| | |

MAIN VERTE - Aurélie s'était résignée à n'avoir que des cactus chez elle. Elle s'est finalement lancée il y a quelques mois et cultive désormais 8 m² de légumes sur sa terrasse.

Non, il ne faut pas absolument habiter à la campagne ni avoir un jardin pour pouvoir manger ses propres fruits et légumes. Aurélie, 42 ans, peut le confirmer. En février dernier, après avoir longuement caressé ce projet, elle a installé ses premiers bacs de culture sur la terrasse de son appartement à Alfortville, dans le Val-de-Marne.

Elle s'est tellement investie - le confinement est aussi par là, lui laissant plus de temps pour bichonner ses plantes, que 8 m² sont désormais consacrés à son potager.

Bien sûr, pas de quoi être autosuffisante en nourriture. "J'ai 6 pieds de haricots nains et depuis qu'ils commencent au compte goutte à donner des haricots, je les faits blanchir au fur et à mesure et je les mets ensuite au congélateur dans l'espoir de pouvoir en faire un repas complet dans quelque temps", raconte-t-elle par exemple sur le compte Instagram qui retrace sa progression.

Mais le bon goût du fait-maison et la fierté devant toute cette verdure sont bien là.

Sauter le pas et lancer son potager

L'idée lui trottait dans la tête depuis un bon moment. Depuis 10 ans, elle a une maison de vacances en Tunisie avec son mari. Chaque séjour était l'occasion d'apprécier les citrons, les oranges et les figues du jardin. Mais dans son appartement, elle n'osait pas encore passer à l'action et se contente de cactus, faute de temps pour s'occuper de plantes vertes plus exigeantes.

Mais il y a ce souci de bien manger qui vient s'ajouter. "On veut manger bio, mais qu'est-ce qui est vraiment bio ? Est-ce que c'est cultivé en France ou à l'étranger ? On ne sait plus trop vers quoi se diriger", nous explique-t-elle. Et finalement, après un saut à la jardinerie, portée par l'enthousiasme de ses enfants de 11 et 14 ans, voici le résultat sur le balcon :

De simples bacs en bois, dans lesquelles elle a agrafé de la bâche de paillage, avant de les remplir de billes d'argile et de terreau. La voici à la tête d'un vrai potager, qui doit permet à la famille de savourer fraises et autres courgettes ultra-locales.

"Même mon mari, qui ne s'y intéressait pas tellement au début, est fier du résultat. Il montre le potager par visio aux amis maintenant !", plaisante Aurélie.

Mini-serre récup' et purin de peau de banane

Pas de complexes à ne pas savoir et à débuter, la jardinière prend plaisir à à se renseigner auprès d'autres passionnés, à mener ses expériences, et à les partager sur Instagram.

Comme ces cloches récup' pour tenir au chaud ses petites salades :

Ou ces arceaux improvisés à partir de tuyaux de plomberie, sur lesquels fixer une bâche en plastique pour faire une mini-serre :

Aurélie bannit les pesticides et privilégie les engrais naturels, comme le purin de peau de banane. Elle a testé deux recettes :

  • 2 peaux de banane dans un litre d'eau pendant 48 heures, passer le mélange au filtre et arroser avec,
  • faire sécher ses peaux de bananes, les mixer avec des coquilles d'œufs et du marc de café pour enrichir le terreau.

Entre deux astuces, elle publie aussi des gros plans de ses petites protégées et s'émerveille de toute cette vie qui s'épanouit désormais sur son balcon.

Concombre, carottes, radis, framboises... la liste est longue de tout ce qu'Aurélie parvient à cultiver chez elle, seulement quatre mois après avoir commencé. Prochain défi ? Produire son propre compost, quand elle aura trouvé le système qui lui correspond, entre lombricomposteur et bokashi.

Ses conseils pour se lancer :

  • Renseignez-vous auprès de votre bailleur ou de votre syndic sur le poids que son balcon peut supporter. "Chez moi, c'est 450 kilos au mètre carré, mais quand il pleut, le poids de la terre peut encore doubler ou tripler, alors j'ai bien espacé les bacs", précise-t-elle.
  • Un potager est un investissement de temps et d'argent, alors commencez par acheter des graines et des plants de légumes et fruits que vous aimez manger, pour garder la notion de plaisir.