateurs sur Internet. "Mais la maison est tellement atypique et riche qu'on a peur de faire des bêtises, on fera le minimum, les peintures, poser du parquet... Toutes les rénovations un peu plus lourdes, on fera faire", confie Virgile.

@villa_derveaux_rbx

Ils ambitionnent de refaire un étage par an, et d'ouvrir la maison aux visiteurs lors des journées du patrimoine en 2022. En attendant, ils offrent un aperçu des coulisses du chantier sur leur compte Instagram et font des recherches sur l'histoire de la maison. Les initiales HM, pour Henri Masselis, attestent du premier propriétaire. La maison est ensuite restée dans une autre famille pendant 40 ans, mais il reste encore "quelques trous dans les archives". Avis aux amateurs qui retrouveraient des photos d'époque.