| | | |

VIDÉO - Sur sa chaîne Youtube Gregsway, il aborde les contraintes de ce style de vie : problème d'isolation, organisation compliquée au quotidien et pas de toilettes, ni de douche. Néanmoins, le jeune homme n'est pas près d'arrêter !

Greg est un aventurier des temps modernes, et il raconte toutes ses aventures sur sa chaîne Youtube Gregsway. Il y a un an, le jeune homme a décidé de partir en voyage tout seul dans un camping-car qu'il a retapé.

Après toutes ses péripéties à travers le monde, il a décidé de poser ses valises pour faire le bilan de cette première année de vanlifer (comprenez : personne qui a choisi de vivre dans un véhicule).

Même si sa vidéo ci-dessous s'appelle "les désavantages de vivre en van", on vous prévient tout de suite, Greg n'a pas l'intention de quitter ce mode de vie qui lui convient à merveille !

Des désavantages de la vie en van selon Gregsway

Pour Greg, seuls quelques désavantages desservent la vie de vanlifer, sans pour autant être trop contraignants :

  • "Vivre dans un van demande un mindset (état d'esprit, ndlr.) et une organisation particulière", avoue le jeune homme.
  • Chaque jour, il faut prévoir une réserve en eau potable ou non, gérer la production d'électricité.
  • Dans le cas où il n'y a pas de toilettes à bord, il faut en trouver ainsi que de quoi se doucher.
  • Il est aussi primordial de trouver des endroits où se garer en toute légalité.
  • L'isolation peut être un désavantage. "Henri (le petit nom de son van, ndlr.) est un camping-car plus ou moins isolé. À température modérée, ça passe", explique Greg. Quand il fait froid, le baroudeur met en route son chauffage, et l'espace se réchauffe correctement. Mais l'été, il est très difficile de refroidir le van. "J'ai battu le record de 47° C à l'intérieur, il y a juste un moment où tu n'en peux plus."
  • Les parois du camping-car sont légères, ce qui ne permet pas au véhicule de pouvoir circuler partout, comme dans des routes du désert, sans craindre qu'une partie ne s'effondre.
  • L'aspect du véhicule n'est pas très discret.

Néanmoins, ces désavantages n'ont pas refroidi Greg qui est prêt à repartir bientôt à l'aventure : "Sincèrement, après cette année de voyage avec Henri, je ne me vois pas spécialement vivre dans autre chose qu'un van ou quelque chose qui se déplace."

D'ailleurs, si vous ne l'avez pas encore vue, Greg a aussi construit une tiny house avec un copain. Roulez, jeunesse !

Passez à l'action