| | |

TRAVAUX - Vous n'êtes pas très moquette ? On vous comprend ! Mais attention, le choix d'un parquet se réfléchit en amont, voici comment.

Ce n'est pas un hasard si le parquet s'est imposé au fil des siècles comme le revêtement noble par excellence : pratique, léger à installer, plus facile pour chauffer la pièce que du carrelage, il permettait par ailleurs des audaces esthétiques qui firent le bonheur de maisons bourgeoises ou de grands châteaux. Aujourd'hui encore, on parle de parquet en panneaux à motifs de Versailles, d'Aremberg, de Chantilly...

Bien entendu, l'industrialisation a standardisé davantage les parquets, mais l'apparition de nouvelles techniques a aussi étendu l'éventail des possibles couleurs, essences de bois, structures, finitions... Dans un contexte de crise écologique profonde, le parquet possède aussi l'atout d'être une matière naturelle et isolante, un avantage non négligeable ! Evidemment, le choix d'un parquet dépendra de vos intentions, de votre espace et de votre budget.

Parquet massif, contrecollé ou stratifié ?

Parquet stratifié Gladstone, décor chêne grisé (Castorama)

Soyons clairs : le parquet stratifié n'est pas stricto sensu un parquet, car il n'est pas constitué de bois noble, en revanche c'est un revêtement de sol qui imite aujourd'hui le bois avec un réalisme confondant. Il peut prendre tous les coloris, toutes les ambiances, toutes les dimensions, et surtout se pose et s'entretient très facilement. Enfin, c'est le moins cher de tous !

En revanche, il est moins résistant et durable qu'un parquet massif ou contrecollé. Si vous l'utilisez pour une pièce excessivement passante, vous risquez de l'abîmer plus vite, mais ça ne concerne généralement pas les habitations individuelles, qui connaissent peu de passages. A l'achat, soyez vigilant sur le classement d'usage en fonction de la pièce ! Autre inconvénient, le stratifié n'est pas rénovable et son acoustique va dépendre de la sous-couche que vous aurez posée au préalable.

Pour ce qui est des parquets en bois noble, la Rolls Royce reste le fameux parquet massif, fait d'un seul tenant. Sa longévité et sa rénovabilité en font un revêtement intemporel, élégant, chaud, et très isolant. Attention, ces qualités se monnaient chèrement, bien davantage que les autres parquets, et sa pose, collée ou clouée, réclame un peu plus de savoir-faire.

Le contrecollé, lui, est composé de plusieurs couches de bois et d'un parement de bois noble d'au moins 2,5 mm. Il s'affirme comme un excellent compromis : moins cher que du massif, il est résistant (surtout si la couche de parement est épaisse), très stable, se pose facilement comme du stratifié (flottant ou assemblé par clics) et se rénove aussi, qu'il s'agisse de le poncer, de refaire une finition ou changer la teinte. Il a des finitions vernies ou huilées qui demandent un minimum d'entretien pour conserver l'aspect du bois.

À retenir

Le parquet stratifié est le moins cher et le plus facile à installer, mais il est moins durable et résistant.
Le parquet contrecollé est un bon compromis, stable, durable, plutôt facile à poser. Il est cependant plus cher que du stratifié.
Le parquet massif est le plus noble et le plus résistant, mais il est le plus cher et le plus contraignant en termes de pose.
Le parquet en salle de bain, c'est possible ! (Castorama)

Et si on veut mettre du parquet dans une pièce humide ?

Vous le savez sans doute, le bois ne fait souvent pas bon ménage avec l'humidité, et ça vaut pour le stratifié, qui contient des fibres de bois et peut donc bouger lui aussi, gonfler, se déformer. Pourtant, il est tout à fait possible d'installer un parquet dans une salle de bains ! La solution ? Un stratifié "spécial pièces humides" ou waterproof, plus étanche et résistant. La pose se fera de manière flottante, avec les lames qui se clipsent entre elles.

Pour les parquets en bois noble, il faudra choisir une essence exotique plus résistante, comme le bambou, le kempass, le merbau, l'iroko, le doussié, le teck, l'ipé ou le jatoba. Grâce à certains traitements, on trouve parfois des essences plus locales, du frêne, du hêtre, du pin maritime, de l'épicéa ou du peuplier. La pose se fera alors de façon collée, éventuellement avec des joints dits "pont de bateau", qui réclament des conditions d'installation un peu plus techniques.

La pose et les finitions

La pose la plus simple à mettre en oeuvre soi-même est dite flottante, car les lames ne sont pas collées ou clouées au sol, elles se clipsent entre elles. La pose flottante convient aux parquets stratifié et contrecollé, et peut même être employée dans les pièces humides.

Le parquet massif, lui, doit être cloué, méthode traditionnelle qui tend à se raréfier, ou collé au sol. La pose collée permet de stabiliser le parquet, de mieux isoler la pièce d'un point de vue acoustique, et de réduire la sensibilité du bois aux variations de température, d'où son utilisation pour les planchers chauffants ou les pièces humides. Le parquet contrecollé peut aussi être posé de cette façon, à l'inverse du stratifié.

Concernant les finitions, vous aurez le choix entre vitrifié, huilé ou brut. La finition joue également sur la durée de vie du parquet. Le parquet vitrifié est doté d'un film invisible et imperméable qui protège des taches et rayures, comparable à une couche de vernis, qui peut être brillant ou mat. L'effet huilé apporte quant à lui un effet mat, et ne permet pas de changer l'aspect par la suite (cire et vitrificateur ne peuvent être appliqués au-dessus de l'huile).

Le détail écolo chez Casto

Chez Castorama, 97% des produits contenant du bois utilisent un bois provenant de forêts gérées de façon durable et responsable. L'objectif est de passer à 100% en 2020.
Parquet massif Skanor en motifs à bâtons rompus (Castorama)

Quels motifs de pose choisir ?

Chacun ses goûts... et son budget ! Plus les motifs sont complexes à installer, plus vous devrez payer un professionnel pour les installer, c'est pourquoi on trouve généralement dans les appartements les motifs les plus simples : à l'anglaise ou à l'anglaise coupe de pierre, et de plus en plus tendance, le motif à bâtons rompus comme ci-dessus. Mais sachez qu'il existe encore d'innombrables variantes.

  • Le motif à la française, avec des lames de longueurs et largeurs différentes
  • Le motif point de Hongrie ou à chevrons, qui ressemble au motif à bâtons rompus
  • Le motif en damier ou en mosaïque
  • Le motif en échelle, qui ressemble en effet à une échelle via des lames posées perpendiculairement les unes aux autres
  • Le motif pont de bateau, avec les joints noirs en polyuréthane et des lames de même largeur
  • Le motif Versailles, avec des lames tressées à l'intérieur d'un panneau carré
  • Le motif marqueterie, représentant une croix sur plusieurs carrés en gigogne.
Différents motifs de pose (Castorama)

A vous de compléter la liste, pourquoi pas, en inventant votre propre motif ? On est DIY ou on ne l'est pas !