| | |

AUTOCONSTRUCTION - Franck Vial a calculé que 3 mois seulement étaient nécessaires pour terminer cette maison, baptisée Neotohome.

Construire sa maison tout seul, en 3 mois, pour 50 000 euros seulement, qui dit mieux ? C'est la promesse alléchante de Franck Vial, rencontré à la Maker Faire de Paris, le rassemblement des bricoleurs de tous poils, fin novembre 2018.

Sur son stand, il expose une maquette de la maison qu'il a conçue et des photos de l'habitation de 70 m² qu'il a construite. Un ami l'a simplement aidé pendant 2 semaines pour mettre en place le toit, mais Franck a pensé son projet pour qu'il soit réalisable seul-e : “la pièce principale, la panne faîtière (la pièce de charpente au sommet du toit, ndlr), pèse seulement 85 kilos”, argumente-t-il.

Il faut encore ajouter l'isolation et le revêtement extérieur, la bâtisse devrait être terminée au printemps ou à l'été prochain. Elle lui reviendra encore moins cher que le prix annoncé, car il a utilisé des matériaux de récupération. “Tous les matériaux me sont revenus à 15 000 euros”, explique-t-il.

Tout le monde peut désormais en faire autant, puisque Franck Vial donne les plans de sa maison gratuitement à qui le contacte sur sa page Facebook, Neotohome.

Le chantier sur lequel travaille Franck Vial. © Neotohome

Une maison d'abord destinée à l'Afrique subsaharienne

A priori, rien ne devait conduire Franck à dessiner les plans d'une maison économique ni à devenir autoconstructeur. Détenteur d'un CAP de charpentier, il a travaillé comme architecte, mais dans l'événementiel. Aujourd'hui, il donne des cours dans un IUT de communication et marketing en Corse et travaille comme journaliste économique pour un média au Bénin.  

C'est en réalité son intérêt pour l'Afrique qui l'a conduit à créer Neotohome. En discutant avec une amie ivoirienne qui cherchait à faire construire sa maison à Abidjan, il s'est rendu compte que le ciment y était très cher, à cause de la spéculation. “Les gens ont un salaire 10 fois inférieur aux Occidentaux, et ils payent leurs matériaux 3 plus cher que nous”, souligne-t-il.

Franck a donc imaginé une maison à l'architecture moderne et parfaitement adaptée aux contraintes et à la vie en Afrique subsaharienne, de la Guinée équatoriale jusqu'au Congo. Elle peut être construite avec des matériaux locaux, principalement du bois, et un petit outillage portatif.

N'existe-t-il pas déjà de tels projets sur place ? “Les architectes africains cotés font leurs études dans des écoles occidentales et prennent les travers de l'Occident”, a au contraire observé Franck Vial.

La maison qu'il a construite en France est donc un démonstrateur pour des délégations africaines, son objectif étant de “monter des structures d'enseignement autour du bâtiment” en Afrique.

Un concept à adapter en France aussi

Mais le concept séduit aussi par chez nous !  “Ça a été ma surprise, raconte Franck. Je montrais ça comme un projet à vocation africaine et beaucoup de gens se sont projetés dans cette maison en France.

De nombreux éléments d'architecture pensés pour l'Afrique seraient également utiles aux autoconstructeurs en Europe :  

  • toute la maison est réalisable à la force humaine, avec des outils portatifs,
  • les éléments de la charpente ne dépassent pas 5 mètres de long, pour pouvoir les transporter soi-même sans avoir à faire appel à un professionnel,
  • la maison est carré, pour que l'on puisse la compléter par la suite en ajoutant des pièces, de tous les côtés.

La maison est largement ouverte sur l'une des pointes, pour permettre de cuisiner à l'extérieur, et cette idée semble plaire aussi sous nos latitudes, où les vérandas sont tendance. “Là on ouvre réellement, mais j'ai parlé à des gens qui aimaient l'idée d'une maison dont les murs disparaissent complètement”, rapporte Franck.

Cette maison pourra par ailleurs parfaitement s'adapter à nos températures, il suffira pour cela de l'isoler convenablement.

Pour ceux et celles qui seraient tenté-es sans être suffisamment bricoleur, Franck imagine organiser des chantiers participatifs, avec un charpentier professionnel, cette fois contre rémunération. Dans tous les cas, cela resterait une solution économique pour devenir propriétaire !

Passez à l'action