| | | |

TINY-HOUSE - Un hamac dans le jardin intérieur, des livres suspendus au plafond, des piquants jaunes vifs sur la façade... qui a dit qu'une maison devait se prendre au sérieux ?

C'est une drôle d'habitation de 15 m2 pour deux personnes, posée dans une cour de Brooklyn, à New York.

On y entre par une arche matelassée, sous laquelle se trouve aussi la cuisine. Les murs semi-transparents de la pièce à vivre oscillent entre le vert et le rose.

Et puis il y a cette étrange protubérance : des piquants jaunes vifs un peu effrayants, aggressifs vus de l'extérieur, mais qui abritent en réalité un cocon confortable et accueillant à l'intérieur.

Si ce prototype semble loufoque au premier abord, avec ses couleurs dignes d'une aire de jeux pour enfants, il s'agit bien pour le cabinet d'architecture Bureau V d'explorer l'habitat urbain du futur.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman. © /OTTO

Neutraliser l'agressivité par l'humour

Avec ses piquants faussement dangereux, cette maison démontre que le design peut adoucir, sinon neutraliser, l'agressivité ambiante.

"Nous avons essayé de trouver des façons de supprimer l'agressivité par l'humour, d'où cette espièglerie et ces couleurs kawaii (mignones, en japonais, ndlr.)", explique Peter Zuspan, cofondateur de Bureau V, à Deezen.

Pour l'architecte, New York est la "capitale mondiale de l'imigration", où les migrants doivent "trouver de nouvelles maisons et changer complètement de vie", comme il le raconte dans cette vidéo tournée par Deezen.

Ce type d'habitat, à la fois protecteur et joyeux, pourrait les aider à se sentir à nouveau bien chez eux dans leur nouvelle ville.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman. © /OTTO

Une maison qui s'ouvre sur l'extérieur

En tout cas, cette mini-maison invite aussi à se détendre. Dans le salon, des livres sont suspendus au plafond : impossible de ne pas les voir, et de ne pas avoir envie de les saisir pour les feuilleter.

À l'autre extrémité de la pièce, pas de lit, mais un hamac entouré de plantes.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman. © /OTTO

Ce jardin intérieur s'ouvre pour se transformer en terrasse, il suffit de pousser les murs.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman. © /OTTO

Cette installation était ouverte au public jusqu'au 22 novembre 2017. Elle va à présent voyager dans une autre grande ville, dans le cadre du projet MINI Living Urban Cabin, pour que d'autres architectes et designers expérimentent et mettent en scène leur propre vision des tiny houses, ces mini-maisons qui pourraient bien s'imposer dans les villes densément peuplées.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman.

Images courtesy MINI LIVING by Frank Oudeman. © /OTTO