| | | | | |

RÉFLEXION EXTENSION - Transformer une modeste maison francilienne en superbe villa avec un immense séjour lumineux, c'est possible, la preuve.

En plus de cent ans d'existence, cette maison aura vu du changement ! Elle se sera adaptée aux époques, passant de simple maisonnette de banlieue parisienne (Bois-Colombes c'est même la campagne au début du XXe siècle), à cette vaste demeure qui s'étend désormais bien au-delà des 50 m2 au sol d'origine. Dernière modification en date, lorsque les nouveaux propriétaires sont arrivés, peu après le premier confinement en juin 2020 : une extension du salon vers le jardin de 30 m2.

C'est ce potentiel d'agrandissement qui avait plu à Cédric et Vanessa, la possibilité de créer un véritable grand séjour, avec un coin télé, un coin piano, un coin bureau et un coin salle à manger. Le tout éclairé par une immense verrière de plus de 4 mètres de hauteur ! Une prouesse rendue possible par une idée contre-intuitive de l'architecte Dimitri Tsvetkov : fabriquer un toit à la pente inversée, qui monte au lieu de descendre. Un gros boulot, comme on peut le voir sur les photos.

Fiche de chantier

Ouvriers

Une équipe d'artisans

Durée des travaux

2 mois

Budget

Entre 100 et 150 000 €

Avant : vue du jardin, la façade présentait des fenêtres toutes petites qui n'éclairaient pas beaucoup. La terrasse n'était pas bien grande pour autant, et un abri de jardin prenait beaucoup d'espace.
Après la destruction de l'abri, les travaux d'agrandissement peuvent commencer. Une énorme poutre soutient l'emplacement où le mur a été détruit.
Création d'un portique pour prolonger la façade de la maison, sur presque 7 mètres de large.
Même si elle tranche par sa modernité, l'extension bénéficie d'un capotage en zinc qui rappelle la toiture en ardoise de la maison.

Un escalier en lévitation qui s'efface tout en harmonisant le séjour

Dans l'ancien salon, tout petit, non seulement l'escalier prenait pas mal de place, mais un mur séparait le bureau du séjour. Résultat, peu de luminosité et beaucoup d'espace de perdu. Le projet de l'archictecte Dimitri Tsvetkov a réussi à harmoniser l'ensemble et à tout ouvrir quand il a conçu cette extension.

Le séjour est devenue une seule grande pièce délimitée en "coins" avec des fonctions spécifiques : regarder la télé sur le grand canapé, travailler dans un bureau fabriqué sur mesure, jouer du piano ou prendre les repas sur la grande table. L'escalier, enfin, a été transformé en une "cage en lévitation" comme le confie Dimitri. Il est ajouré, comme suspendu en l'air, c'est presque un objet de décoration, des éléments en métal, une matière qu'on retrouve en fil conducteur dans le séjour.

Plus loin en effet, une verrière en métal sépare l'entrée du salon, tandis qu'une étagère en bois et en métal décore le seuil de la cuisine. Sans oublier bien entendu la très grande verrière de l'extension, elle aussi en métal du même coloris.

Avant : un séjour vraiment petit, encombré par l'escalier et un mur qui séparait le bureau.
Après : un immense séjour, avec un coin télé, un escalier suspendu qui laisse filtrer la lumière, et un coin bureau désormais ouvert.
On peut apprécier l'impressionnante luminosité actuelle du séjour.
Le fil conducteur de la pièce : les éléments en métal, ouverts sur l'extérieur, que ce soit dans l'étagère, la verrière ou l'escalier.
A gauche, l'ancien bureau séparé, à droite le nouveau, ouvert, avec des caissons stratifiés bois faits sur mesure.
Pendant les travaux : l'ancienne cuisine est détruite pour laisser passer davantage de lumière et construire une verrière dans l'entrée.
Après : une cuisine plus épurée, pratique et lumineuse.

Une cuisine épurée, avec des façades blanches qui renvoient la lumière

La cuisine, elle, faisait déjà partie d'une première extension par-dessus le garage de la maison, mais elle n'était plus trop à la mode. Lors du réaménagement du séjour, elle a donc été repensée également : la forme en U a été remplacée par une structure en L plus élégante, qui permet de circuler plus facilement dans la pièce.

Surtout, l'électro-ménager a été encastré et les étagères ouvertes remplacées par des façades, le tout uni par une couleur blanche qui reflète bien la lumière provenant de la fenêtre ou de l'ouverture sur le séjour. Le carrelage aussi a été changé, les dalles sont plus grandes et la couleur moins salissante.

L'autre rénovation concerne surtout l'une des salles de bains, qui présentait un carrelage blanc assez classique ainsi qu'un meuble vasque vieillissant. La cabine de douche a été épurée, le mur détruit et remplacé par une paroi en verre, on gagne ainsi en place et en luminosité. Trop blanche, elle est devenue beige, plus douce, et un sèche-serviettes électrique a été installé. Quant aux chambres des enfants et des parents, elles ont simplement été rafraîchies.

Comme le dit Vanessa, mère de deux petites filles qui se plaisent ici comme un poisson dans l'eau : "Moi j'en ai rêvé de cette maison, et c'est un havre de paix. On a réussi, malgré la grande surface, à créer ce côté cocon."

Avant : une salle de bains vieillissante.
Après : une salle de bains plus contemporaine, plus minimaliste et aux tons plus doux.
La chambre parentale n'a pas été totalement rénovée, mais juste rafraîchie et redécorée.

Comment créer des espaces sans cloisonner ?

Si vous aussi vous souhaitez délimiter au choix un coin bureau, un coin salon, un coin télé, etc., alors il existe une solution pratique et économique : les cloisons Alara. Faciles à monter, modulaires et amovibles, elles s'adaptent à vos besoins dans la maison. Surtout, elles sont personnalisables, et vous pouvez les installer en version claustra, cloison simple, demi-cloison, verrière, avec des persiennes, etc.

Bonne nouvelle pour les locataires, les cloisons Alara ne nécessitent pas de percer dans les murs pour être montées, puisqu'un ingénieux système de vérins verrouillables suffit à fixer les poteaux. Puis, vous pouvez glisser les panneaux à l'intérieur de ces poteaux. En quelques heures, tout est réglé !