| | | |

BIEN CHEZ SOI - Une étude menée en Europe par l'Institut de Recherche sur le Bonheur et Kingfisher démontrent à quel point notre foyer influence notre perception du bonheur.

Dis-moi où tu habites et je te dirai si tu es heureux-se ! Salaire, situation professionnelle et même vie de famille... tout ça ne pèse pas lourd face à notre logement dans la constitution de notre épanouissement personnel. C'est un peu la morale du rapport Good Home, qui révèle que 73% des gens qui se sentent bien chez eux sont aussi comblés dans la vie.

En 2018, Kingfisher, Castorama et Brico Dépôt ont demandé à l'Institut de Recherche sur le Bonheur (une étrange institution venue du Danemark, pays régulièrement dans les plus heureux du monde) d'interroger plus de 13 000 personnes dans 10 pays européens sur leur rapport entre le bonheur et le foyer.  En chiffres, cela représente 44 questions, une grande enquête sur les réseaux sociaux et 78 entretiens poussés.

Surtout, le rapport Good Home s'est attaché à comprendre quelle relation émotionnelle nous entretenons avec notre maison et pourquoi elle nous rend heureux. Il en ressort cinq éléments clés pour le bien-être chez soi : la fierté, le confort, la sécurité (aussi vue sous l'angle de précaution face aux risques), le contrôle (dans quelle mesure je peux aménager mon logement) et l'identité.

rapport The Good Home bonheur logement

© The Good Home / Kingfisher

Être propriétaire n'influe pas tant que ça sur le bonheur chez soi

Et c'est là que l'étude bouscule les idées reçues : Si la fierté représente 44% de notre bonheur domestique, peu de gens ressentent en réalité ce sentiment pour leur logement. En revanche, 86% des gens se sentent en sécurité et 85% estiment vivre dans le confort. Plus étonnant encore, la possibilité d'adapter son intérieur est sept fois plus importante que l'accès à la propriété pour se sentir bien à la maison.

Idem pour les mètres carrés : Pas besoin de loger dans un grand manoir, surtout si vos voisins vivent dans des conditions similaires aux vôtres, c'est l'impression d'espace qui prime sur le reste. Pour autant, 20% d'entre nous estiment manquer de place, un problème crucial qui passe bien avant le taux d'humidité, la qualité de l'air, ou le manque de lumière naturelle. On le voit, c'est l'environnement direct qui est le plus important. Ainsi, pas de différence notable selon qu'on habite à la campagne ou à la ville. En revanche, l'accès à un espace vert ou extérieur, même minime, s'avère primordial dans la recette du bonheur.

Rapport The Good Home infographie âge maison bonheur

© The Good Home / Kingfisher

La recette du bonheur ? Soyez bricoleurs et décorateurs !

Alors, en quoi consiste cette recette ? Outre le confort, la sécurité et l'accès aux espaces verts, un critère se dégage nettement : l'âge ! Après 50 ans, le sentiment de bonheur chez soi croît radicalement, tout simplement parce qu'on peut se projeter davantage sur le long terme. C'est certain, le temps renforce les sentiments de sécurité et l'attachement émotionnel à son logement.

Dans la même optique, les rapports sociaux que vous tissez chez vous, avec vos voisins ou vos amis si vous les invitez, vous donneront un sentiment de fierté et un lien émotionnel avec votre foyer. Et pour être fier, quoi de mieux que donner de la personnalité à sa maison ? 74% des gens qui s'intéressent à la déco et améliorent leurs espaces sont fiers de l'endroit où ils vivent, qu'ils aiment ou non le bricolage !