| | | | |

CONSEILS - Sophie et Josée-Anne l'assurent : réduire le volume de ses poubelles, ce n'est pas si compliqué, même avec un bébé à la maison ! Voici leurs astuces.

L'arrivée d'un bébé rime généralement avec un déferlement de couches à la maison. Cela peut être le déclencheur pour les jeunes parents d'une envie de réduire leurs déchets.

C'est ce qui s'est passé pour Sophie. Cette Youtubeuse, qui partage ses astuces minimalistes sur sa chaîne Simply Sophie, s'est lancée dans le zéro déchet avec son compagnon alors qu'elle était enceinte de son premier enfant.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce mode de vie n'est pas forcément plus contraignant, même avec un bébé. C'est en tout cas l'avis de Josée-Anne, qui tient elle aussi une chaîne Youtube.

Voici leurs conseils, si vous aussi vous êtes tenté-es par l'expérience. À moduler bien sûr selon vos envies et possibilités, l'idée n'est pas de viser la perfection !

La grande question des couches lavables

Qui dit "zéro déchet" et "bébé" pense d'abord "couches lavables" ! Celles-ci peuvent effrayer les jeunes parents : est-ce que ça ne va pas être sale ? Est-ce que ce n'est pas terriblement compliqué ? Sophie et Josée-Anne l'affirment : ce n'est pas plus difficile que de changer une couche jetable, et ça ne prend pas plus de temps. Aucun problème d'hygiène non plus.


Une couche lavable comporte 3 parties :

  • la culotte imperméable (lavable), 
  • l'insert qui absorbe l'urine (lavable),
  • le voile au-dessus de l'insert pour récupérer les selles (ce voile peut être jeté dans les toilettes avec les selles ou lavé en machine selon les modèles). 

José-Anne fait une machine de couches (elles remplissent tout le tambour) tous les trois jours. "Je les lave selon les recommandations du fabricant, avec un rinçage à l'eau froide, un lavage à 70° ou 80° et un rinçage à 60°."

Sophie, elle, fait tremper les couches dans du vinaigre blanc une trentaine de minutes, les met de côté jusqu'à la prochaine machine et les lave avec le reste de son linge à 30° seulement.

Vous pouvez utiliser une lessive fait-maison et suivre les recommandations de l'Ademe (l'Agence pour l'Environnement et la Maîtrise de l'Énergie) pour limiter encore davantage l'impact écologique des couches lavables.

Mais à vous d'arbitrer entre écologie et gain de temps : ainsi, Josée-Anne continue d'utiliser un sèche-linge pour les couches, plutôt que de les faire sécher à l'air libre.

L'alternative aux couches lavables : les couches biodégradables

Sophie continue d'utiliser des couches jetables lorsque la famille est de sortie (car changer bébé à l'extérieur avec une couche lavable implique de la garder avec soi jusqu'au retour à la maison) et la nuit, pour être sûre qu'il n'y ait pas de débordement.

Mais elle opte alors pour des couches biodégradables : elles se jettent à la poubelle (et non pas au compost, puisqu'elles sont souillées), mais se décomposeront, au moins en partie, une fois à la décharge.

Zéro déchet avec bébé dans la salle de bains

Pour la toilette de bébé, nos deux témoins utilisent des lingettes lavables en coton ou un gant, tout simplement. À la place du liniment, pour éviter les fesses rouges, Sophie utilise de l'huile d'olive.


"Pour tout ce qui est soin, les compresses stériles et les doses de sérum physiologique par exemples sont jetables", note cependant Sophie. "Il y a des choses qu'on ne peut pas éviter, on ne peut pas être totalement zéro déchet avec un nourrisson, c'est pourquoi il est d'autant plus important de réduire ses autres déchets."

Privilégier les jouets, les vêtements et les équipements d'occasion

Josée-Anne a acheté la plus grande partie des affaires de sa fille d'occasion, des vêtements aux équipements pour la maison, en passant par les jouets. "Mais tout a l'air flambant neuf !". Comme elle le souligne, les enfants grandissent tellement vites qu'ils utilisent très peu les objets, ces derniers restent donc en très bon état.

De même, quand elle ne s'en servira plus, elle compte les apporter à Emmaüs, les donner à des amis et en garder seulement une petite partie pour le futur "bébé n°2". Et les couches lavables font partie de ces objets qui peuvent servir à un autre enfant !


Josée-Anne se méfie également des listes de naissance à rallonge : "On attend d'avoir vraiment besoin de quelque chose avant de l'acheter. Du coup, on n'a pas de moniteur d'écoute, ni de baignoire pour bébé, car on en n'a pas l'utilité.

Mais que faire lorsque les proches tiennent à offrir des cadeaux, pour la naissance, Noël, les anniversaires ? "C'est beaucoup beaucoup de discussions, on leur a expliqué très tôt, quand j'étais enceinte, que l'on préférait qu'ils viennent passer du temps avec nous pour créer des souvenirs." 

"Quand les amis et la famille veulent offrir des choses, on fait une liste et on choisit des objets durables, comme des hochets en bois ou des livres en tissu", explique quant à elle Sophie. 

Zéro déchet, à la cuisine aussi

Tant que bébé ne mange pas d'aliments solides, difficile de faire les courses en vrac pour limiter les emballages. Mais, là aussi, il y a des astuces :

  • Allaiter, quand c'est possible, "c'est forcément beaucoup moins de déchets", comme le note Sophie,
  • Utiliser des biberons en verre, recyclables, plutôt qu'en plastique,
  • Acheter le lait en poudre dans des bidons en métal, recyclables ou faciles à réutiliser dans la maison comme contenants,
  • Préparer ses propres purées ou acheter des petits pots en verre.

Dernier conseil : Josée-Anne utilise la vaisselle habituelle de la famille pour sa fille, plutôt que de la vaisselle spéciale (mis à part des petites cuillères adaptées, en plastique). De quoi favoriser son autonomie et éviter d'acheter des objets en plastique !