Cette association cherche des adoptants pour sauver des chèvres et des boucs

ANIMAUX - L'association Liberty, dans le Rhône, recueille des cabris destinés à l'abattoir. Voici les conditions pour en adopter.

Et si, plutôt qu'un chat ou un chien, vous adoptiez un cabri ? Certes, il faut de l'espace et beaucoup d'herbe. Mais, en plus de pouvoir lui faire des câlins, vous aurez le bonheur de lui sauver la vie.

"Ces animaux sont nés pour que leurs mères produisent du lait destiné à faire du fromage. Il y a chaque année des centaines de milliers de chèvres et de boucs qui naissent. Des animaux dont les éleveurs se débarrassent car ils ne peuvent les garder à l'élevage en totalité", explique sur France 3 Fanny Knochel, présidente de l'association Liberty.

Ces chevreaux et chevrettes sont habituellement envoyés dans des centres d'engraissement en France ou à l'étranger, puis à l'abattoir au bout de quelques semaines. Le refuge Liberty accueille ceux qu'elle peut récupérer à Vaugneray, dans le Rhône, et propose aux particuliers d'en adopter.

© Liberty

Quelles conditions pour adopter un bouc ou une chèvre ?

Comme Fanny Knochel nous l'a expliqué au téléphone, cette adoption est un engagement sérieux. Les chèvres et boucs peuvent vivre 15 ans voire plus.

Les adoptions se font par deux minimum, car ce sont des animaux sociaux, et l'association exige de mettre à leur disposition 1000 m² de terrain par animal. "C'est nécessaire car ils mangent 15 kg d'herbe par jour, et si le terrain est trop petit, ils vont manger de l'herbe parasitée par leurs crottes. L'objectif est d'éviter qu'ils ne soient surparasités", précise Fanny.

Vous devrez aussi prévoir un abri et vous engager à les soigner en cas de pathologie, et à les vermifuger régulièrement.

L'adoption n'est possible que si vous habitez dans un rayon de 100 km autour de Vaugneray, car l'association se charge de vous amener vos animaux et veut s'assurer de pouvoir faire un suivi régulier, pour éviter les abandons et les maladies.

Si vous souhaitez adopter au delà de cette zone, envoyez un mail à contact@associationliberty.fr, Liberty tentera de vous orienter vers d'autres associations proches de chez vous.

Adoptez les boucs !

Le plus difficile reste de faire adopter les boucs, victimes de préjugés tenaces. Non, les mâles castrés ne sentent pas mauvais. Et ils sont aussi doux que les femelles. La preuve avec cette vidéo :

En acceptant de prendre un bouc chez vous, vous permettez qu'ils restent moins longtemps au refuge et qu'ils laissent la place à d'autres animaux. Vous permettez plus de sauvetages !

Les poules ne sont plus disponibles à l'adoption

L'association Liberty a été créé en 2019, à l'origine pour recueillir et faire adopter des poules de réforme (des poules pondeuses destinées à l'abattoir une fois qu'elles sont moins productives).

Mais ces poules tombent très souvent malades à cause de problèmes génitaux. "C'est très onéreux de faire soigner une poule chez un vétérinaire, souvent ils ne savent pas comment les traiter car personne ne leur en amène", raconte Fanny Knochel.

Elle a donc fait le choix de ne plus proposer de poules à l'adoption, mais de les garder au refuge, pour pouvoir les faire soigner à l'école vétérinaire.

En revanche, Liberty sauve également des cochons ou plus rarement des chats, à adopter. Si vous n'avez pas la place ou habitez trop loin, vous pouvez tout de même aider en faisant un don à l'association.

Ce site utilise Google Analytics.