| | |

VOUS CHANTIER ? J'EN SUIS FORT AISE - Fatigue, stress, soucis budgétaires, pépins imprévus, engueulades... Il est parfois tentant de baisser les bras face à un projet de rénovation.

Un chantier, ça peut donner le vertige. Et pas seulement quand on réalise des travaux sur le toit ou qu'on se balade sur des solives à 4 mètres au-dessus du sol. Non, c'est surtout la quantité de travaux, les dépenses engagées et tous les imprévus à surmonter qui donnent le tournis aux apprentis bricoleurs-ses. Comment tenir le cap dans ces conditions et ne pas baisser les bras ?

Anthony et Caroline sont en plein dedans. Ce jeune couple rénove actuellement une école, et les travaux se révèlent un peu plus longs et coûteux que prévu à l'origine. Surtout, Caroline a accouché l'année dernière de leur deuxième petite fille, ce qui a compliqué l'avancée du chantier, qu'on peut suivre sur leur compte Instagram. La jeune maman espérait entrer dans la maison en janvier 2021, mais c'était bien trop optimiste ! Son mari, lui, table plutôt sur une éventuelle rentrée scolaire de 2021 ou même début 2022.

Laetitia du blog Gisèle en 2 actes, elle, est déjà passée par là il y a une vingtaine d'années. La maison qu'elle a rénovée avec son mari était surnommée "le taudis" par le voisinage, c'est dire à quel point elle s'était attaquée à un chantier compliqué. Aujourd'hui, la famille de Laetitia profite d'une belle et grande maison de 250 m2, décorée avec passion, et un joli jardin, mais il a fallu une bonne dose d'abnégation pour y parvenir. Alors comment garder le moral face à de tels chantiers ? Nous leur avons posé la question.

Comment gérer tous les imprévus qui ponctuent une rénovation ?

Un pépin, petit ou grand, est vite arrivé quand on rénove une maison. Pour Laetitia, le monde s'écroule un peu quand le menuisier lui annonce qu'il est impossible de restaurer un escalier et le plancher de la bibliothèque. Aïe, "ça supposait par effet boule de neige de déposer sol et plafond de l'étage inférieur !", se souvient cette institutrice passionnée de déco, pas du tout préparée à gérer de telles difficultés.

"Notre jeunesse de l'époque et notre fougue mêlée de candeur ne nous a pas préparés aux éventuels risques d'un tel chantier, nous confie-t-elle, mais paradoxalement c'est aussi elle qui nous a permis de ne rien lâcher." Un brin d'inconscience ne fait pas de mal, au contraire ! Tout est dans la tête, la méthode Coué est votre plus sûre alliée, et c'est en y croyant que vous parviendrez à soulever des montagnes.

Du côté d'Anthony et Caroline, aussi, on positive dans l'adversité. "Mon père était électricien et il devait nous aider pour la maison, il était à fond, nous raconte Caroline, mais il nous a quittés en mai 2020. Déjà la perte était dure à vivre, et on s'est dits comment on va faire ? On était en train d'acheter et j'ai eu un moment de doute à ce moment-là." Au final, le couple a reçu une proposition d'aide de la part d'un ami qui connaît bien l'électricité. "C'est très gentil de sa part. Ça va le faire !", déclare Anthony, pas du genre à se décourager.

Comment ne pas faire exploser son couple ?

On le sait, un chantier accapare toute l'attention d'un couple, "un peu comme l'arrivée d'un enfant", note Laetitia, qui ajoute que "cela soude à la fois le couple mais cela peut l'user aussi prématurément." Alors comment ne pas céder aux engueulades et aux disputes ? "Faut se serrer les coudes, estime Anthony, il faut en parler dès qu'il y a un problème, c'est un travail quotidien. On a la chance d'être un couple solide".

Même son de cloche chez Laetitia, qui préconise de "s'écouter mutuellement, chercher des compromis plutôt que de camper sur des positions intransigeantes". On le voit, les couples mettent en avant une communication de tous les instants, une capacité à trouver un terrain d'entente, un équilibre, un arbitrage entre les envies de l'un et de l'autre. Tout est négociable, tant qu'on "dissipe les malentendus", selon Caroline.

Pour cimenter encore davantage le couple, il est important également de pouvoir se projeter vers l'avenir. Ce qui n'est pas toujours évident quand un chantier n'avance pas vite ou qu'on s'est mis la pression sur un délai. La solution ? Ne soyez pas trop durs avec vous-mêmes, laissez-vous une marge de manoeuvre. "On ne s'est pas trop donné de date aussi, raconte Anthony, on avait envie d'entrer à tel moment, mais tant pis si ce n'est pas réalisable. On a la chance de louer une maison pas très chère grâce au travail, donc ça enlève un poids."

La maison de Laetitia avant la rénovation © Gisèle en 2 actes
La salle de classe de l'école qui sert pour l'instant de stockage © Emmanuel Chirache
L'entrée de l'école, future maison de Caroline et © Emmanuel Chirache

Comment se projeter dans la future maison ?

Caroline résume bien le problème d'un chantier qui débute par beaucoup de démolition et de gros oeuvre, un travail souvent ingrat : "J'ai été longtemps éloigné du chantier, je ne suis pas venue pendant deux mois quand notre seconde fille née, et quand je suis arrivée, j'ai vu à quel point Anthony avait avancé ! Alors que lui ne s'en rendait pas compte." En effet, difficile de voir le chantier progresser quand on y passe tout son temps, surtout pour déblayer et aller à la déchetterie. Pourtant, ça avance ! N'hésitez pas à inviter des amis qui n'ont pas vu les travaux et qui seront épatés de voir ce que vous avez déjà accomplis.

Caroline et Laetitia ont toutes les deux accouché d'un enfant durant le chantier, un événement qui les a aussi aidées à se projeter dans la maison. "Ça coïncidait avec l'arrivée de professionnels qui ont pris le relais dans les travaux et ça a donné une nouvelle impulsion", nous explique Laetitia."Nous avons pu nous lancer dans les plâtreries, peintures et sols. Le secret pour ne pas perdre le moral est de croire au projet final, de se lancer corps et âme dans les choix de décoration d'intérieur à venir, jusqu'au moindre détail".

Une fois le gros oeuvre terminé, le moindre travail se verra plus facilement dans la maison. Faites le dos rond au début, et dites-vous que bientôt ça va payer : "On sait que après, ça ira beaucoup plus vite, s'enthousiasme Caroline, la pose du plancher, l'électricité, le placo, tout ça va changer la maison et nous booster !"

Petits conseils pour garder le moral sur le chantier

Heureusement, il existe tout un tas de petites solutions pour redonner un élan à un chantier qui ronronne. Discuter avec les gens autour de vous, tout d'abord ! "Je suis allé visiter une autre école transformée en maison, nous raconte Anthony, on s'échange des messages sur nos fournisseurs de matières premières, on se tient au courant des bons plans et c'est hyper sympa. Quand tu as un coup de mou, tu peux échanger avec quelqu'un qui connaît ta situation, qui a vécu la même chose."

Sur Instagram, il existe une vraie communauté de fans de rénovation, qui se connaissent et s'entraident à coups de hashtags #teamreno. "On se crée un petit groupe et on discute avec tout ce monde via notre compte Instagram", détaille Caroline. Une chance que n'a pas eue Laetitia, il y a 20 ans : "Il faut rappeler qu'à l'époque, l'engouement pour la décoration d'intérieur et le DIY était bien moindre voire inexistant, qu'Internet n'en était qu'à ses balbutiements, nous privant de tutos bricolage ou de partages d'expérience sur Instagram. Nous avons plutôt été la risée de nos amis qui ne comprenaient pas notre choix, mais qui à la longue se sont ralliés à notre cause !"

Nous laissons le mot de conclusion à Anthony, qui, après réflexion, a trouvé le proverbe idéal pour une rénovation de longue haleine : "Un chantier propre, c'est le moral assuré !" Qui l'eût cru ? L'aspirateur est donc l'outil numéro un d'un bonne rénovation.